Bouteille à la mer

Crédit: IStock

Qui n’aimerait pas recevoir un mot écrit par sa grand-mère… que celle-ci aurait écrit presque cent ans plus tôt ?

Moi, j’adorerais très certainement!

Voici un peu ce qui est arrivé à cet homme dont le Nouvel Observateur racontait l’histoire ces derniers jours.

Et cette histoire, justement ? Celle d’un plongeur américain, Dave Leander, qui a ainsi découvert un message écrit par deux jeunes filles, un jour de juin 1915, alors qu’elles passaient un après-midi au Tashmoo Park, un parc d’attractions inauguré à Détroit à la fin du XIXe siècle.

Mais des histoires comme celle-ci, vous vous direz qu’on en trouve régulièrement dans les journaux, n’est-ce pas?

Sauf que cette fois, l’histoire ne se termine pas ainsi. Parce qu’en lisant le témoignage de ce plongeur dans un journal local du Michigan, Eric Schiebold, un autre américain, y a reconnu…le nom de sa grand-mère.

Décédée depuis maintenant trente ans.

Comme quoi, la plus banale des actions peut avoir de ces répercussions que nous n’imaginerions jamais…nous vivant ! Comme ce tout petit mot écrit bien banalement un après-midi d’été. Et qui allait donner envie à ce petit-fils – dont Tillie Esper, une toute jeune femme âgée de 22 ans à l’époque, n’aurait alors jamais pu imaginer l’existence – de s’intéresser à l’histoire familiale !

J’adore !

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Un étranger dans ma maison

Lors d'une chronique il y a plus d'un an, je parlais de Lee Miller, une illustre photographe du XXième siècle que j'avais découverte tout à fait par hasard, à travers la lecture d'un livre de[...]

Parce qu'on vient tous de quelque part...

Vous ais-je déjà parlé de ma mère ? J'imagine que non car je puis vous affirmer sans l'ombre d'un doute que vous vous en souviendriez ! Toute femme a sans doute avec sa mère (dites moi[...]

Trace

Ces jours-ci, je me sens un peu comme si j'étais dans le jeu Ou est Charlie. Vous savez ? Ces livres-jeu pour lesquels le lecteur doit tenter de retrouver le personnage de Charlie, grand maigrichon[...]

Déracinement

À ce point de mon histoire, vous vous demandez peut-être ce qui a amenée la famille de mon grand-père en Abitibi ? La guerre bien sur ! En effet, la guerre de 14, et avec elle[...]

Une histoire qui s'écrit

Lors de la rencontre à laquelle j’ai assisté vendredi dernier avec les auteurs Alexandre Jardin, Eric Fotorino et Philippe Forest, une question fort intéressante à été soulevée. Ainsi, la recherche de vérité familiale peut-elle mener[...]

6 commentaires sur “Bouteille à la mer

  1. Bon matin Marie,

    Quel plaisir de te retrouver !

    N’avons-nous pas tous rêvé de trouver une bouteille de la mer avec un message à l’intérieur ?

    J’aurais tant aimé trouvé un message qu’aurait laissé ma grand-mère Espagnole dans une bouteille, car je ne l’ai pas connue, mais tant entendu parler par ma mère.

    Et pourquoi n’écririons-nous pas un mot dans une bouteille lors d’une prochaine promenade à la mer ? Qui sait qui la retrouverait un siècle plus tard ? Il faut bien rêver, n’est-ce pas, puisque les rêves dépassent parfois la réalité.

    Bonne fin de semaine à toi,

    Marjo xx

    P.S. Et ce livre à écrire… ?

    1. Bonjour Marjo ! Quelle suite de hasards a-t-il fallu n’est-ce pas, pour que ce tout petit mot arrive à destination ? Je suis toujours fascinée par ces choses merveilleuses qui se produisent alors que les probabilités que ça se produise, justement, pouvaient sembler relever de la science fiction !

      Pour ta grand-mère espagnole, sans doute devrais-tu « creuser » un peu plus de ce côté ? La curiosité, ce n’est jamais sans raison je pense ! Et puis, un jour, lorsque tu n’y seras plus, il n’y aura peut-être plus personne pour transmettre son souvenir. Comme toi, je suis fascinée par la grand-mère de mon père, une certaine Victoria. Je ne sais absolument rien d’elle, sinon que nous partageons la même date de mariage…. à 111 ans de distance toutefois ! Et qu’elle est décédée à la fin des années 30, veuve depuis un bon moment déjà de mon arrière-grand-père (du côté paternel), mort frappé par un éclair alors qu’il était âgé de 49 ans. Rien de banal de ce côté là il faut bien le dire ! Pour le moment, je n’ai pas cherché plus loin mais je sais qu’un moment, ça viendra. (Il faut bien que je m’en garde un peu n’est-ce pas ? J’en ai déjà pas mal à « déterrer » avec les autres membres de ma saga familiale !!!)

      Et pour mon livre, ça avance lentement. Trop à mon goût mais l’important c’est que ça avance 😉 Et puis ce weekend justement, je pars comme en « pèlerinage » dans la région d’où je viens. Je verrai enfin ou précisément est enterré mon père… Ça devrait stimuler l’écriture je pense.

      Alors voilà, merci pour tes bons mots qui me font toujours plaisir ! Et bon weekend à toi aussi !!

      Marie xx

  2. Bonjour Marie, C’est une très belle histoire en effet. Il y a parfois de ces hasards. Retrouver une bouteille à la mer doit être très excitant. J’ai été très proches de mes deux grands-mères et si je pouvais trouver une bouteille aujourd’hui pour avoir un contact par écrit avec elles , ce serait extraordinaire. Je les ai tant aimées.
    Merci de nous avoir partager cet article.
    Bonne journée Marie.

    1. C’est un plaisir Étoile ! Comme le disait Marjo, il faudrait toutes nous mettre à envoyer des bouteilles à la mer !! Qui sait qui les trouverait 🙂 Un petit-fils ? Une arrière-petite-fille ? Ça prouve probablement que la vie à bien souvent beaucoup plus d’imagination que nous !

      Une bonne journée à toi !

      Marie xx

  3. Ce genre de faits divers fascine les gens. Biens racontés, ils intriguent, Ils rapprochent les esprit d’une réalité parfois ngligée.

    Grand-Langue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.