À la poursuite des mots…

Crédit: IStock

Un nouveau mois, je sais pas pour vous, mais moi, ça me paralyse !

Un peu comme une page blanche devant laquelle tout semble possible…. Et devant laquelle par conséquent, on se sent un peu intimidé à l’idée d’y mettre sa griffe…

Et puis, décembre pour moi, ça a toujours symbolisé Noël et les traditions. Et là dessus, j’avoue être une irréductible amoureuse des fêtes de familles de fin d’années. Même si celles ci, après coup, -il faut bien le dire ! – correspondent rarement au final à tous ces fantasmes festifs que j’avais en tête, la page de novembre enfin tournée !

Et puis, je ne sais pas si c’est l’effet d’une actualité qui a de quoi nous plomber le moral ces temps-ci mais…je n’arrive pas à écrire. Car en congé pour quelques semaines, je m’étais imaginée qu’il n’y aurait pas de meilleur moment pour écrire.

Et puis ? Lorsque je suis tombée en congé, mon médecin m’ayant enjointe de faire des choses pour me faire du bien, j’avais eu la bêtise de me faire une belle liste de toutes ces choses que je souhaitais faire depuis longtemps. Mais que faute de temps,… je remets toujours aux calandres grecques. Dans le genre terminer le premier jet de mon livre, commencer à préparer le troisième opus de mes chroniques en livre téléchargeable, classer ma paperasse (ce qui avouons-le, n’est pas l’activité la plus ludique qui soit mais une activité néanmoins qui une fois terminée, allège inévitablement l’esprit!), aller marcher tous les jours, perdre quelques kilos….

Enfin bref. La liste est toujours là. Entière. Si ce n’est ces quelques livres que j’ai perdues. Des livres en poids corporel tout autant que de papier, la liste de mes bouquins à lire commençant elle aussi à diminuer au moins un peu…

Il m’arrive de me dire que la vie est peut-être ainsi faite que lorsque nous travaillons, nous n’avons pas le temps. Et que lorsque nous avons le temps, nous n’avons pas toujours l’énergie….

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Deux ans déjà !

Illustration: moufle.net Et oui, deux ans aujourd'hui que je transpose ici mes états d'âmes, mes débordements émotifs, mes « illuminations » sur le sens de la vie qui se révèle parfois à moi, tel un mince rayon de[...]

L'heure des bilans...et des souhaits

Et oui, nous en sommes déjà dans les dernières heures d'une année que d'ici peu, nous seront forcés de conjuguer au passé. Ce moment annuel ultime des bilans ou il est de mise de jeter[...]

2016 comme dans Nouveau début ou 10 façons de devenir une meilleure version de soi

Une nouvelle année, chaque fois, c'est un peu comme se retrouver devant une page blanche n'est-ce pas ? Outre ce moment de l'année ou statistiquement la neige recouvre tout de son manteau immaculé - comme c'est[...]

Et si chez-moi, c'était chez-vous ?

Petit samedi gris et pluvieux. Après des jours et des jours à ce régime, au point de craindre de voir filer l'été entre mes doigts avant d'avoir pu crier "ciseaux",  voilà que j'ai été prise d'une[...]

2 commentaires sur “À la poursuite des mots…

  1. Cette année Noël sera bien différent pour moi.Car mon fils a maintenant une compagne que j’adore et qui a trois enfants.Ça fait des années que je ne fais plus de décorations et je me sentais très bien ainsi.Pas de cadeaux non plus. Mais,avec trois enfants qui viendront me visiter,je vais déroger de mes choix et mettre un peu plus d’esprit des fêtes dans la maison. Par contre,avec les nouvelles qu’on entend présentement à la télé,ça me jette à terre.J’ai vécu avec une mère très souffrante psychologiquement.Les trois enfants avons été placé chez mes grands-parents à plusieurs reprises. Une chance que mon père criait au secours pour nous sortir de la maison.Mes parents étaient très unis ,ils le sont encore.Mais il y a des sujets comme ceux là qui demeurent tabous on en parle jamais. Je sais que ma mère est allé loin dans ses dépressions et a perdu le contrôle d’elle même. Quand j’entends des nouvelles comme celles là,je ne peux m’empêcher de penser que nous aurions pu aussi être des victimes innocentes.Je n’en veux pas à ma mère.Nous sommes très proche.Mais il y a des blessures plus difficiles à oublier.Alors profitons le plus possible pour dire combien nous aimons nos enfants.Nous avons cette grande chance de les avoir près de nous.Ne t’en fais pas Marie,je crois que nous sommes plusieurs à se faire des listes et qu’il est rare d’en voir le bout.Bonne fin de journée et merci.

    1. Bonjour Étoile ! Je crois que pour une large part, la « magie » des fêtes réside bien souvent dans la présence des enfants. C’est un peu pour eux qu’on fait tout ça et ce faisant, nous retrouvons nous aussi notre âme d’enfant. Avec nos familles, ce n’est pas toujours évident parce que les fêtes sont souvent l’occasion de mettre de l’avant nos émotivités, sans qu’on le veuille toujours. Alors qu’avec nos enfants, c’est l’occasion d’injecter dans les fêtes tout ce qui nous a manqué et qu’on souhaite malgré tout transmettre. Je n’ai aucun doute que tes fêtes seront très agréables parce que justement, tu les partagera avec ton fils, son amie et ses enfants.

      Bonne fin de journée à toi !

      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.