Arrêt sur image

Photo: IStock
J’ai beau choisir année après année de prendre une semaine de vacances début septembre, histoire de me faire croire quelques jours de plus que l’été n’est pas définitivement une page tournée, n’en demeure pas moins que septembre sonne inévitablement le glas de quelque chose… 

De ce léger vent de lenteur dans lequel nous avons vécu pendant la période estivale et qui disparaît aussi surement que viennent les nuits plus fraîches… Et les trains bondés dans lesquels je me rendrai au travail. Ou encore, ces autoroutes « bouchonnées » qu’on retrouve inévitablement (et ça n’a rien à voir avec ces bouteilles de mauvais vins qu’on aurait bien envie de boire malgré tout lorsqu’on se retrouve dans ces moments qui ont tout du cul-de-sac !).

Et ce sentiment d’être complètement dépassée qui m’envahira très certainement de nouveau un de ces quatre matins…
Ou avant !
Comme ce matin alors que je suis allée reconduire mon fils à l’école et que j’en suis ressortie en pleurant parce qu’il s’accrochait à moi comme un noyé à sa bouée de sauvetage…
Et cela, peu importe les subterfuges que j’utilise pour me faire croire que je n’y suis pas encore…Que l’été n’est pas fini. Et que je peux encore arrêter les aiguilles du temps. Comme avec ces vacances ces jours ci pendant lesquelles je me suis plongée dans une « orgie » de légumes que je me suis plu à transformer, pour préserver le plaisir de leurs couleurs et de leurs saveurs…encore un peu.
Au final, ce sont toujours les mêmes questions qui reviennent avec l’automne…Comment elle fait la voisine pour tout concilier ? Comment elle fait cette amie qui semble tout contrôler (j’ai bien dit « semble » !)? 
Existe-t-il une autre façon de vivre sa vie que par fragments décomposés qu’un jour nous aurons peut-être du mal à remettre ensemble ?

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Et mon weekend, bordel ?

Suis-je donc la seule qui ait cette impression de courir sans fin après mon temps comme une noyée qui cherche son air ? Chaque weekend, devant l'agenda de ma famille qui menace l'explosion chaque fois que[...]

De ci, de ça...

Ce matin, un peu de tout au programme ! Un peu comme la neige mêlée de pluie qui depuis une semaine ne cesse de virevolter dans le ciel, laissant sur son passage très peu de[...]

Sans titre (parce que rien ne pourrait parfaitement décrire mon état!

La nouvelle courrait depuis des semaines sous forme de rumeur ! Voilà qu’aujourd’hui, nous enterrons au Québec ce qui faisait de nous un modèle dans le monde au niveau de la conciliation travail-famille. Mais surtout, au[...]

À trop en faire

Je ne sais pas pour vous - ni même d'ailleurs si cela est caractéristique de la période des fêtes ! - mais il me semble être toujours à court de temps.  Pas vous ?  Entre[...]

Là ou on se disperse un peu..

Vous pensez que je me suis trouvée une nouvelle marotte en vous parlant de médias ces temps-ci ? Et bien non ! C'est seulement que je complète un Certificat universitaire en Analyse des médias (que[...]

4 commentaires sur “Arrêt sur image

  1. La vie n'est-elle pas faite de milliers de petits fragments qui nous habitent jour après jour ?

    C'est certain – que parfois – on a l'impression qui tout nous arrive en même temps. Cependant, tout finit par reprendre sa place petit à petit, inexorablement, comme il se doit.

    En ce qui concerne la réaction de ton fils et la tienne, surtout, comme je comprends. Est-ce qu'on s'habitue à cette séparation ? difficilement, mais on arrive à l'apprivoiser de temps à autre.

    Bonne fin de semaine,

    Marie-Jo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.