À contre courant des saisons

Photo: IStock

Lorsque je vois les journées particulièrement neigeuses et froides, comme celles qui touchent le Québec actuellement, je ne peux m’empêcher de me dire que nous avons l’art d’aller à contre courant.. Et pas nécessairement dans le bon sens !

Dans le temps de nos ancêtres, les gens travaillaient vraiment fort en été, du lever du soleil jusqu’à la nuit tombée. Mais que faisaient-ils l’hiver ? Ils se recevaient l’un l’autre dans un bal de festivités qui pouvait se poursuivre de Noël jusqu’à presque la fin janvier ! On mangeait et puis ensuite, on poussait la table le long du mur et puis hop ! L’un sortait son violon, l’autre son accordéon et on était parti pour une danse jusque tard dans la nuit. Et ça, je ne l’invente pas car je me souviens que c’est ainsi que les choses se passaient pendant mon enfance, dans les années soixante-dix, alors que j’ai habité un temps chez mes grand-parents…

Et le lendemain, on recommençait. Chez un autre.

Alors qu’aujourd’hui, nous prenons nos vacances en été alors que le temps est gorgé de soleil. Que les journées sont longues et agréables. Que la lumière du jour nous donne une énergie que nous voudrions imaginer éternelle…. 

Et l’hiver ?

Nous travaillons – Contre toute logique ! – Alors que la neige ralentit tout sur son passage. Que la pluie verglaçante vient mettre son grain de sel dans le paysage. Que les transports en commun peinent à fournir à la demande. (Lorsqu’ils ne sont pas carrément en panne !) Et que la lumière a bien compris elle, qu’elle avait le droit de se mettre à «Off» l’espace de quelques semaines…

Je me fais toujours la même réflexion alors… Soit de me dire que nous nous acharnons peut-être ainsi à aller à contre courant. Et je ne peux m’empêcher alors d’imaginer combien il serait bon de faire comme les marmottes.

Et d’hiberner.

C’est fou n’est-ce pas ?

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Et si ?

Photo: IStockParfois, le bonheur semble beaucoup plus accessible qu'on ne l'aurait imaginé...Et s'il suffisait de s'en donner le droit ?Et si ?

La vie qui tourne. Faites vos jeux, rien ne va plus !

Photo: IStockTout tourne autour de moi comme l'écrivain l'auteur Dany Laferrière dans l'un de ses livres...  Si lui parlait de tremblement de terre, j'ai pour ma part parfois cette impression que dans le grand mouvement de[...]

Les ombres la nuit

  5h30 un dimanche matin.. Ce moment ou sur ma ville, tous dorment encore. Et moi, seule parmi les ombres, les miennes, ces fantômes d'idées que j'entrevois sans parvenir encore à en saisir parfaitement les contours… Un peu comme[...]

Conjugaisons

Photo: IStockPetit matin. Seule dans ce moment indéfini qui n'appartient déjà plus à la nuit. Ni encore au petit matin...Dans quelques instants, j'entendrai «palpiter» les pas de mon fils à l'étage. Mais pas encore. Pas[...]

Accepter de laisser une trace, quelle qu'elle soit

Photo: IStock« Comme de toute façon je ne comprends pas grand-chose, autant regarder le monde comme un spectacle» (Philippe Delerm, Écrire est une enfance)Je sais ! Cette citation de Philippe Delerm finissait ma dernière chronique[...]

4 commentaires sur “À contre courant des saisons

  1. J'aime beaucoup votre billet.Ce matin en allant déneiger le gros pied de neige qui était tombé,je voyais des ti-bouttes qui s'en allaient à l'école bien emmitouflés dans leurs foulards.Je me disais.Pourqoui il y a de l'école en janvier?Et l'autre mois de congé pourrait être en juillet? Il doit y avoir une raison pour continuer ainsi j'imagine. Merci de m'avoir fait voyager dans le temps. J'aime bien vivre mon aujourd'hui par contre.Il a ses charmes aussi.

  2. Non, ce n'est pas fou d'imaginer que nous pourrions hiberner, mais avec plein de livres dans notre grotte. Passer quelques mois à ne faire que ça : lire. Quel bonheur !

    Moi aussi j'ai participé aux réunions familiales durant l'hiver – surtout chez les grands-parents paternels où le monde se réunissait pour manger – trop, mais c'était si bon – danser et jaser à avoir mal à la gorge. Ma mère dirait : « Ah ! le bon temps. » Elle n'aurait pas tellement tort, n'est-ce pas ?

    Bonne journée,

    Marjo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.