03/17/17

La fin du plus que parfait ou la beauté du chaos

Pixabay

En jetant de temps en temps un regard sur la vie des autres à travers cette loupe grossissantes que sont les Facebook et Pinterest de ce monde, je me dis parfois qu’il n’y a que moi qui ai une vie complètement bordélique et désorganisée.

Vous savez ce que je veux dire j’imagine !

Ce sentiment d’avoir une vie pas mal plus beige que celle que je peux percevoir comme étant celle des autres. Dans la mienne, jamais assez de voyages. Beaucoup de responsabilités. Trop de nuits blanches à m’inquiéter de tout et de rien. Le sentiment perpétuel de lutter constamment contre mon poids. De ne pas savoir être là ou j’aurais envie d’être. D’être devenue avec l’Homme de la maison au fil des années à l’image de ces vieux couples qui me décourageaient tellement quand je les regardais aller, il y a quelques années. D’être cette mère pas toujours aussi patiente que j’aimerais imaginer l’être. Et surtout, cette incapacité crasse à me tenir debout pour enfin terminer mon livre. Un projet qui pourtant, me semble être le symbole ultime s’il en est un que j’aurai atteint le sommet de ce que me semble être une vie réussie (à mes yeux).

Parce que bien sûr, il m’arrive, comme à vous sans doute, d’être soudainement frappée de cette impression qui me tombe alors dessus un peu comme une tonne de briques qu’il n’y a que moi…. pour qui les choses se passent rarement comme je l’aurais voulu.

Continue reading

Partagez avec vos proches!
03/7/17

#EnsemblePourLe8Mars pour la moitié de l’humanité

Crédit: Pexels

Lorsque j’étais plus jeune – disons dans la vingtaine ou même la trentaine – j’avoue que je regardais avec un camion d’incompréhension ces femmes plus âgées – disons celles dans la fin quarantaine et plus – qui avouaient en avoir vraiment marre de tout ce qui touchait du quotidien domestique.

Moi, bien sur, je l’avais l’affaire !

J’avais trouvé réponse à tout!

- Préparer les repas un poids ? Ben voyons donc ! ne pouvais-je m’empêcher de répondre. Il suffit de planifier d’avance !

- Travailler en élevant des enfants, la forme moderne d’esclavage léguée par nos mères ? Un peu exagéré, pensais-je ! Suffit de s’organiser.

- Les taches ménagères, trop souvent uniquement la chasse gardée des femmes ? Hum! Suffit de mettre les choses au clair avec son conjoint dès le départ.

Ça évidemment, c’était tous ces beaux arguments avec lesquels je me berçais de cette illusion que aujourd’hui, pour les femmes de ma génération, tout avait été acquis. Que tout nous était accessible. Et que par conséquent, nous pouvions bien nous asseoir sur nos lauriers ! Pleine que je l’étais alors de cette conviction un peu naïve que toutes ces vieilles questions d’inégalités, c’était de vieilles histoires dignes de ces années en noir et blanc qui – comme les dinosaures – dataient d’une époque bien trop lointaine pour représenter une quelconque menace.

Continue reading

Partagez avec vos proches!
03/2/17

De Marie de l’Incarnation à Nelly Arcan, Se dire, se faire par l’écriture intime, Patricia Smart

Depuis un bon moment déjà, trônait dans ma pile de livres à lire ce petit bijou dont j’avais très clairement sous-estimé tout l’intérêt qu’il constituait: «De Marie de l’Incarnation à Nelly Arcan, Se dire, se faire par l’écriture intime» de l’auteure canadienne Patricia Smart, Professeur à l’Université de Carleton. Celle-ci abordant le sujet de l’écriture intime telle que pratiquée par les femmes à travers l’histoire québécoise, jusqu’à aujourd’hui, époque dans laquelle j’ai parfois l’impression que l’auto-fiction soit devenue reine du genre!

Et tout l’intérêt de ce livre, je dirai, réside justement dans ce fait que, d’une façon un peu unique, l’auteure aborde ici un sujet vraiment trop peu couvert en littérature, soit l’écriture des femmes sous la forme autobiographique, dans l’histoire québécoise. Et cela alors qu’aujourd’hui encore, en 2017, il semble que les femmes doivent décidément, encore et toujours, se faire à l’idée d’être minoritaires lorsqu’il est question de livres publiés au sens large. Ou pire, se taire carrément ! Comme c’est le cas ces jours-ci de ces quelques voix féminines fortes qui ici au Québec, décident rien de moins que d’abandonner leur tribune sur le web, épuisées devant le flot de commentaires violents et agressifs que beaucoup de femmes reçoivent de façon très violente lorsqu’elles osent s’exprimer publiquement. Une situation qui n’est malheureusement pas exclusive au Québec…

Mais revenons au livre, puisque c’est ce dont il est question ici!

Continue reading

Partagez avec vos proches!
02/15/17

Du pouvoir réactionnaire de la féminité

Crédit: Pixabay

Hier, je suis tombée sur un article de Libération qui, après m’avoir donné le sentiment d’être littéralement tombée de ma chaise, m’a portée à réfléchir…

L’histoire ?

Celle de Lucia Caram, une bonne sœur Dominicaine d’une cinquantaine d’années qui, dans un talk-show, «Chester in Love» sur la chaîne privée espagnole Cuatro, a osé vanter les mérites de la sexualité dans le couple. Celle-ci, partant pour démontrer son argumentaire du modèle de vie de couple tel que vécu et présenté par Joseph et Marie.

Bon d’accord, je l’avoue ! Le modèle «date» un peu mais on parle quand même d’une bonne sœur pour parler du sujet ! Nous lui pardonneront donc les exemples un peu désuets.

Bref !

Continue reading

Partagez avec vos proches!
01/22/17

Vu: Le « Nelly » de Anne Émond

Je l’avoue, il est plutôt rare que je parle cinéma ici.

Et pourtant, je suis forcée de constater que là-dessus, je n’ai pas de véritable explication ! Le fait étant que je suis vraiment folle de cinéma! 

Mais la réalité toute banale, c’est probablement que mon travail consistant justement à évaluer et classer au quotidien le contenu d’émissions de télé et de films en vue d’en déterminer la cote signalétique en fonction de la violence (entre autre!) qu’on y retrouve, je n’ai pas, par défaut, ce réflexe d’aborder le sujet ici, dans mes textes !

Toutefois, je me suis dit qu’il me fallait aujourd’hui faire exception à mes habitudes ! Car le fait est qu’ hier, je suis allée au cinéma voir le dernier film de la réalisatrice Anne Émond et qui porte sur une auteure québécoise qui, en son temps, à fait parler plus qu’à son tour, Nelly Arcan.

Et pas nécessairement toujours pour les bonnes raisons , est-il besoin de le préciser!

Continue reading

Partagez avec vos proches!
11/24/16

En parler ou pas ? Là est la question

Pexels

Parfois, en relisant certains vieux billets, j’ai le réflexe un peu étrange de me demander comment, Dieu du ciel, j’ai pu aborder tel sujet en particulier.

Ou encore, comment j’ai pu avoir aussi peu de filtre pour raconter telle ou telle anecdote. Du genre que n’importe quelle personne le moindrement saine d’esprit se garderait bien d’aborder…. Peu importe que ce soit sur un blogue que liront des gens qu’on ne rencontrera probablement jamais en personne.

Ou qui, s’ils me croisaient dans la rue, ne me reconnaîtraient même pas.

Mais, un peu étrangement, ce sont bien souvent ces sujets que j’ai hésité à aborder, parce qu’ils m’apparaissaient comme étant un peu «tabous», qui m’apportent le plus de commentaires une fois écrits. Et qui, un peu paradoxalement, m’apparaissent alors comme bien banals par rapport à la gêne initialement ressentie.

Continue reading

Partagez avec vos proches!
05/25/16

#Madeleineproject et autres choses que le temps n’est pas encore parvenu à disperser

Crédit: Pexels

Ce ne sera pas ici la révélation du siècle! Je suis littéralement folle de tout ce qui relève des secrets de familles, des vieilles histoires. Et de ce qui se cache parfois derrière les murs des vieilles demeures.

Ceux-ci recelant d’histoires souvent bien plus folles que tout ce que pourrait imaginer le plus imaginatif des romanciers!

C’est pourquoi j’ai littéralement craqué pour cette histoire dont on a parlé sur internet, d’abord sur Twitter sous le mot-clé #Madeleineproject et cela, depuis l’automne dernier. Puis, dans la presse ces derniers jours.

L’histoire ? Celle de Clara Beaudoux, une journaliste qui décide de louer un appartement à Paris. Ici, rien de spécial, nous en conviendront. Toutefois, l’histoire prend des airs d’enquête lorsque la jeune femme décide de faire le ménage dans la cave laissée en plan avec son contenu par l’ancienne propriétaire, une quasi centenaire décédée l’année précédente. Comme les héritiers de la dame ne manifestent aucun intérêt pour tout ce que leur parente a laissé derrière elle, Clara Beaudoux décide, après deux ans, de faire le grand ménage.

Continue reading

Partagez avec vos proches!
05/19/16

Ménopause ou méga-pause qui s’impose? Là est la question

Crédit: Pexels

Depuis quelques temps, une question un peu obsédante s’est peu à peu frayé un chemin dans mon esprit avec la délicatesse d’un 4×4…

Et si c’était la ménopause ?

Vous voyez le genre ? De ces interrogations, convenons-en, qu’on s’arrête franchement peu souvent a évoquer autour de soi tant la « thématique » est bien loin de faire envie à qui que ce soit.

Qui oserait prétendre en effet que cette période, soi disant qualifiée d »étape normale dans la vie de toutes femmes », ait quoi que ce soit qui puisse nous donner envie de nous vanter ?

Qu’on me le dise!

Continue reading

Partagez avec vos proches!
05/8/16

Mal de mère: Le Top 3 de mes coups de cœur littéraires dédiés à la mère, 3 de 3

En cette journée de la fête des mères, nous voici donc avec ce troisième volet de mes coups de cœur littéraires portant sur le thème de la mère. Celui-ci ne se prétendant scientifique d’aucune façon ! Car clairement, ce sont des dizaines d’autres livres dont j’aurais pu parler ici tant le thème de la relation à la mère est riche et porteur lorsqu’il est question littérature !

D’autant plus si celle-ci, la mère est un peu cinglée. Et ou un peu perturbée !

Avec « C’est le cœur qui meurt en dernier » c’est un peu à un désir de réconciliation que semble s’adonner l’auteur, Robert Lalonde avec sa mère, après la mort de celle-ci.

Ce livre, j’en avais parlé tout juste ici.

Continue reading

Partagez avec vos proches!
05/6/16

Mal de mère: Le Top 3 de mes coups de coeur littéraires dédiés à la mère, 1 de 3

Crédit: Pexels

«On aurait beau dire merde à sa mère dans un roman, ce serait pris pour une déclaration d’amour»     (-Livre de ma mère, Albert Cohen)

Ce dimanche, ici au Québec ce sera la fête des mères, l’une des célébrations les plus commerciales qui soit! Car 4,3 milliards de dollars c’est ce que les américains auraient dépensé l’année dernière pour souligner cette journée des mamans. Et 75,1 millions d’euros, c’est ce qu’aurait rapporté aux fleuristes français les achats de roses, lys et autres bouquets en 2013…

C’est de l’amour, du vrai pour nos mères ça n’est-ce pas ?

Continue reading

Partagez avec vos proches!