04/28/17

Pages féminines d’un autre temps…Les 17 commandements à la femme qui travaille

Pixabay

MADAME, VOUS QUI TRAVAILLEZ

  1. N’attendez pas le dernier moment pour vous lever et ne monopolisez pas la salle de bain: d’autres que vous en ont besoin.
  2. Ne répondez pas d’un ton excédé aux questions de votre mari, de vos enfants.
  3. Ne prenez pas des airs de martyre: vous n’êtes sans doute pas la seule à travailler dans la maison.
  4. Ne flânez pas trop avant de rentrer: on vous attend.
  5. Ne répondez pas «Je n’ai pas le temps» aux enfants qui vous demandent de participer à un jeu, de réciter une leçon. Voulez-vous qu’ils apprennent à vivre en dehors de vous ?
  6. Ne donnez jamais à votre mari l’impression que votre travail, quel qu’il soit, est plus important que le sien.
  7. Ne contraignez pas au silence ceux qui vivent avec vous, sous prétexte que vous avez besoin de repos. Les rires d’enfants, ce n’est jamais une fatigue.
  8. Travailler, c’est un goût ou une nécessité. Ce n’est pas un titre de gloire. Votre réussite ne justifiera ni une maison triste ou mal tenue, ni une vanité agressive.
  9. Ne parlez pas d’un ton méprisant des femmes sans profession. Si elles rendent leur mari heureux, c’est déjà bien.
  10. Ne donnez jamais à vos invités l’impression qu’ils vous font perdre un temps précieux.
  11. Si vous avez des soucis de travail, que ce ne soit pas l’excuse de votre humeur.
  12. Si votre santé souffre de votre activité, sacrifiez-lui votre emploi. Le sanatorium n’est jamais une économie.
  13. N’exigez pas d’égards particuliers. Les mères de familles nombreuses ont une tâche plus dure que la vôtre, et restent modestes.
  14. Ne vous vengez pas sur les vôtres de la nécessité d’être aimable dans votre métier.
  15. N’interrompez pas votre mari, sous prétexte que ce qu’il dit n’a pas d’importance.
  16. Ne parlez pas comme si le fait d’être payée vous autorisait à dire de grands mots.
  17. Ne commandez pas directement au garçon quand vous êtes, madame, avec votre mari au restaurant.

(Photo-Journal, 9 mai 1946)

Partagez avec vos proches!
04/21/17

Pages féminines d’un autre temps…Le bonheur dans le mariage (selon Monsieur!)

Pixabay

Le bonheur dans le mariage, pas toujours simple n’est-ce pas ?

Mais qu’on se rassure ! Dans le Photo-Journal du 24 avril 1954, Monsieur nous disait comment nous y prendre !

En bref mesdames ! À nos fourneaux ! Et mitonnons de bons repas pour l’Homme de la maison !

Ça donne envie de prendre des notes !

*****

Une opinion d’homme

(à la manière de J.B.)

VOUS QUI VOULEZ LE BONHEUR!

Le bonheur dans le mariage, c’est comme l’argent. Il est plus difficile à garder qu’à gagner. «Mon mari me trompe!» Et vous écrivez, mesdames, au courrier de celle-ci et de celle-là avec l’espérance d’obtenir une formule magique ou, peut-être, simplement pour raconter votre désespoir.

Éplucher les hommes, ça peut contenter mais ça ne les changera pas, croyez-moi. Ce qui prouverait autrement plus de sens pratique et d’intelligence serait de faire votre examen de conscience en toute sincérité.

Vous l’avez eu votre homme? Demandez-vous donc comment? Vous étiez toujours gaie et de bonne humeur, toujours parfumée et tirée à quatre épingles, toujours attentive à lui plaire, vous intéressant à son travail et tout et tout.

Qu’êtes-vous devenue?

Je vous entends: «Mais lui…» Ta! Ta! Ta! laissons-le de côté pour aujourd’hui et parlons donc de vous, mesdames.

Tenez-vous à me décrire ce monstre d’homme ou retrouver ce «chéri» qui, avant votre mariage, vous empêchait de dormir rien qu’à y penser? Voulez-vous qu’il dise de vous: «J’ai une femme épatante!»? Car il y en a qui tiennent ce langage. Non pas parce qu’ils sont meilleurs que les autres. Mais parce qu’ils ont une femme plus habile, plus fine que les autres.

Continue reading

Partagez avec vos proches!
04/15/17

Pages féminines d’un autre temps… Séduire un homme

Crédit: Pixabay

Mesdames ! Comment séduire un homme?

Voici ce qu’en disait le Photo-Journal le 11 avril 1940…

**********

LES CONSEILS DE JOSETTE

*****

Pour capturer un homme, la femme doit être aussi changeante qu’un caméléon

*****

Pour plaire aux hommes, deux personnalités différentes suffisent à peine. – Il faut savoir parler et se taire, s’habiller élégamment mais éviter le luxe. – Malgré cela, les donzelles se morfondent souvent à faire de vains efforts.

*****

Continue reading

Partagez avec vos proches!
04/7/17

Pages féminines d’un autre temps…Savoir rester jeune

Pixabay

Mesdames ! Vous voulez continuer de paraître jeunes encore longtemps ?

Remettons-nous-en à ces précieux conseils que nous offrait le Photo-Journal en janvier 1954…

Ainsi, soyez naturelle et sans artifices. Mais, que ce soit à l’aide de diètes que vous «construisiez» ce corps qui en lui-même, est forcément imparfait !

En ce qui me concerne, j’ai beau chercher du sens, je ne vois que des incohérences dans ces forts détaillés conseils…

Mais si je retiens une chose, c’est que mes seins, je dois les tenir en laisse !

C’est le Photo-Journal qui nous le dit !

Continue reading

Partagez avec vos proches!
03/28/17

Pages féminines d’un autre temps…Soyez belles après 40 ans

Pixabay

Mesdames, tenons-nous le pour dit ! Pour être belles après 40 ans, il nous faut être nous-même…. mais pas trop !

Mais surtout, porter un bon corset. Et ne pas être trop voyantes !

En bref ! Ayez votre âge ! Mais prenez garde de le paraître !

******

SOYEZ BELLES APRÈS 40 ANS

C’est un homme qui a dit : «La vie commence à 40 ans», et c’est aux femmes de le prouver. Les femmes d’âge moyen (quelle horrible expression) doivent s’étudier afin, tout d’abord, de ne pas grossir, car en perdant leur ligne, elles perdront tout ce qui les rend attirantes et intéressantes.

Continue reading

Partagez avec vos proches!
03/17/17

Pages féminines d’un autre temps…À propos du mariage

Pixabay

À PROPOS DU MARIAGE

Souvenez-vous du héron…

Il faut prêter une oreille attentive aux propos de certaines jeunes filles, douées par la nature de quelque beauté:

- Moi, dit l’une, je n’épouserai qu’un homme qui aura une superbe automobile! 

- Moi, je le veux jeune, naturellement, et je veux qu’il gagne $5,000 par an, pour commencer.

- Moi, assure une troisième, j’ai été déjà demandée plusieurs fois; J’attends. Je veux d’abord profiter de ma jeunesse.

Mauvais calcul, mesdemoiselles, qui précisément croyez si bien calculer. Vous êtes jeunes, en effet, jolies, c’est évident; courtisées, oui certes. Et cela vous grise. Vous partez en guerrière, à la conquête du monde. Vous voulez un mari riche, beau, intelligent, flatteur, docile. Quoi encore ?

À chaque demande des prétendants, vous répondez: «Non! pas celui-là.»

Un temps viendra, qui n’est pas loin, où les demandes se feront plus rares, et où vous n’en aurez plus du tout. 

Il y a une fable de La Fontaine qui s’appelle «Le Héron»: ce héron qui, après avoir dédaigné les plus belles proies, dut se contenter d’un colimaçon. Trouverez-vous même le colimaçon…et sa maison?

(Le Petit Journal, 17 mars 1932)

Partagez avec vos proches!
03/12/17

Pages féminines d’un autre temps…De la science exacte des causes du divorces dans les années vingts

 

Crédit: Pixabay

Et si la principale cause des divorces c’était votre mauvais caractère mesdames?

Ou encore, votre (fausse?) impression d’être l’égale de votre homme ?

Ou plus simplement?

À cause de la prohibition ! (rien de moins!) ?

En 1928, un « savant Scandinave » le prétendait…

*****

À LA RECHERCHE DU BONHEUR POUR GENS MARIÉS

Mauvais caractère; la grande cause des différents conjugaux 

M. Oswarld Naftzger, sociologue et écrivain danois avec son épouse. Le savant Scandinave a étudié le problème des différends conjugaux dans les plus grands pays de l’Univers. 

Les neuf-dizièmes des malentendus conjugaux sont causés par le caractère. Dans ce siècle de « jazz » ou les femmes sont plus indépendantes que jamais, le caractère se monte facilement. Les femmes ne se marient plus seulement pour se faire vivre; les femmes célibataires font quelquefois deux fois autant d’argent que les hommes qui les demandent en mariage. 

Continue reading

Partagez avec vos proches!
03/3/17

Pages féminines d’un autre temps…La femme et son miroir

Pixabay

Cours de culture physique
Le meilleur ami de la femme est son miroir
C’est un critique sévère, mais qui permet de corriger les défauts du visage et de la taille

Il faut une grande glace

************************

Le meilleur ami et, en même temps, le plus sévère critique de la femme est son miroir.

C’est pourquoi il est bon d’avoir non seulement un miroir à main, mais aussi une grande glace dans laquelle on peut se regarder de la tête aux pieds.

Une de mes amies que je n’avais pas vue depuis trois ans et qui devait avoir engraissé de 25 livres, pénétra un jour dans ma chambre. La première chose qu’elle vit fut son image dans la glace qui couvrait la porte de ma garde-robe.

Continue reading

Partagez avec vos proches!
02/24/17

Pages féminines d’un autre temps…De l’importance des petits soins pour la beauté d’une femme

Crédit: Pixabay

Je suis toujours un peu mystifiée devant toutes ces idioties que, de tous temps, on a raconté aux femmes pour que celles-ci puissent prétendre à la beauté…  

Hier,…comme aujourd’hui!

*****

POUR ÊTRE BELLE, IL FAUT QU’UNE FEMME SOIT TRÈS RAFFINÉE DANS SES PETITS SOINS

***

Les mains, ces bijoux

Ne souriez pas, chères amies lectrices, si nous vous disons que la culture physique est encore ici toute puissante. Elle peut amincir de gros doigts, affiner le poignet, alléger de sa graisse disgracieuse certaines mains trop potelées.

Continue reading

Partagez avec vos proches!
02/9/17

Pages féminines d’un autre temps…La femme qu’on ne doit pas épouser

Pexels

Lire de vieux journaux, ça a toujours cet effet de faire ma journée ! Ici, dans Le Petit journal du 13 février 1955, l’un des «meilleurs psychologues français» met en garde les hommes sur les cinq types de femmes qu’ils ne doivent jamais, au grand jamais, épouser….

J’adore le point 3 !

*****

La femme qu’on ne doit pas épouser

Un des meilleurs psychologues français, qui est en même temps (ce qui ne gâte rien) un homme d’esprit, vient d’établir la liste des femmes que l’on peut parfois fréquenter, mais dont il est sage…de ne point demander la main.

  1. La femme-enfant, celle qui toute sa vie, jouera à la petite fille. Elle est charmante au début. Elle amuse, elle donne l’illusion que la jeunesse durera toujours. Mais elle devient bientôt crispante, s’avère incapable de tenir une maison, ou ses caprices et ses enfantillages déchaînent des drames.
  2. La femme-qui-a-soin-de-sa-beauté.  Il peut être flatteur de sortir au bras d’une femme bichonnée, maquillée, peinturlurée. Mais combien cher l’homme paie cette satisfaction d’amour-propre! Tout son temps, Madame le passe devant son miroir; tout son souci est pour elle-même, pour sa ligne, sa cellulite. Elle ne quitte guère sa salle de bains. Alors…on fait le ménage soi-même et l’on mange des conserves du début à la fin de l’année.
  3. La femme d’un autre milieu. Un bon jeune mécanicien a épousé une femme-peintre cubiste. Au bout de six mois de ménage, il était fou. Il n’est pas nécessaire d’en dire davantage, ne croyez-vous pas? Cet exemple se suffit à lui-même.
  4. La grande nerveuse.  Celle-là semble avoir un marché passé en sous-mains avec le marchand de porcelaine, car dans l’appartement, vole la vaisselle. Et, la vaisselle épuisée, tout est bon pour sa rage de destruction. Les voisins s’amusent bien. Mais le mari…beaucoup moins.
  5. L’adjudante. La femme qui porte la culotte, qui exige le versement intégral des appointements, qui impose de marcher avec des «patins» sur des parquets cirés, qui fait pivoter son époux comme un toton. Oh! avec elle, l,a maison est bien tenue…on se sent chez-vous…comme à la caserne. Vivement la classe!

À part ces quelques exemples, on peut en somme épouser n’importe quelle femme. L’ennui, pour tenir compte des conseils de notre psychologue, c’est qu’on ne sait jamais ce qu’est exactement une femme qu’après l’avoir épousée. 

(Le Petit Journal, 13 février 1955, page 47)

Partagez avec vos proches!