06/2/15

La quête du bonheur: À la bonne heure !

Le bonheur…~ Happiness… ..est fait de centaines et de centaines de petites choses, moments, sentiments. France, Flickr

«Le bonheur, c’est tout ce qui arrive entre deux emmerdements (- de Jean-Baptiste Lafond)

Ah le bonheur ! Quelle galère !

C’est comme n’importe quoi n’est-ce pas ? Beaucoup concluent que si c’est tendance, il y a forcément moyen de faire de l’argent avec ça !

À preuve, ces montagnes de livres qui jonchent les tablettes des libraires, nous promettant le bonheur facile et assuré. Un peu comme dans une recette de gâteau qu’on vous promet inratable ! Mais que j’ai paradoxalement toujours l’impression d’être la seule au monde à justement rater !!

Vous doutez ?

Qu’il vous suffise de taper le petit mot de 7 lettres dans Google pour voir le nombre de résultats plutôt impressionnant que le moteur de recherche vous balancera à la figure !

Je le sais ! Je l’ai fait !

Rien de moins que 97,300,000 résultats!

Continue reading

Partagez avec vos proches!
10/29/12

Reflet par un matin d’automne

Crédit: IStock

J’ai été frappée ces derniers temps de constater à quel point nos enfants, bien que nous en soyons rarement conscients, apprennent de nous!

Car on a beau dire qu’ils intègrent beaucoup plus par nos actions que par nos paroles, la chose, j’en ai l’impression, me semblait souvent bien abstraite jusque là….

C’est que mon fils qui est âgé de six ans et qui en est à sa première année en ce moment a depuis quelques temps ce que je pourrais qualifier de « fixation ». En effet, il est absolument F-A-S-C-I-N-É par les Transformers.

Vous savez?

Ces petites autos qui se transforment en robots au gré de ses humeurs. À tel point que tous ses dessins regorgent de ces objets aux formes les plus insolites.

Continue reading

Partagez avec vos proches!
10/14/12

Coup de blues

Est-ce parce que c’est dimanche? Que dehors il pleut? Que face à cette nouvelle interface de mon blogue, je me sens comme un chien dans un jeu de quilles? Ou encore, parce que depuis une semaine, mon niveau d’énergie frôle le point de congélation?

Et que l’inspiration, comme par magie, semble partie voir ailleurs si elle y était…

Aucune idée!

Sauf que de me voir ainsi dépourvue de cette envie d’écrire qui m’avait jusque là tenue debout me met devant cette évidence qu’à l’heure ou tout semble toujours aller trop vite (court par ci, court par là! 1h40 pour me rendre au travail. Autant pour en revenir…), je me sens soudainement comme

…désynchronisée.

Car le rêve, par moment ça me semble bien loin du fait de vouloir posséder une magnifique voiture. Ou encore, d’avoir une maison plus grande. Ou mieux encore, de partir en vacance à l’autre bout du monde.

Non.

Car le rêve – presque aussi chimérique que le fait de toucher le Saint-Graal – c’est peut-être tout simplement de prendre un café au lait.

Seule.

Derrière une porte fermée à double clés. Dans ce qui semblerait un semblant de victoire sur les assauts du quotidien qui sous le masque des obligations – familiales, professionnelles, des rêves qui refusent de se taire – bouffent tout sur leur passage…

Est-ce parce que c’est dimanche? Que dehors il pleut? Que face à cette nouvelle interface de mon blogue, je me sens comme un chien dans un jeu de quilles? Ou encore, parce que depuis une semaine, mon niveau d’énergie frôle le point de congélation?

Et que l’inspiration, comme par magie, semble partie voir ailleurs si elle y était?

Je n’en sais rien!

Mais la vérité c’est que tout cela n’en fini plus de tourner en boucles dans ma tête…

Partagez avec vos proches!
09/9/12

Le goût de l’automne

Crédit : Istock

« On ne ment pas la bouche pleine. 
Beaucoup d’aveux se font à table »
(Claude Chabrol, novembre 2009)
Chaque automne, c’est un peu la même chose! La profusion de couleurs de mon jardin de même que dans les marchés me donne envie de tout mettre en conserve, histoire de tenter d’emprisonner toutes ces saveurs pour les longs mois d’hiver à venir…

Et quand bien même je me fais chaque fois la promesse que cette fois-ci, je vais lâcher un peu prise, en faire un peu moins, laissant tomber tout ce travail que demande la mise en conserve…je fini toujours par succomber!

Ainsi, mardi, alors que j’avais planifié une petite journée de congé à consacrer à l’écriture, je me suis laissée happer par plein (trop !) d’autres choses !

Lavage, repassage…et confection d’une quinzaine de pots de conserves. Compote de pommes et de poires, confitures de mirabelles, confitures de tomates et poivrons rouges de mon jardin… Tout y est passé !

Sauf le fait d’écrire. Du moins, autant que je l’aurais voulu…

Je me console du sourire de mon fils lorsqu’il est tombé dans mes pommes (au propre comme au figuré ;-) Et de ces longs mois d’hiver à venir ou nous pourrons continuer de déguster ces petits pots de bonheur qui pour le moment, s’alignent sagement sur mes tablettes, fiers de leurs couleurs.

Et voilà que parlant de Confiture de tomates, oignons et poivrons rouges, cette recette que j’ai dénichée sur le Web et que j’ai un peu modifiée (c’est tout moi ça !), s’est avérée le succès de la saison alors qu’hier soir, au cours d’un souper partagé avec des amis, nous sommes littéralement tombé en amour avec l’un de ces petits pots de bonheur !

Voici donc la recette !

Confiture de tomates, oignons et poivrons rouges

Ingrédients :
Poivrons rouges fermes et sans taches
Tomates (idéalement des italiennes, sans pépins)
Sucre
Huile d’olives
Basilic (ou toutes herbes qui vous tombent sous la main et que vous aimez !)
1 sachet de gélatine

Exécution :

  • Couper tous les légumes en morceaux (tomates, poivrons, oignons). Les placer dans un grand chaudron et les faire revenir légèrement dans l’huile d’olives.
  • Les couvrir de la moitié de la quantité de légumes en sucre (exemple: 4 tasses de légumes= 2 tasses de sucre). Cuire jusqu’à ce que les légumes se défassent.
  • Passer le mélange au robot culinaire afin d’en faire une purée et remettre dans le chaudron pour poursuivre la cuisson jusqu’à épaississement. (Le fait de passer les légumes au robot permet au passage de retirer l’excédent d’eau qui se sera formé pendant la cuisson)
  • En toute fin, j’ajoute un sachet de gélatine que j’ai d’abord fait lever dans un peu d’eau. Puis je mets le tout en conserve.

Il est important de faire cuire la confiture suffisamment, du moins jusqu’à ce qu’elle épaississe un peu sans quoi, elle demeurerait trop liquide. En refroidissant, elle prendra une consistance un peu gélatineuse.

Un délice avec du pain frais et un bon fromage de chèvre ou de brie !

Partagez avec vos proches!
08/24/11

Renouveau

Photo: IStock

Tel que je le disais hier, quantité d’indices laissent présager que l’été est sans doute bel et bien parti en exil !

Le catalogue de Noël sur mon perron mais aussi, les circulaires annonçant à pleines pages les ventes de matériel scolaire et de chaussures pour la rentrée. Une rentrée scolaire qui aura lieu, elle, dans quelques jours à peine alors que mon tout petit bout de choux entrera à la maternelle ! Dur coup pour la maman mais un événement dans l’ordre des choses n’est-ce pas ?

Même si pour plusieurs, la fin de l’été est souvent synonyme de deuil, en ce qui me concerne j’ai toujours adoré cette période qui laisse poindre une certaine forme de renouveau. Et en quelques sortes, un retour à une routine qui me rappelle mes jeunes années d’écolière qui voyait alors comme la plus parfaite expression du bonheur le fait d’ouvrir des cahiers neufs dans lesquels écrire avec des crayons remplis de brillants, les nouveaux vêtements, les retrouvailles avec les amis que je n’avais pas vus depuis le printemps précédent,…

En tant que femme, l’automne m’apparaît toujours comme une période de renouveau pendant laquelle les comptoirs des marchands sont remplis de légumes tous plus colorés et appétissants les uns que les autres et qui me donnent alors une envie folle de faire «l’école buissonnière» du travail (!) et d’aller me cacher chez-moi afin d’y cuisiner des aubergines. Ou encore, d’y faire griller et mariner des poivrons que je mettrai ensuite en conserve. Ou des confitures que ma famille dégustera pot par pot au fil de l’année…. J’ai alors cette impression d’être complètement marginale tant le fait de mettre ses fruits et légumes en conserve semble aujourd’hui l’image d’une époque révolue ! Mais ça me donne aussi l’impression d’aller à contre-sens de notre société ou tout va tellement vite qu’on ne prend plus le temps de faire les petites choses….

Et cela, ça me rend heureuse.

Tout simplement !

Et vous, quel plaisir l’arrivée de l’automne vous laisse-t-elle anticiper ?

Partagez avec vos proches!
08/23/11

Hier encore



Photo: IStock

N’était-ce pas l’été hier encore ?

Une fois de plus, je suis forcée de constater que ce calendrier qui nous donne parfois cette impression d’être figé, sait tout autant se mettre soudainement à défiler, tel un fou qui ne saurait plus s’arrêter…

Aussi, je me suis levée ce matin avec cette impression que c’en était fini de l’été ! Les nuits plus fraîches, ces matins ou l’on supporte sans broncher une veste et un bon café chaud, le bout des arbres qui tels des adolescents timides n’arrivent plus à cacher qu’ils prennent des rougeurs …

Mais surtout, l’arrivée sur mon balcon…du catalogue de Noël ! Chaque année, je me fais alors la réflexion qu’il est sans doute un peu fou ce monde dans lequel on veut nous vendre le père Noël au mois d’août !

Mais en voyant mon fils ce matin, plus occupé à regarder le-dit catalogue qu’à s’habiller, oubliant même de manger, je suis revenue quelques trente ans en arrière, me souvenant combien j’ai pu rêver alors devant ce fameux catalogue, marchand de rêves ambulant de tous ces cadeaux dont je faisais, défaisais et refaisais sans fin la liste…

N’était-ce pas l’été, hier encore ?

Et puis il y a exactement trois ans aujourd’hui, ma Juliette faisait un saut dans ma vie. Presque rien ! Tout juste le temps du battement d’aile d’un papillon ! Mais comme «l’effet papillon», son court passage aura eu ce pouvoir de provoquer une tornade dans ma vie.

N’était-ce pas hier cela aussi ?

Partagez avec vos proches!
10/29/10

Joyeuse Halloween !

Photo: Chronique d’une cinglée
Joyeuse Halloween à tous les petits chasseurs de citrouilles de la planète ! (et de bonbons surtout !) 
J’espère que la cueillette aura été bonne ;-)

Et pour les grands, cette petite pensée:

« Il y a en chacun de nous un petit monstre qu’il nous faut nourrir chaque jour »

Bon week-end !

Partagez avec vos proches!
10/1/10

Arrêt sur image

Photo: Chroniques d’une cinglée

Petit vendredi gris et pluvieux pour clore une semaine de la même couleur… Heureusement que pour le week-end, on nous annonce un peu de soleil que je ne ferai pas l’erreur de rater ! Prévoyant en effet aller profiter des couleurs et du cric crac sous mes pas des feuilles mortes… Car si pour beaucoup, automne rime avec déprime, nostalgie et deuil, pour moi c’est le moment de ressentir profondément l’énergie de cette nature qui fait une pause pour mieux revenir. Car bien que l’hiver, nous puissions avoir un peu l’impression que tout est mort et que rien, assurément ne pourra jamais repousser sous cette végétation décomposée, arrive pourtant immanquablement le printemps qui nous fait nous émerveiller devant la force de cette nature capable de renaître là ou il semblait n’y avoir plus aucune vie…

Finalement, peut-être suis-je un peu nostalgique mais d’une nostalgie… apaisante. Celle qui donne envie, le week-end venu, de s’enfermer chez-soi et de cuire un bon mijoté dont l’odeur embaumera la maison jusqu’au lundi matin. Sans bien sur oublier de partager une bonne coupe de vin avec mon mari alors que nous rêverons…de notre voyage à Prague et Vienne en décembre prochain. Juste tous les deux pour la première fois … en bientôt 5 ans !

Bon, ça va ! Je vois que vous êtes sceptique devant ce portrait familial idyllique !

Alors j’avoue ! Ce scénario, ce sera sans doute après avoir remis en ordre la maison dans laquelle notre fils aura très certainement mis un bordel sans nom, avec des jouets aux quatre coins, des miettes de pain autour de la table et peut-être aussi…la trace de son dernier festin sur les joues. Car vous le savez-vous ! Nous sommes bien loin des familles de carte postale  Et j’ai envie d’ajouter: tant mieux !

Partagez avec vos proches!
09/29/10

Avant que la citrouille ne se transforme…

Photo: Chroniques d’une cinglée

Quel plus beau symbole de l’automne que la citrouille? Vous ne trouvez pas?

Pour l’occasion, et parce que l’automne me rend gourmande avec toutes ses couleurs, j’ai pensé partager avec vous ma recette de super tarte croustillante à la citrouille. Que soit dit en passant, je ne fais qu’une fois par année ! (Vous comprendez pourquoi lorsque vous y aurez goûté ;-)

Ingrédients de la garniture croquante

  • 1 tasse de gruau (avoine)
  • 3/4 tasse de cassonnade bien tassée
  • 1/2 tasse de pacanes hachées
  • 2 cuillières à table de farine tout usage
  • 1/2 cuillière à thé de cannelle
  • 1/3 tasse de beurre fondu.

Ingrédients de la garniture à la citrouille

  • 1 boîte de citrouille en purée (398 ml)
  • 1 tasse de cassonnade
  • 1 1/4 de lait évaporé Carnation
  • 2 oeufs
  • 1 cuillière à thé de chacun: extrait de vanille et cannelle
  • 1/2 cuillière à thé de chacun: gingembre moulu et muscade.

1 fond de tarte.

Préparation

  • Préchauffer le four à 425 degrés;
  • Garniture croquante: incorporer les ingrédients à l’aide d’une fourchette. Réserver.
  • Garniture à la citrouille: dans un grand bol, mélanger la purée de citrouille, la cassonnade, le lait évaporé, les oeufs et la vanille à l’aide d’un fouet. Incorporer le reste des ingrédients puis verser dans la croute à tarte.
  • Faire cuire au four préchauffé à 425 degrés pour 15 minutes, puis diminuer l’intensité du four à 325 degrés pour poursuivre la cuisson un autre 45 minutes.
  • Ajouter la garniture croustillante réservée et poursuivre la cuisson 20 minutes.
  • Sortir du four et laisser refroidir avant de servir. Avec de la crème fouettée fraîche ?

Vous verrez, cette tarte deviendra une tradition chez-vous ;-)

Bonne journée !

Partagez avec vos proches!
09/22/10

Fleurs d’automne

Pour vous souhaiter un bon matin, j’ai pensé vous offrir ces fleurs qui fleurissent actuellement tout près de mon balcon ! Une belle façon, me suis-je dit, de faire un test «photo» pour mon blog ! Est-ce que ça n’en valait pas le coup ?

Mais au delà de cette belle surprise colorée, j’ai toujours été fascinée par ces fleurs de Chrysanthème qui l’automne venu, donnent l’impression de faire de la résistance en sortant leurs plus belles couleurs alors qu’autour, les feuilles des arbres tombent, que le ciel se fait gris et que ce sont les nuages qui bourgeonnent plus encore que les fleurs…

Un beau symbole n’est-ce pas ?

Bonne journée que je vous souhaite des plus ensoleillée !

Partagez avec vos proches!