08/13/16

Les échanges épistolaires à l’ère 3.0, le poscrossing et le retour à une certaine humanité

Pexels

En regardant ce qui se déroule sous mes yeux, un peu comme au théâtre, j’ai parfois l’impression d’avoir été soudainement parachutée dans un monde parallèle.

Un lieu ou personne ne se parle plus. Chacun semblant évoluer comme dans des univers parallèles, destinés à ne jamais se toucher. 

Hier soir ainsi, alors que j’assistais à un souper-spectacle avec l’Homme de la maison, je me suis arrêtée quelques instants pour observer le manège de tous ces couples, groupes d’amis et autres inconnus à nous côtoyer, l’espace d’une soirée. Je n’ai pu m’empêcher d’être un peu traumatisée (oui, oui, c’est le mot!), en constatant qu’une majorité qui se retrouvait ainsi, en théorie pour passer un bon moment ensemble, était en fait littéralement « scotchée »…à son téléphone intelligent…

Continue reading

Partagez avec vos proches!
04/30/16

Le solde de livres des Amis des Bibliothèques de Montréal: de quoi nous rendre fous!

Crédit: Pexels

Quiconque me connaît assez bien, et même vous qui me lisez depuis assez longtemps, n’êtes pas sans savoir à quel point la vue d’un livre dans une librairie peut provoquer en moi rien de moi que des palpitations !

Il y en a pour qui c’est la boisson! D’autres pour qui c’est la bouffe !

Pour moi, clairement, ce sont les livres !

Ces bouquins que j’accumule compulsivement, un peu comme une boulimique qui ne sait plus s’arrêter ! Et parfois, je ne peux m’empêcher de me dire que ça doit franchement frôler la maladie mentale…

Imaginez mon bonheur en apprenant ce matin l’ouverture, aujourd’hui même, et cela jusqu’à 8  mai, du grand solde de livres. Un événement organisé chaque année par Les Amis de la Bibliothèque de Montréal.

Continue reading

Partagez avec vos proches!
05/28/12

La quête du Saint-Graal

Photo: IStock

Ce matin, en fouinant sur Internet, je suis tombée sur cet article du New-York Times rapporté par Slate et dans lequel on raconte que selon une récente étude, 46% des Allemands affirmeraient…ne plus savoir être heureux.

Sur le moment, j’ai eu envie de dire «Ça y est ! Une étude de plus pour tenter de nous culpabiliser – une fois encore ! – de ne pas être dans cet espèce d’état de bonheur perpétuel tellement beau sur les pages de papier glacé !» Un peu comme si dans notre société de «paraître», il était anormal de se remettre en questions et de ne pas toujours se sentir pleinement heureux….

Jusqu’à ce que je tombe sur cet extrait, en fin d’article:

«Tristement, 91% des participants estiment que le plaisir fait que la vie vaut la peine d’être vécue. Mais seulement 15% de souviennent de moments pendant lesquels ils ont été capables d’oublier leurs soucis et d’être vraiment heureux» (Slate)

Je me suis alors demandée ceci… Est-ce seulement les moments de plaisirs qui font que la vie vaut réellement la peine d’être vécue ? Ou bien si ces moments de plaisirs ne seraient pas, tel que je l’ai bien souvent pensé, ce que la vie avait peut-être trouvé de mieux pour nous faire plonger dans l’aventure ? Dans le genre «carotte» qu’on tend au lapin pour le faire avancer…. Ce genre de moment que nous passerions nos vies à vouloir revivre ou reproduire…

Et si les petits et grands moments de bonheur, loin d’être le but du voyage, n’étaient en fait que des «bonus» ? Parce qu’au fond, je me dis que venir sur la terre pour vivre le bonheur éternel, ça me semble un peu trop beau pour être vrai non ?

Et puis, qui en effet serait assez fou pour accepter la proposition de quelqu’un qui lui dirait quelque chose comme «Je te propose une super expérience: la vie. Tu vas en baver un coup ! Maudire tous les Saints du ciel et te demander sérieusement, et plus d’une fois, ce que tu peux bien faire là… À toi de le découvrir ! Mais dis toi bien qu’il n’y a peut-être pas de réponse…»

Pas très tentant, avouons-le !

Alors ? Qu’est-ce qui fait vraiment que la vie vaut réellement la peine d’être vécue ?

Y a-t-il seulement une réponse ? Ou bien est-ce un peu comme le fameux «secret de la Caramilk» ? Dans le genre insoluble…

Partagez avec vos proches!
02/16/11

Ne rien faire pendant deux minutes

Photo: Chronques d’une cinglée

Avoir des enfants, c’est se rendre compte un beau matin que vous n’avez pas dormi une nuit complète, sur vos deux oreilles, depuis…des années !

Et puis avec nos vies de fous, je pense que nous finissons parfois par oublier qu’il n’en fut pas toujours ainsi…jusqu’à ce que nous attrapions un virus, rhume ou grippe, qui nous oblige…comble du comble,…à nous arrêter !

Et si on s’arrêtait deux minutes ?

Deux minutes pour respirer !

Pour fermer les yeux ! Pour ne rien faire…

Deux minutes, ça peut sembler bien peu je vous le concède ! Jusqu’à ce qu’on tente l’expérience pour se rendre compte que même deux minutes, ça peut parfois sembler long…

Je suis tombée sur un site internet qui nous met au défi !

Et vous, pouvez-vous passer deux minutes à ne rien faire ?

Partagez avec vos proches!
09/29/10

Avant que la citrouille ne se transforme…

Photo: Chroniques d’une cinglée

Quel plus beau symbole de l’automne que la citrouille? Vous ne trouvez pas?

Pour l’occasion, et parce que l’automne me rend gourmande avec toutes ses couleurs, j’ai pensé partager avec vous ma recette de super tarte croustillante à la citrouille. Que soit dit en passant, je ne fais qu’une fois par année ! (Vous comprendez pourquoi lorsque vous y aurez goûté ;-)

Ingrédients de la garniture croquante

  • 1 tasse de gruau (avoine)
  • 3/4 tasse de cassonnade bien tassée
  • 1/2 tasse de pacanes hachées
  • 2 cuillières à table de farine tout usage
  • 1/2 cuillière à thé de cannelle
  • 1/3 tasse de beurre fondu.

Ingrédients de la garniture à la citrouille

  • 1 boîte de citrouille en purée (398 ml)
  • 1 tasse de cassonnade
  • 1 1/4 de lait évaporé Carnation
  • 2 oeufs
  • 1 cuillière à thé de chacun: extrait de vanille et cannelle
  • 1/2 cuillière à thé de chacun: gingembre moulu et muscade.

1 fond de tarte.

Préparation

  • Préchauffer le four à 425 degrés;
  • Garniture croquante: incorporer les ingrédients à l’aide d’une fourchette. Réserver.
  • Garniture à la citrouille: dans un grand bol, mélanger la purée de citrouille, la cassonnade, le lait évaporé, les oeufs et la vanille à l’aide d’un fouet. Incorporer le reste des ingrédients puis verser dans la croute à tarte.
  • Faire cuire au four préchauffé à 425 degrés pour 15 minutes, puis diminuer l’intensité du four à 325 degrés pour poursuivre la cuisson un autre 45 minutes.
  • Ajouter la garniture croustillante réservée et poursuivre la cuisson 20 minutes.
  • Sortir du four et laisser refroidir avant de servir. Avec de la crème fouettée fraîche ?

Vous verrez, cette tarte deviendra une tradition chez-vous ;-)

Bonne journée !

Partagez avec vos proches!