03/23/17

Les mots des autres…De l’art de remplir le vide avec de la peinture ou avec des mots

Pixabay

«Je crois que c’est ça, un artiste. Je crois que c’est quelqu’un qui a son corps ici et son âme la-bas, et qui cherche à remplir l’espace entre les deux en y jetant de la peinture, de l’encre ou même du silence.

Dans ce sens, artistes nous le sommes tous, exerçant le même art de vivre avec plus ou moins de talent, je précise: avec plus ou moins d’amour

(- Christian Bobin, «L’épuisement»)

Partagez avec vos proches!
02/1/17

Les mots des autres…Simone de Beauvoir

Crédit: Pexels

Qui pourrait affirmer sans rire que ces mots écrits il y a des décennies sont dépassés?

D’une pertinence troublante…

«N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. 

Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant.»

(-Simone de Beauvoir)

Partagez avec vos proches!
09/22/16

Les mots des autres…Devenez ce que vous êtes

Pexels

«Il est tellement important de laisser certaines choses disparaître. De s’en défaire, de s’en libérer. Il faut comprendre que personne ne joue avec des cartes truquées. Parfois on gagne, parfois on perd. N’attendez pas que l’on vous rende quelque chose, n’attendez pas que l’on comprenne votre amour. Vous devez clore des cycles, non par fierté, par orgueil ou par incapacité, mais simplement parce que ce qui précède n’a plus sa place dans votre vie. 

Faites le ménage, secouez la poussière, fermez la porte, changez de disque. Cessez d’être ce que vous étiez et devenez ce que vous êtes»

(-Paulo Cuelho)

 

Partagez avec vos proches!
09/13/16

Du pouvoir de l’apparente insignifiance des vagues

Pexels

«Pourquoi est-ce que je t’écris? Parce que j’en ai envie. Et parce que je ne veux pas attendre en silence la septième vague. Oui, ici on raconte l’histoire de l’implacable septième vague. Les six premières sont prévisibles et équilibrées. Elles se suivent, se forment l’une sur l’autre, n’amènent aucune surprise. Elles assurent une continuité. Six départs, si différents qu’ils puissent paraître vus de loin, six départs – et toujours la même arrivée.

Mais attention à la septième vague! Elle est imprévisible. Elle est longtemps discrète, elle participe au déroulement monotone, elle s’adapte à celles qui l’ont précédées. Mais parfois elle s’échappe. Toujours elle, toujours la septième vague. Elle est insouciante, innocente, rebelle, elle balaie tout sur son passage, remet tout à neuf. Pour elle, il n’y a pas d’avant, mais un maintenant. Et après, tout  à changé. En bien ou en mal? Seuls peuvent en juger ceux qui ont été emportés, qui ont eu le courage de se mettre face à elle, de se laisser entraîner.

Je suis assise ici depuis une bonne heure, je compte les vagues et j’observe ce que font les septièmes. Pour l’instant, aucune se n’est emballée. Mais je suis en vacances, je suis patiente, je peux attendre. Je ne perds pas espoir! Ici, sur la côte ouest, souffle un fort et chaud vent du sud

- «La septième vague», Daniel Glattauer.

 

Partagez avec vos proches!
06/25/16

Sur la route des vacances…

Crédit: Pexels

Parce qu’aujourd’hui je tombe en vacances…

Que devant moi se déroule une longue route…un peu comme un interminable ruban qui court dans la campagne…

Il y a un endroit où je vais
Où personne ne me connait
Ce n’est pas un retrait
C’est une chose nécessaire
C’est un endroit que j’ai créé
Pour découvrir de quoi je suis faite
Les nuits sont éveillées
Passées à compter les étoiles et à combattre le sommeil

Lorsque ça me submerge
Je suis prête à perdre pieds
Que ça m’emmène à l’endroit où l’on examine le mystère de la vie
Constamment sur le fil
Perdre le sens du temps
Prendre tout et réveiller cette petite part de moi

Jour après jour, je suis trop aveugle pour voir
Et découvrir jusqu’où aller..


Partagez avec vos proches!
04/9/16

Les mots des autres… Anne Percin

Crédit: Pexels

«On dirait qu’il manque quelque chose: une place, quelque part, pour exister.

On se débat pour se tenir la tête émergée, on se voit pas plus loin que le bout de son nez et toutes les places sûres sont prises.

La solution est peut-être d’aller droit devant soi, sans se soucier de rien.»

(- Anne Percin, Les Singuliers)

 

 

Partagez avec vos proches!
01/7/16

Les mots des autres…Frédéric Berthet et le sens de la vie

Crédit: Pexels

«J’aimerais de ma vie qu’elle tienne en une phrase dont on aimerait connaître la suite, du genre: « le cavalier français qui partit d’un si bon pas »»

«Que faire de ma vie? se demandait-il. Et il répondait: y multiplier les moments ou la question ne se pose pas»

(-Frédéric Berthet, «Journal de Trêve»)

 

Partagez avec vos proches!