11/23/16

Être un bon parent, n’est-ce pas la dernière légende urbaine en vogue ?

Crédit: Pexelx

Être un bon parent, n’est-ce pas la dernière légende urbaine en vogue ?

Carrément un mythe?

Je me le demande !

La Presse publiait hier un article dans lequel on racontait que selon un portrait inédit des conditions de vie des enfants québécois dévoilé par l’Observatoire des tout-petits, rien de moins que la moitié des enfants de moins de 6 ans auraient déjà été victimes de violence à la maison…

Des chiffres qui, avouons-le, ont littéralement de quoi nous faire frémir n’est-ce pas? Et dans lesquels on parle de la violence tant physique que des agressions psychologiques répétées.

Un article qui, je l’avoue aussi d’emblée, un peu comme le sablier infernal de mon ordi qui parfois, semble avoir pour seul but dans la vie de tester ma patience, n’a cessé de tourner en boucle dans mon esprit depuis.

Continue reading

Partagez avec vos proches!
05/8/16

Mal de mère: Le Top 3 de mes coups de cœur littéraires dédiés à la mère, 3 de 3

En cette journée de la fête des mères, nous voici donc avec ce troisième volet de mes coups de cœur littéraires portant sur le thème de la mère. Celui-ci ne se prétendant scientifique d’aucune façon ! Car clairement, ce sont des dizaines d’autres livres dont j’aurais pu parler ici tant le thème de la relation à la mère est riche et porteur lorsqu’il est question littérature !

D’autant plus si celle-ci, la mère est un peu cinglée. Et ou un peu perturbée !

Avec « C’est le cœur qui meurt en dernier » c’est un peu à un désir de réconciliation que semble s’adonner l’auteur, Robert Lalonde avec sa mère, après la mort de celle-ci.

Ce livre, j’en avais parlé tout juste ici.

Continue reading

Partagez avec vos proches!
05/6/16

Mal de mère: Le Top 3 de mes coups de coeur littéraires dédiés à la mère, 1 de 3

Crédit: Pexels

«On aurait beau dire merde à sa mère dans un roman, ce serait pris pour une déclaration d’amour»     (-Livre de ma mère, Albert Cohen)

Ce dimanche, ici au Québec ce sera la fête des mères, l’une des célébrations les plus commerciales qui soit! Car 4,3 milliards de dollars c’est ce que les américains auraient dépensé l’année dernière pour souligner cette journée des mamans. Et 75,1 millions d’euros, c’est ce qu’aurait rapporté aux fleuristes français les achats de roses, lys et autres bouquets en 2013…

C’est de l’amour, du vrai pour nos mères ça n’est-ce pas ?

Continue reading

Partagez avec vos proches!
06/9/15

A(mère)tume et douces chi(mères)

Crédit: Le jardin de ma mère, Kirsty Mitchell, Flickr

Ces temps-ci, je l’avoue, je me sens un peu dépassée par le flot du quotidien. Mais surtout, par les demandes incessantes de l’univers !

Car même si le fait que ma mère soit entrée en résidence a eu pour effet de m’enlever incontestablement un peu de poids sur les épaules, j’ai l’impression n’avoir jamais ressenti de ma vie autant de pression pour répondre aux besoins de tout un chacun !

Littéralement écrasée sous le poids des responsabilités.

Et cela, alors qu’à la veille de célébrer mes 46 ans (est-ce qu’on parle de célébrer, rendu là?), je n’ai jamais eu autant envie de m’exiler sur une île déserte, loin du chaos du monde! Mais surtout, bien loin de mon rôle de mère.

La Paix ! La Sainte Paix ! (oui, oui, avec un grand, un immense «P» majuscule!)

Continue reading

Partagez avec vos proches!
11/12/12

La mère a mal…et autres considérations

 

Crédit: IStock

Dans sa dernière édition, le magazine québécois Châtelaine donne la parole à une journaliste et blogueuse, Maude Goyer (du blogue Maman 24/7) qui dans la section Tribune libre, signe un article dans lequel elle raconte comment elle a ce sentiment de déranger, depuis qu’elle a des enfants…

Quelle mère en effet n’a jamais eu ce sentiment qu’elle serait bien mieux chez-elle alors que les restaurants dit-familiaux semblent l’exception; que dans les magasins, les allées semblent toujours trop petites pour y circuler avec une poussette; ou encore, que pour circuler dans le métro, il faille décidément avoir une force herculéenne pour pouvoir monter (ou descendre !) seule les escaliers avec la-dite poussette, les âmes charitables prêtes à nous aider ne semblant décidément pas légion…

« J’en ai marre. Qu’on cesse d’affirmer que notre société est gaga de ses enfants! « Socialement, on ne le dira pas mais on n’est pas ouvert aux enfants, on les tolère, dit Jacques Davidts, scénariste et auteur des Parent. On les supporte tant qu’ils sont de petits adultes. Mais quand ils agissent en enfants, ça nous tape sur les nerfs. » (Châtelaine, Décembre 2012, page 194)

Continue reading

Partagez avec vos proches!
02/23/11

Évolution ?

Quand devient-on adulte ? 
Lorsqu’on atteint la majorité ? Lorsqu’on devient soi-même parent ? Ou bien lorsqu’on se rend compte que nos parents vieillissent eux aussi, nous mettant ainsi face à cette évidence que nous ne seront pas toujours là, nous non plus…
C’est l’anniversaire de ma mère aujourd’hui. Ça me rappelle qu’il n’y a pas si longtemps, c’était elle qui était à ma place, avec de jeunes enfants…Et que tous, nous faisons partie d’une roue qui tourne et tourne…
Et puis, ça me rappelle également un passage très beau d’un livre d’Alexandre Jardin ou il parle ainsi de sa mère: 
« J’ai déposé un baiser sur son front et, sans l’en avertir, ai jeté dans la cheminée une brassée de ses livres. Ma mère m’a souri. Soudain, elle avait trente ans. Un instant, elle fut de nouveau une beauté, elle-même, pareille à celle qu’aima mon père assoiffé de présent, incapable de porter une montre. Alors j’ai balancé en riant une cinquantaine d’ouvrages divers dans les flammes: des Pléiades, de la poésie pluvieuse, des romans en grande santé, des Mémoires prétendument exacts (les plus fallacieux), des piles de fables. Quand elle ne sera plus là, avec qui pourrai-je me livrer à cette ascèse fortifiante ? Qui comprendra mon geste ? Cette fureur désespérée avec laquelle je lutte depuis l’enfance pour demeurer un livre qui s’écrit et non un roman réimprimé ? » (Alexandre Jardin, Chaque femme est un roman, page 23)
Partagez avec vos proches!
09/8/10

Cinglée vous dites ? À un point que vous ne pouvez imaginer !

Petit matin gris et pluvieux, le E-Pod sur les oreilles, assise dans le train…

De quoi vous parlerai-je ce matin, me suis-je demandée ! Non pas que les options manquent car ma vie est remplie de ces petits moments qui me font constater jour après jour que ce blog n’était pas un luxe…

Ainsi, si j’avais pensé vous parler de ma découverte du plaisir ultime de dire « non » (qui finalement, devra attendre une prochaine chronique !), voilà que ces derniers jours m’est arrivée une aventure qui vous le verrez, est loin de donner de moi l’image de la fille la plus saine d’esprit qui soit… Mais bon, puisqu’en plus, je n’ai aucun orgueil…

Mais que je vous raconte d’abord ! Ainsi, samedi dernier, fidèle à mon habitude, je me suis mise très tôt à la lecture de mes journaux du week-end, plaisir que je sabote en semaine, par manque de temps, alors que je passe au travers de mon journal comme une sauterelle, d’un titre à l’autre. Alors que le week-end, je lis TOUT ! Et c’est en passant par la chronique Arts et Spectacles (ma préférée !) que je suis tombée sur un article qui parlait d’un film français qui sortira ici dans quelques jours, Mère et filles. Et vous comprendrez que j’ai tout de suite été interpellée par les thèmes abordés alors qu’on y parle de transmission familiale, de féminisme, de destins féminins, de liberté, celle qu’on imagine et comment on l’atteint… Bien évidemment, je n’ai pu faire autrement que de voir des liens et des similitudes avec mon blog…et mon projet de roman, me promettant bien sur de courir au cinéma le week-end prochain !

Continue reading

Partagez avec vos proches!
07/6/10

Tremblement de Mère

En vacances, j’avais pris la résolution de m’attaquer à la réserve de livres qui recouvrent maintenant presque entièrement ma table de chevet ! Si vous pouviez voir la dite montagne de livres, vous comprendriez le défi !!!

Néanmoins, c’est ainsi que je me suis retrouvée avec dans mes valises, le merveilleux livre de Laurent Gounelle (une surprise !) «Dieu voyage toujours incognito », un livre sur lequel je suis tombée tout à fait par hasard à la librairie, un peu comme s’il m’attendait ! Car il faut le dire, je suis persuadée que les livres viennent à nous, et non le contraire!

Mais bref, rassurez-vous, malgré le titre, il s’agit bel et bien d’un roman ! Avec tout de même une pointe de quête spirituelle qui n’est pas sans charme! Ainsi, j’ai tout de suite été happée par cet univers de mystère dans lequel le personnage navigue ! C’est pourquoi j’ai envie ce matin d’en partager un extrait avec vous, extrait qui vous l’aurez compris, m’a plongée dans de nouvelles réflexions !

«La vie est ainsi; on réalise rarement dans l’instant que les moments difficiles ont une fonction cachée: nous amener à grandir. Les anges se déguisent en sorcières et nous délivrent de merveilleux cadeaux soigneusement enveloppés dans d’ignobles emballages…Quant l’épreuve survient, on réagit souvent avec colère ou désespoir, rejetant légitimement ce qui nous semble injuste. Mais la colère rend sourd, et le désespoir aveugle. Nous laissons passer l’occasion qui nous était offerte de grandir. Alors, les coups durs et les échecs se multiplient. Ce n’est pas le sort qui s’acharne contre nous, c’est la vie qui tente de renouveler son message. » (Laurent Gounelle, Dieu voyage toujours incognito)

Ce simple petit extrait a immédiatement été associé dans mon esprit à ma mère… sujet difficile à aborder s’il en est un ! Car j’ai l’impression de craindre moins les tremblements de terre que …ceux de ma mère. Atteinte de Parkinson, je ne peux que constater que malheureusement, elle est « devenue » sa maladie. Plus rien ne l’intéresse, hormis ses tremblements desquels sont attention est maintenant toute captive. Et il m’arrive ainsi de me dire que c’est peut-être là le dernier retranchement que la vie lui impose – désormais captive de son être qu’elle ne comprend toujours pas – afin de lui envoyer le message que le bonheur ne peut venir que de son intérieur. Et de nulle part ailleurs ni de personne d’autre finalement ! Car il bien vrai que la princesse avait beaucoup misé sur le prince charmant qui transformerait son monde d’un coup de baguette magique (oui ! oui ! il arrive que le prince fasse ça dans les histoires !!!)

Continue reading

Partagez avec vos proches!
11/10/09

Là ou le mystère s’épaissit

Lucienne, la toute jeune épouse de Dollard m’apparaît comme une totale énigme ! Née en 1908, on sait peu de choses d’elle sinon qu’elle épousa mon arrière-grand-père à St-Charles-de-Limoilou, en juillet 1923.

Calqua-t-elle son humeur sur la Grande Dépression de l’époque ? Fut-elle atteinte d’un syndrome post-partum suite à la naissance de ses deux enfants ? Ou était-elle simplement une femme qui était incapable de se conformer aux normes du moment, ou encore, contestataire ? Là dessus, je n’ai aucune réponse ! Peut-être que le mariage et la maternité n’étaient tout simplement pas sa tasse de thé…

Continue reading

Partagez avec vos proches!
11/5/09

À la recherche de soi

Certaines personnes pourraient penser que je suis ce qu’on pourrait appeler une « superwomen », partagée entre travail, enfants (le petit garçon que j’ai, la petite fille que j’ai perdu), mari, amis, mère malade, famille que l’on pourrait qualifier de…hors-norme…mais le temps tout de même de faire mes confitures et mon pain !

Mais pour paraphraser Simone de Beauvoir qui disait « nous ne naissons pas femme, nous le devenons », je dirais simplement que le fait d’être une « superwomen », loin d’être inné relèverait plutôt de l’instinct de survie. Essayez d’installer une souris sur un tapis roulant, puis augmentez la vitesse du tapis…vous comprendrez assez vite ce que je veux dire ! Les chances que la dite souris comprenne d’instinct qu’elle est mieux de savoir pédaler sont en effet assez probables !

Continue reading

Partagez avec vos proches!