Ce n’est pas un cadeau

Quel est le plus beau cadeau que vous ayez reçu au cours de votre vie ? Et le plus moche ?

Chaque année après Noël, je me régale sur internet à la lecture de ce genre d’article qui raconte les pires cadeaux reçus par certains. Bien souvent de la part de proches, ces personnes qui devraient pourtant nous connaître le mieux.

En ce qui me concerne, en terme de palmarès du pire, rien n’a jamais atteint le niveau de ce cadeau que j’avais reçu dans un party de bureau il y a longtemps. Vous connaissez le principe! Chaque invité devant arriver avec un cadeau susceptible de plaire au plus large auditoire possible, le-dit cadeau étant susceptible de tomber dans les mains d’un collègue ou d’un patron. Pour ma part, j’ai toujours joué de prudence dans ce genre d’échanges avec des emballages de confitures fines ou autres gâteries qu’à peu près tout le monde apprécie généralement. Mais bon, ce n’est pas forcément une science exacte!

N’empêche! Je m’étais retrouvée cette année-là avec le plus improbable des cadeaux que l’univers ait porté.

Une. Poupée. Vaudou.

L’échange étant anonyme, je n’ai jamais su qui avait bien pu se dire, dans un moment d’égarement c’est évident, que ce serait tellement une bonne idée!

Au chapitre du meilleur, mis à part cet inoubliable petit four Betty Crocker pour enfant que j’ai reçu à la fin des années soixante-dix et dans lequel j’ai cuisiné mes célèbres tartes à l’eau (oui! oui!), j’ai reçu ce Noël-ci le plus magnifique collier de perles du monde! Car oui, même si certains sont d’avis qu’on ne devrait pas porter de perles à moins d’être âgée d’au moins 95 ans, moi je les adore! Et je porte d’ailleurs les miennes depuis au moins cinq jours !

Et vous ? Qu’avez-vous reçu dans votre palmarès du pire ? Et du meilleur?

Le poids des mots ou l’art de réinventer Noël

Une amie l’a écrit sur sa page (avec ses mots mais ça voulait dire la même chose) et je suis tellement du même avis!

Partout à la radio, à la télé, dans les journaux, sur les médias sociaux on entend et voit plein de gens qui sont tout excités de crier que Noël est annulé, que la dinde est flushée, qu’il reste 386 jours avant Noël…

Pandémie oblige.

Désolée pour tous les Grinch de ce monde mais non Noël n’est pas annulé.

Netflix regorge de films de Noël; ici on a ouvert nos calendriers de l’Avent (mon ado a ses légos et moi j’ai mon calendrier de Nespresso); les rues sont illuminées comme on a pas vu cela depuis des années; les postiers sont débordés de cadeaux commandés sur internet par tout le monde. Et aujourd’hui, l’Homme de la maison a passé l’après-midi à couper de la viande pour faire nos tourtières comme au Nouveau-Brunswick, comme on les fait chaque année (et oui, un Homme dans la cuisine, ça fait bien dans un post, n’est-ce pas?). La vérité c’est que c’est pour ça que les congélateurs ça existe. (Pour y conserver l’extra de tourtières, pas l’Homme bien sur!) et oui, on mangera de la tourtière plus longtemps!

Pareil pour la dinde!

La vérité c’est qu’on va se coucher le 24 et lorsqu’on se réveillera, on sera le 25 décembre. Comme chaque 25 décembre, je vais cuisiner mes scones maison, nous nous ferons un déjeuner festif, nous ouvrirons nos cadeaux en buvant un bon café en pyjama.

Ou un mimosa.

Ou les deux, pourquoi pas ?

Pour le souper, j’ai déjà réservé un repas festif de chez Ferrer. On va le savourer en prenant un bon verre de vin. Et puis les jours suivants, on va manger des restes jusqu’à ce que ça nous sorte par les oreilles. Et puis nous passerons une semaine à se dire qu’on a trop mangé. Puis janvier à se faire accroire qu’on va se mettre au régime et perdre du poids…

Et puis c’est bien correct comme ça.

Alors s.v.p. Les temps sont déjà assez gris et déprimants comme ça! Rappelons-nous que les mots ont un poids. Choisissons les plus positifs. Non il n’y aura pas de soupers d’amis chez nous. Pour la première fois en à peu près 30 ans, je dirais.

Et oui ça va me manquer cruellement.

Mais s.v.p, arrêtons de dire que Noël est annulé, que la dinde est flushée et que le prochain noël aura lieu à la fin des temps. Parce que ça, ça ne fait de bien à personne.

Moi-même je l’avoue, je ne vais pas super bien ces temps-ci. Alors aussi bien vous le dire, car si mon post vous déplait, vous pourrez toujours le mettre sur le compte de mon état mental fragile. Mais pour notre santé mentale à tous, choisissons nos mots, pensons aux autres et préservons le minimum de magie sur lequel on a du contrôle.

C’est tout ce qu’on peut faire, n’est-ce pas ?

En attendant, la madame vous dit merci!

La fuck-it therapy: Au diable tout ce qui dépasse et déborde

Ce genre d’amie, on en a toutes une, non ? Sinon, je vous le dis, il faut absolument mettre ça illico sur votre liste de souhaits pour Noël.

Vous savez ? Ce genre de personne que l’on appelle quand on a besoin de ventiler et de se sentir plus légère.

Pour ma part, je ne sais pas ce que j’ai fait pour mériter ça mais j’en ai deux. D’abord Karla dont je vous ai souvent parlé ici. Et puis Lou, que j’aurais envie de vous dépeindre comme une joyeuse jeune retraitée à l’énergie d’une bombe sur le point d’exploser. Comme autrefois elle occupait ce poste qui est aujourd’hui le miens, c’est vers elle que je me tourne quand j’ai besoin d’évacuer tout ce qui a besoin de l’être. En bref, c’est un peu une mentore.

Son mantra ? Fuck off! Au diable tout !

Inutile de vous dire que c’est la meilleure personne à qui parler quand on a besoin de dédramatiser.

Bref! C’est à elles deux que j’ai pensé quand je suis tombée sur cet article qui fait l’éloge de la «fuck it Therapy». Qu’on pourrait traduire par «Rien à foutre!» en français.

Le principe selon l’inventeur et promoteur de cette approche? Inquiétez-vous moins et vivez plus!

Et le meilleur? Selon John Parkin, cet homme à l’origine d’ateliers et de stages consacrés à cette «Fuck It Therapy» au Royaume-Unis, le fait de se retrouver en groupe et de crier «Fuck It!», ça produirait le même effet antistress qu’une longue séance de méditation ou de relaxation. Rien de moins que l’équivalent d’un massage pour l’esprit.

Ça me ramène moi-même à ma vingtaine. Cette époque ou mon mantra, cette phrase fétiche que j’aimais bien me répéter au besoin, c’était un peu l’équivalent du retentissant «Fuck Off» de Lou…

«Mon nom c’est Joe Meilleur, si ça ne fait pas ici, ça fera ailleurs!»

Essayez le ! Dites-là cette phrase ! Je vous mets au défi de ne pas vous sentir soudainement plus léger(e) qu’une bulle de champagne. Magie garantie! Même les lutins seront jaloux!

J’en parle parce que ces dernières semaines, en regardant toutes ces taches qui, comme c’est le cas chaque année à l’approche des fêtes, luttent pour se faire une place dans mon agenda, je me suis sentie quelques fois à un cheveu d’hyper-ventiler.

Dans le détail, aux habituels ménage, lavage, repassage, s’ajoutent les rencontres de parents pour le premier bulletin, les repas des fêtes à planifier (parce que les agendas de tous s’alignent rarement sous l’effet de la magie), les cadeaux à acheter,…et les ateliers d’écriture auxquels on a eu la bonne idée de s’inscrire !

Parce que, je ne sais pas pour vous, mais je suis comme ça n’est-ce pas ? Toujours à programmer mille affaires, en faisant du déni sur leur faisabilité. Jusqu’à ce que la réalité de la surcharge me saute au visage comme une bombe soudainement dégobillée.

Mais cela, c’était jusqu’à ce que je tente récemment la chose la plus révolutionnaire qui soit. Et j’ai nommé le largage élevé au rang de grand art.

Ainsi, la séance dans la cuisine pour produire mes habituels biscuits de noël? On saute une année.

L’atelier d’écriture qui me bouffe la moitié de mes samedis, exposant cinq? On pousse vers l’avant et on remet ça à l’ hiver.

La planification hebdomadaire des repas ? Mon Dieu, une pause s.v.p! Nous trouverons bien le moyen de piger dans le congélo pour quelques semaines. À la limite, l’occasion idéale de nettoyer celui-ci, une fois qu’il sera vide. Et je me dis que la tragique vérité, c’est que probablement personne ne verra la différence…

Comme quoi!

Mais du coup, je réalise que nous sommes nombreuses comme ça à se mettre sur les épaules la pression d’une tonne de briques.

Alors aujourd’hui, je rend grâce à John Parkin (mais aussi à Lou!). Eux ont compris le secret du bonheur!

«Fuck Off!» tout ce qui dépasse !

On largue les amarres!

***

Vous aimez mes billets ? N’hésitez pas à les partager sur vos réseaux sociaux. Ma maison est grande, il y a de la place pour la visite !

Un 24 décembre et une autre année qui file

Pixabay

24 décembre aujourd’hui!

Et une autre année qui file. 

Et avec elle, des jours, des semaines, ceux-ci finissant au fil du temps par devenir des mois…sans écrire.

Alors voilà! Je fais ici un petit coucou pour venir vous souhaiter un magnifique Noël!

Je n’ai pas encore dit mon dernier mot !

Décembre, décembre…Magie ou es-tu?

Pixabay

Décembre c’est un peu toujours la même chose année après année n’est-ce pas ?

Dès le fameux « Boxing Day » autour du 25 novembre, et cela jusqu’à Noël, c’est la bataille – que dis-je? – la guerre déclarée entre ceux qui d’un coup, deviennent un peu comme les Apôtres de Noël et qui ce faisant, se mettent à la recherche de tout ce qui leur rappelle ce moment festif de leur enfance. Du tapis de bain aux couleurs de Noël jusqu’au sapin proprement dit. En passant par les serviettes de tables, les décos un peu bling bling et l’éclairage digne d’une autre galaxie qui orne l’extérieur de leur maison. La-dite maison que l’on pourrait certainement apercevoir de l’espace si nous pouvions faire le test!

Et dans le coin opposé, ceux qui ne voient en Noël qu’une occasion de dépenser. Et qui, un peu comme le célèbre Grinch, aimeraient bien pouvoir s’endormir à la fin novembre pour n’ouvrir l’œil que deux mois plus tard.

Continuer la lecture de « Décembre, décembre…Magie ou es-tu? »

Joyeux Noël, tout simplement!

Pexels

En ce matin de Noël, un tout petit mot pour vous souhaiter à tous un très joyeux Noël!

Une journée que je vous souhaite entourés de votre famille et de vos amis !

Quant à moi, je vous dit un immense merci de me suivre toujours en plus grand nombre !

Prise la main dans le sac

Pexels

Mon fils, hier soir au moment de se mettre au lit, qui convoque son père pour une rencontre au sommet…

– «Papa, j’ai quelque chose de très urgent qu’il faut que je te dise! Il faut que tu surveilles maman ! Je l’ai surprise en train d’ouvrir les portes de son calendrier de l’Avent de thés avant le temps! Je lui ai dit que c’était interdit !»…

C’est ce qu’on appelle être prise la main dans le sac…

Bruits de criquets…. (même si ceux-ci sont probablement gelés sous la neige !)

 

Magie vous avez dit ?

Crédit: Pexels

Il neige, il neige, ce matin sur Montréal !

Et oui ! Ça y est ! Il est effectivement fini le déni n’est-ce pas ?

Car avec une bonne petite bordée en train de nous tomber dessus, un -20 degrés prévu jeudi, un -25 vendredi, et une autre bordée qui nous attend samedi prochain, il semble bien que cette année, c’est un Noël vraisemblablement digne d’une carte postale qui nous attend !

Froid en prime!

Le symbole ultime, j’imagine, de la magie pour quiconque n’a jamais connu la neige ! Mais pas mal moins féerique –  je vous en passe un papier! – pour tous ceux qui comme moi, habitent en ville… Et pour qui neige rime trop souvent avec heures de pointe infernales, manteaux jamais suffisamment chauds mais dont il faut néanmoins se couvrir, quitte à ressembler à un ours !

L’opération étant plus une question de survie face au froid que de banale coquetterie!

Continuer la lecture de « Magie vous avez dit ? »

Mes coups de cœur livresques à offrir…ou à ne garder que pour soi

Pexels

Et oui! C’est un secret de Polichinelle que Noël est à nos portes ! Et avec lui, la sempiternelle question de savoir ce que nous offrirons à nos proches.

Et comme chaque année, mon amie Carla me demande des suggestions de livres à offrir à son frère, je me suis dit que c’était sans doute le moment idéal de joindre l’utile à l’agréable. 

Comment ?

En ressortant de mes tiroirs ces billets publiés depuis des années, recensant des livres dont la lecture s’est avérée un coup de cœur. Pour une raison ou pour une autre !

C’est pourquoi tous les jours d’ici Noël, je vous invite donc sur la page Facebook des Chroniques d’une cinglée sur laquelle je partagerai avec vous ces coups de cœur littéraires, découverts au fil du temps, et dont j’ai déjà parlé ici bien sur. Mais que vous avez peut-être raté.

Et je vous le promets ! Il y en aura pour tous les goûts !

Alors, c’est ici que ça se passe !

On s’y retrouve ?

Les bienfaits du calendrier de l’Avent… presque de la magie!

Pexels

Je ne sais pas pour vous mais de mon côté, une fois le cap du 1er décembre passé, j’ai comme soudainement ce sentiment que Noël est à nos porte.

Et avec lui, cette évidence que c’est sur les genoux que j’arriverai à ce fameux Jour J!

Toutefois, un plaisir chaque fois renouvelé je pense, c’est celui du calendrier de l’Avent.  Un plaisir qui, selon les psychologues, aurait bien plus de bénéfices que nous aurions pu l’imaginer ! Mais, en ce qui me concerne, ce n’est pas tout à fait les raisons auxquelles vous auriez pu vous-même imaginer. Dans le genre «magie», «festivités»… Et toutes ces fadaises qu’on raconte chaque année aux enfants. 

Parce que la véritable magie dans le concept du calendrier de l’Avent, il m’arrive de me dire que c’est peut-être celle que constatent les commerçants qui, ayant semble-t-il compris le principe depuis un bon moment, déclinent maintenant les versions de calendriers à n’en plus finir. Car des calendriers, c’est clair, il y en a maintenant pour tous les goûts n’est-ce pas ? Et cela, peu importe que vous soyez fan de cosmétiques, de chocolats, de cafés, de thés… Ou même, si vous êtes un chien !

Continuer la lecture de « Les bienfaits du calendrier de l’Avent… presque de la magie! »

error

Enjoy this blog? Please spread the word :)

Follow by Email