11/2/15

Identité

Crédit: Pexels.com

J’ai toujours été un peu dubitative face à cette décision qu’a un jour prise mon grand-père paternel de changer unilatéralement son prénom, Origène devenant ainsi Eugène. Parce qu’il trouvait le siens tout bonnement horrible.

Sans autre forme de procès !

Car finalement, n’est-ce pas que notre prénom, c’est un peu notre identité  ?

Un peu comme cet ADN qu’on nous transmet, sans nous demander notre avis sur la question !

Enfin bref !

Ce matin, alors que je marchais pour me rendre au travail, et alors que je ne m’étais jamais vraiment arrêtée sur la question, j’ai eu comme cette révélation que moi aussi j’avais toujours eu mal à partir avec mon prénom. Un prénom choisi par ma mère à l’époque de ma naissance. Parce qu’une comédienne d’une série québécoise de cette fin des années soixante portait elle-aussi ce prénom que bien des mères québécoises, convaincues de leur originalité, se sont empressées de donner à leurs filles…

Continue reading

Partagez avec vos proches!
07/5/13

Renouveau

Crédit: IStock

En vacances cette semaine, je me suis permis de me replonger dans la lecture de l’un de ces livres qui n’attendent que mon bon vouloir, patientant sur ma table de chevet dans l’attente que je me pose enfin…

Et voilà qu’en lisant un livre traitant de psychogénéalogie (encore un !), je suis tombée sur une citation qui m’a particulièrement touchée…

Pourquoi ? Peut-être parce que la lecture de ce livre arrive alors que j’ai passé le weekend dernier dans la région ou j’ai vécu mon enfance. Ce lieu ou mon père repose toujours, presque trente-cinq ans après sa mort. Au fond de ce qui s’est avéré ce trou noir auquel il a voulu se croire destiné…

Dans la plus anonyme des fosses communes…

Et ou je n’étais jamais retournée depuis trente-quatre ans…

Continue reading

Partagez avec vos proches!
08/27/12

Héritage et filiation, prise 3

Crédit: Photo-libre.fr
Vous le connaissez maintenant, ce petit jeu pour lequel j’ai craqué cet été… Celui de l’héritage…

Voilà que ce matin, c’est une autre blogueuse qui s’est prêtée au jeu. Sylvie du blogue Au bonheur de la pierre blanche. Voici donc une belle façon de la découvrir… elle et son joli blogue.

Ce que je dois à ma mère (couturière) :
  • Une imagination sans borne
  • Mon côté autoritaire (mais je me soigne, hein)
  • Le goût de l’indépendance
  • La peur des orages
  • La ténacité
  • Mon côté «Rebelle»
  • Le sens de la justice
  • Le goût du pratique
Ce que je dois à mon père (agent immobilier et surtout espagnol) :
  • Mon côté «matheux»
  • Mon appétence pour la paperasse (ça tombe bien mon mari déteste!)
  • Le besoin de tout maîtriser
  • Le goût de l’indépendance (si, si, je lui dois aussi)
  • Mon incompétence dans le bricolage et autre travail manuel
Ce que je ne dois ni à mon père, ni à ma mère :
  • Mon besoin d’écrire
  • Mon goût pour la campagne
  • Mon côté sédentaire-solitaire
  • Mes réunions avec moi-même, ça peut durer des heures sans que je m’en rende compte
Sylvie Peyresblanques
Partagez avec vos proches!
08/16/12

Héritage et filiation, prise 2

Photo: IStock
Vous vous souvenez, j’imagine ! Le mois dernier, je vous parlais de cette série d’articles du Journal Internet Suisse Le Temps qui pour la période estivale, demandait à des personnalités connues en Suisse de faire ce que nous pourrions qualifier de liste de ce qu’elles imaginaient avoir hérité de leur mère, puis de leur père. Et ce qu’enfin, elles estimaient ne devoir qu’à elles-mêmes… 
Je m’étais alors prêtée au jeu, histoire de faire un lien entre ce que je suis, moi, et ce que finalement, je ne peux faire autrement que de créditer à l’empreinte laissée sur moi par ceux qui sont venus avant… 
Un jeu, je l’avoue, beaucoup plus simple sur papier qu’en réalité, je vous l’assure !
Voilà que ce matin, je vous propose la version de Karla, une grande amie qui a accepté de se prêter au jeu… Une amie par ailleurs que certains d’entre vous connaissez déjà, étant donné qu’elle est devenue le personnage principal de certains de mes billets…

Et un jeu qu’elle non plus n’a pas trouvé si évident qu’il n’y paraît de prime abord !
Comme quoi, bien que nous passions la plus grande partie de notre vie à nous acharner à défaire ce que nos parents ont fait bien avant nous, vient un moment peut-être ou reconnaître certains héritages, c’est un peu comme des ponts nécessaires pour traverser la rivière…

KARLA 
Ce que je dois à ma mère (enseignante et employée de bureau)
  • Les bulles de folie et fous rires spontanés;
  • Ne jamais porter de jugement de valeurs sur les autres. Accepter les différences;
  • La fameuse sauce à fondue «à la diable»;
  • Guérir à peu près tout et n’importe quoi avec seulement de l’iode, de la Vaseline et du Vicks;
  • Mon premier abonnement à la bibliothèque;
  • Un germe de féministe qui n’est jamais complètement endormi et qui me rappelle de ne pas perdre les acquis chèrement gagnés;
  • Le modèle d’une femme forte, à l’avant-garde;
  • Ma façon de marcher;
  • Ma myopie;
  • Le plaisir de se retrouver en forêt ou en nature et simplement apprécier le moment…
  • Mon grand inconfort en société.
Ce que je dois à mon père (contremaître général)
  • Ma capacité à camoufler mon grand inconfort en société;
  • Le sens du devoir;
  • Une envie d’être excentrique, différente, non-conformiste et de l’afficher;
  • Accumuler des connaissances hétéroclites sur tout et n’importe quoi.  Ce qui résulte en une passion un peu compulsive (et parfois malsaine) pour les reportages télévisés;
  • La technique pour faire cuire des fèves au lard dans le sable;
  • Le côté bouillant de mon caractère;
  • Mon aptitude à gérer une équipe de travail.
Ce que je ne dois ni à ma mère ni à mon père
  • Mon indépendance (je l’ai gagnée toute seule, de haute lutte!);
  • Mon goût pour l’art et la musique;
  • Aimer chanter (ça, ça vient de mon grand-père)
  • Ma peur maladive des incendies;
  • Attacher mes raquettes à la manière des coureurs des bois même si je dois être la seule, parmi un groupe de papis octogénaires, encore capable de réaliser la chose (ça aussi c’est mon grand-père !).
Et vous, des ponts à construire ?
Partagez avec vos proches!
07/6/12

Héritage et transmission, prise 1

Photo: IStock

Le Journal Suisse Le Temps, vous connaissez ?  

Depuis quelques jours, l’édition en ligne propose au quotidien des entretiens avec des personnalités qui racontent ce qu’elles reconnaissent devoir à leur mère, puis à leur père. Ces petites choses en fait dont elles reconnaissent l’héritage, la filiation…
Ce matin, bien que la chose paraisse assurément beaucoup plus simple sur papier que dans la réalité, j’ai eu envie de me prêter à l’exercice.. Pour réaliser finalement que la chose était bien loin d’être banale… Car s’il est plutôt facile de détailler toutes ces choses que nous pouvons reprocher à nos parents, faire une liste de ces héritages familiaux dont nous acceptons la transmission…demande assurément une bonne dose de réflexion ! Mais un exercice par la même occasion qui m’a semblé s’apparenter étrangement au fait de construire des ponts… 
Entre les générations ceux-là…
Ce que je dois à ma mère (secrétaire médicale, retraitée prématurément en raison de son Parkinson)
  • L’amour des livres;
  • Le goût des mots;
  • Le besoin d’écrire pour laisser une trace;
  • Le courage;
  • La détermination;
  • La capacité de devenir une louve lorsqu’il est question de défendre les miens;
  • Le goût du voyage.
Ce que j’imagine devoir à mon père (décédé alors que j’avais 9 ans, il fut travailleur minier par intermittence)
  • Le refus du conformisme;
  • Mon esprit un brin rebelle;
  • Un certain sens artistique;
  • La conscience que nous ne sommes pas éternels et qu’alors qu’on s’imagine avoir une vie sans importance, nous sommes les derniers à pouvoir en juger.
Ce que je ne dois ni à ma mère ni à mon père ou ce que je revendique totalement
  • Le sentiment profond d’être le personnage principal de ma propre vie, mon acharnement à vouloir ré-écrire l’histoire familiale, mon refus catégorique d’en être victime.
Pour la série du journal Le Temps en entier, c’est par ici
Et vous, qu’écririez-vous si vous osiez ? 
Partagez avec vos proches!