À la recherche de soi

Certaines personnes pourraient penser que je suis ce qu’on pourrait appeler une « superwomen », partagée entre travail, enfants (le petit garçon que j’ai, la petite fille que j’ai perdu), mari, amis, mère malade, famille que l’on pourrait qualifier de…hors-norme…mais le temps tout de même de faire mes confitures et mon pain !

Mais pour paraphraser Simone de Beauvoir qui disait « nous ne naissons pas femme, nous le devenons », je dirais simplement que le fait d’être une « superwomen », loin d’être inné relèverait plutôt de l’instinct de survie. Essayez d’installer une souris sur un tapis roulant, puis augmentez la vitesse du tapis…vous comprendrez assez vite ce que je veux dire ! Les chances que la dite souris comprenne d’instinct qu’elle est mieux de savoir pédaler sont en effet assez probables !

À travers ce feu roulant que constitue trop souvent la vie, il peut arriver il me semble qu’on se mette à se demander un moment donné qui on est et ce qu’on veut vraiment, SOI. Et c’est ainsi que j’ai commencé à vouloir découvrir si j’étais moi-même un phénomène hors norme de ma famille, parfois exaltée, trop souvent essoufflée mais toujours à tenter de bricoler avec les dés reçus du destin, ou bien si d’autres avaient été confrontés au même type de scénario avant moi !

Il faut dire que j’ai grandi dans un univers familial qui, jusqu’ici, m’était apparu plus « trash » que digne d’une épopée de Garcia Marquez.

Dieu que je me trompais !

En effet, l’album de famille que je découvre aujourd’hui me semble tout à coup receler des trésors de personnages plus grands que nature, tous confrontés à des destins hors du commun et pour lesquels ils n’étaient pas préparés, et toujours, avec la présence de femmes (car c’est bien des femmes qu’il s’agit ici !) qui ont su insuffler à cette famille ce je-ne-sais-quoi digne de faire de cette histoire quelque chose de complètement échevelé, avec des détours et hasards dignes d’une enluminure ! Et ce n’est pas toujours brillant !

Tout ça à commencé en 1877…

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Chacun sur son île

Parfois, il m'arrive de me questionner sur le sens de mes écrits dans ce blog. Car même si intérieurement, j'assume tout ce que j'y ai écrit, paradoxalement, je crains toujours le jugement de mes proches[...]

La fin du plus que parfait ou la beauté du chaos

En jetant de temps en temps un regard sur la vie des autres à travers cette loupe grossissantes que sont les Facebook et Pinterest de ce monde, je me dis parfois qu'il n'y a que[...]

L’éternel sentiment de culpabilité des parents…quand on se compare, on se console

Parfois, je me dis que devenir parents, c’est un peu comme d’accepter soudainement d’entrer dans un monde constitué de paradoxes. D’une part, vous constaterez que jamais plus votre vie ne vous appartiendra totalement. Mais surtout, il[...]

Rewind

Depuis quelques jours, je réfléchis à ma chronique de samedi dernier... Une chronique qu'il est néanmoins inutile de chercher maintenant puisque je l'ai supprimée moins de 24 heures plus tard, à la fin de ce[...]

Une histoire qui s'écrit

Lors de la rencontre à laquelle j’ai assisté vendredi dernier avec les auteurs Alexandre Jardin, Eric Fotorino et Philippe Forest, une question fort intéressante à été soulevée. Ainsi, la recherche de vérité familiale peut-elle mener[...]



1 commentaire sur “À la recherche de soi

  1. C'est la théorie de l'évolution de Darwin. Le specimen le mieux adapté à son environnement survis! Y'en a qui s'adaptent… d'autres qui pêtent les plombs. Le problème est qu'on est pas toujours sûrs à quel groupe on appartient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*