Amitiés sous prescription

Gros week-end (trop court bien sur !) ou j’ai profité du soleil et des couleurs, sans toutefois oublier de fouiner dans mes journaux en prenant mon café samedi matin…

Deux articles m’ont fait réagir ! Le premier relatait les résultats d’une étude tendant à démontrer que de prendre du temps pour aller luncher avec des amis pouvait être aussi bénéfique pour la santé que le fait pour un fumeur d’arrêter de fumer » Ou bien même de prendre ce temps pour aller s’entraîner au gym. Surprenant ? Oui et non je dirais car, comme semble le conclure cette recherche (et comme on l’a déjà lu ailleurs !) les gens bien entourés auraient tendance à être moins touchés par les problèmes de stress ou d’hypertension notamment.

Et puis, un deuxième article, sur lequel je suis tombée par hasard et qui pouvait sembler sans lien au départ est venu paradoxalement apporter de l’eau au moulin du premier. Dans celui-ci, les auteurs parlaient des résultats d’une autre étude menée à l’Université du Michigan à l’aide de tests de personnalité sur environ 14,000 étudiants et ce, dès les années soixante-dix. Et qui elle, avait semblé démontrer que l’empathie ressentie par les étudiants universitaires à l’égard de leurs semblables avait chuté de quelque 40% au cours des dernières décennies, les étudiants des années 2000 semblant les moins portés par exemple à se mettre à la place de l’autre afin de tenter de le comprendre.

Au final, ces chercheurs ont été tenté de faire un lien avec l’arrivée massive des médias sociaux qui permettent d’avoir un réservoir presque sans fond « d’amis », avec lesquels il peut être facile d’entretenir des liens superficiels, sans consistance et qu’on peut «éliminer» facilement pour mieux s’en faire d’autres… Et cette fragilisation des liens sociaux nous rendrait donc, à plus ou moins long terme, plus vulnérables au stress ou à la dépression.

Ces deux articles, pris ensemble, m’ont amenée à me questionner sur une réalité que je soupçonnais, soit que nous perdions peut-être quelque chose d’inimaginable en n’accordant plus qu’un minimum de temps à nos vrais amis, ceux du monde « réel ». Car comme je vous l’ai déjà dit d’ailleurs, j’ai réalisé ces deux dernières années que bien souvent, alors qu’on s’imagine être la seule (ou le seul !) à faire face aux épreuves que nous envoie parfois si généreusement la vie, en en parlant, on se rend compte plus souvent qu’autrement que nous passons peut-être tous par un même « itinéraire secret » qui ne nous est pas nécessairement transmis d’office… Et on se sent alors un peu plus normale…et moins seule.

Je ne suis bien sur pas totalement contre les médias sociaux mais je pense sincèrement qu’ils ne sont pas sans conséquence sur notre capacité à entretenir des liens avec nos semblables. Et qu’ils peuvent parfois – paradoxalement – nous isoler !

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Amis pour la vie ? On en reparle dans 90 heures

Je suis tombée il y a quelques jours sur un article qui racontait que selon une étude récente, il faudrait rien de moins que 90 heures pour créer des liens d'amitié que l'on puisse qualifier[...]

Les vieux amis

Se remettre à l'écriture quand ça fait un long moment qu'on ne s'est pas adonné à l'exercice, c'est un peu je pense comme revoir quelqu'un qu'on a pas vu depuis longtemps... On ne sait d'abord[...]

Ateliers, saveurs... et nouveaux horizons

  Hier, je racontais que selon une étude sur laquelle je suis tombée cet été, les instants et, d'une certaine façon, la liberté qu'on s'offrait parfois en cherchant de l'aide à l'extérieur pour nous libérer de[...]

Inspiration

Le hasard fait parfois drôlement les choses ! Je suis en effet tombée tout à fait par hasard sur les résultats d’une étude qui visait à démontrer que l’amitié entre femmes aurait des effets bénéfiques[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.