Avant que le compteur ne tourne

Il y a un proverbe qui dit que la vie, c’est ce qui arrive quand on est occupés à faire des projets…

Aussi, en regardant les 365 jours qui viennent de passer, me saute au visage cette évidence de ce qui est probablement notre plus grande caractéristique en tant qu’humain. Cette certitude qu’on contrôle quelque chose…

Je regardais il y a quelques jours ces banalités que j’écrivais sur ma page facebook, à peu près au même moment l’année dernière, à quelques heures à peine du passage vers la nouvelle année…

Et j’ai ri. Vraiment fort!

Renversée de réaliser à quel point, alors qu’on se berce de nos certitudes, nous ne sommes même pas proches d’avoir la plus minime idée de ce qui parfois nous pend au bout du nez.

Et qu’en l’espace d’un clignement des yeux, tout peut basculer. Cul par-dessus tête comme l’aurait dit mon grand-père en son temps!

Aussi, à la veille d’un nouveau changement d’année, j’ai envie cette fois-ci de me garder une petite gêne quant à mes prévisions pour les 365 prochains jours. De crainte peut-être d’être forcée d’admettre que je suis bien loin de pouvoir revandiquer l’imagination que je crois avoir…

Mais surtout, parce que j’espère très fort que la vie saura me surprendre, une fois de plus, en apportant un scénario beaucoup plus positif que le plus sombre de mes pronostics.

Car c’est l’évidence n’est-ce pas ? 2020 a été difficile. Et en l’écrivant, j’ai l’impression de saisir pleinement, pour la première fois, ce que le mot «euphémisme» signifie vraiment…

Aussi, il y a quelques jours je suis tombée sur un article fascinant que j’ai trouvé porteur d’espoir pour tenter d’imaginer les prochains mois, les prochaines années.

Publié sur le site du Courrier International, l’article en question fait ainsi le parralèle avec les années d’après la grippe espagnole et la première guerre mondiale pour tenter d’imaginer à quoi pourrait avoir l’air notre prochaine décennie.

«La guerre et la grippe espagnole ont joué un rôle dans le manque d’inhibition et le désir des survivants de vivre à toute vitesse, écrit l’hebdomadaire, certain que “cet esprit animera également les années 2020”. Des cendres de la souffrance occasionnée par la pandémie et la pire performance économique mondiale depuis la Seconde guerre mondiale, “émergera le sentiment que la vie ne doit pas être stockée, mais vécue”.  »

(The Economist, cité par le Courrier International)

En lisant cet article, j’ai été frappée de réaliser à quel point toute ma vie j’ai manqué des opportunités. Des occasions ratées, des envies de voyages que j’ai laissé en suspens. Cela sous prétexte par exemple que ce n’était pas le bon moment, que je n’avais pas le temps, les moyens ou je ne sais quoi encore…

Alors en repensant à la catastrophe et au désastre qui me semblent caractériser l’année qui se termine, une année sous le signe de la Covid, de la solitude, de l’isolement, du télé-travail et de la fragmentation du tissus social, j’ai envie de croire que du bon puisse en sortir.

De quoi l’année nouvelle année sera faite ? Je n’en ai absolument aucune idée.

Alors voilà, ce que je suis tentée de nous souhaiter à tous, en cette fin d’année, pour 2021. Soit qu’en tant qu’humain, cette expérience vécue de façon collective en ce 2020 marqué au fer rouge du Covid nous donnera à tous ce besoin irrépressible de vivre et de savourer.

Ici et maintenant pendant qu’on est vivant.

Avec gourmandise et surtout sans en laisser une miette de crainte d’en manquer.

Car si on a appris une seule chose cette année c’est bien qu’en l’espace d’une demie seconde, tout peut changer. Et pas toujours comme on l’aurait imaginé.

***

Comment comptez-vous célébrer le Jour de l’An ?

Pour ma part une seule chose à mon programme. Ouvrir grandes portes et fenêtres pour m’assurer que l’air de 2020 sorte définitivement de ma maison. Ça n’a rien de scientifique mais je préfère ne pas prendre de chance.

Ah! J’aurais bien allumé un feu de joie et dansé la danse du feu mais je pense que ça aurait été un peu moins discret dans mon petit condo urbain !

Alors dehors de ma maison 2020!

Suivez et aimez nous:

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Neige, révélations et...plaisirs coupables

Neige, Neige qui tombe sur la ville ! Ou plutôt, devrais-je dire «tempête» ! Ce monstre américain venu s’essouffler chez-nous !Vous savez ? Ce genre de manifestation hivernale qui fait de l’aller au travail une[...]

Et si ce n'était que dans la tête que nous devenions vieux ?

Photo: IStockAvez-vous remarqué à quel point lorsque nous sommes petits, les différences d'âge nous semblent marquées ?Je me souviens que jeune, j'avais cette impression que les adultes autour de moi étaient bien vieux avec leur[...]

La vie comme dans un roman

Ne dit-on pas qu'il n'y a que les fous qui ne changent pas d'avis ? Et non, je ne suis pas venue vous dire que j'allais finalement revenir écrire ici. Mais plutôt que, contre toutes attentes[...]

Histoires de blogue

Photo: IStockEt oui, presque 500 chroniques maintenant ! Comme le disait une amie, ça en fait des mots n'est-ce pas ?Aussi, me demandait-on ce qui m'avait amenée à écrire ici... Me faisant réaliser au passage[...]

Une réponse déjà ?

Le hasard se présente parfois de bien drôle de façon...Après avoir envoyé ma lettre au Père Noël ce matin, voici ce que je viens de recevoir, dans une Infolettre à laquelle je suis abonnée...Une citation qui semble[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.