03/24/17

De la banalité d’un quotidien qui se répand sur le plancher

Pixabay

Je ne sais pas pourquoi mais j’ai parfois cette impression qu’il y a des périodes – des semaines, des mois – au cours desquels partout ou l’on tourne les yeux, c’est le même message qui semble nous être renvoyé sans fin.

Un peu comme une intention concertée de l’univers de nous confronter à un élément sur lequel autrement, nous détournerions le regard.

Aussi, ces temps-ci, je m’avoue consternée devant ce fait que partout où je pose les yeux, ce sont des histoires de violence conjugale qui semblent m’être renvoyées de façon presque mathématique.

Par exemple, en début de semaine, dans le cadre de mon travail, je visionnais un film français, «L’emprise» (produit par TF1) sur une histoire tirée d’un fait vécu. Celle d’une mère de quatre enfants qui en 2012, s’est retrouvée dans le box des accusés des Assises de Douai en France pour avoir tué son mari, un homme qui l’avait battue et torturée pendant…. 14 ans !

Continue reading

Partagez avec vos proches!
02/28/17

Quelques digressions et autres considérations sur le droit d’auteur

Pixabay

Depuis le début de cette année, comme vous le savez, je parle de façon hebdomadaire, chaque lundi, d’un sujet lié aux coulisses de mon blogue.

Et, un peu comme un effet parallèle, le processus m’a amenée à réfléchir à ce blogue, à ce que j’avais envie d’en faire. Mais surtout, à une certaine réflexion sur le «jusqu’où» je suis vraiment prête à mettre l’entièreté de mes écrits ici.

Parce que c’est un fait que dès qu’on écrit le moindrement avec le but, même plus ou moins inavoué, de voir éventuellement ses écrits publiés, il reste que demeure toujours, de façon un peu souterraine mais néanmoins présente, cette crainte de se faire voler ses idées.

Qu’est-ce qui me dit en effet que certains de mes billets ne sont pas repris ailleurs, sur un site quelconque, dans une langue étrangère? Son «auteur» se confortant de la certitude que de toutes façons, je n’en saurai rien?

Il y a assurément toujours, un peu tapie au fond de nous lorsqu’on écrit, cette peur que quelqu’un quelque part ait l’audace de voler ce sur quoi nous, on a travaillé pendant des années.

Continue reading

Partagez avec vos proches!
02/23/17

Se la jouer Scarlett

Pixabay

J’ai toujours été fascinée de constater à quel point les enfants ont cette facilité de se faire des amis!

Avez-vous remarqué ?

Il suffit en effet que l’un d’eux se rende dans un parc pour qu’une dizaine d’autres enfants débarquent. Tous prêts à venir jouer. Et surtout, sans se poser la moindre question.

Le même phénomène se remarque un peu, je dirais, jusqu’à l’université où pour la plupart, il nous faut presque faire des efforts pour ne pas se lier d’amitié avec de nouvelles personnes. Un cours en commun, l’ami d’un ami sur qui on tombe par hasard, un café ramassé dans une machine distributrice (ça c’est avant qu’on ait les moyens de s’en payer du bon bien sur !), et nous voilà en «affaires d’amitiés».

Continue reading

Partagez avec vos proches!
02/22/17

Y a-t’il encore quelqu’un pour jouer à la marelle ?

Pixabay

Parfois, je me dis que de vieillir, ça vient peut-être, un peu de façon incompréhensible, avec une certaine tendance à se refermer sur soi. C’est ce que je me dis, chaque fois que je prend deux minutes pour réfléchir. Et que je réalise à quel point mon cercle d’amis a pu rétrécir au fil des années.

Non pas en raison de disputes quelconque. Mais plutôt sous l’effet des circonstance (ou d’un fait qu’on appelle banalement «la vie»), des éléments qui font en sorte qu’une fois les études terminées, la vie de famille enclenchée et les hypothèques contractées, pour nous tous autant que nous sommes, le temps réservé aux amis semble devoir rétrécir comme peau de chagrin.

Cela, sans qu’on n’y ait pris garde le moins du monde.

Et tout aussi soudainement, on réalise un beau matin qu’on sort de moins en moins de sa zone de confort. Et qu’on se restreint de plus en plus à ce qu’on connaît déjà.  Même siège dans l’autobus tous les matins, le premier café à 4h28 tous les jours. Et un troisième ramassé au même café  à 9h57 du lundi au vendredi, douze mois par année!).

Et nos amitiés? Un beau jour, celles-ci se résument à un banal texto envoyé (ou reçu) trois ou quatre fois par année. Ne serait-ce que pour se donner l’illusion qu’on ne s’est pas perdus de vue….

Continue reading

Partagez avec vos proches!
02/16/17

Oser, malgré la peur?

Crédit: Pixabay

«Je passe mon temps à faire ce que je ne sais pas faire, pour apprendre à le faire» (-Pablo Picasso)

Contrairement à Picasso qui avouait passer son temps à faire ce qu’il ne savait pas faire, histoire d’apprendre à le faire (n’est-ce pas logique?), j’ai pour ma part le sentiment de passer une grande partie de ma vie à comme m’excuser de savoir faire ce que je sais faire, d’être qui je suis.

Mais surtout, de ne pas assumer tout cela et, en quelques sortes, de banaliser mon travail. Un peu comme si celui-ci était sans valeur.

Continue reading

Partagez avec vos proches!
02/7/17

Petit éloge du vide et de l’ignorance à l’ère de la sur-information et des fausses nouvelles

Crédit: Pexels

Je ne sais pas trop si c’est la faute de l’hiver, qui, comme chaque année a cet art bien à lui de sembler un peu beige… Mais ces jours-ci, un peu comme la célèbre marmotte qui, le 2 février de chaque année sort la tête de son trou avant de décider si elle retournera se cacher, je ressens moi aussi cette envie soudaine et subite de retourner me terrer sous une couverture bien chaude.

À l’abri du monde

Je ne sais pas pour vous mais, depuis des semaines, je suis moi-même comme paralysée devant ce qui ressemble de plus en plus à une impossibilité totale. Celle de lire deux articles de file sans voir le nom de celui qui est maintenant à la tête des États-Unis (et que je refuse de nommer ici!). Et dont le caractère malsain semble maintenant devoir recouvrir un peu tout de son ombre malaisante et viciée.

Continue reading

Partagez avec vos proches!
02/3/17

La crise de la quarantaine: du simple mythe à l’envie irrépressible de se faire ermite

Pexels

Parfois, en lisant les articles de journaux, j’ai l’impression d’halluciner tant on présente comme exceptionnel…ce qui existe pourtant fort probablement depuis la nuit des temps!

Avec l’envie soudaine et irrépressible de demander au premier venu «Non  mais vraiment! Y a-t-il un pilote dans l’avion?»

Dans cet article de Slate ce matin, on raconte que – O surprise! – les femmes, tout comme les hommes, traverseraient elles aussi une ou des crises de la quarantaine !

Hum… La crise de la quarantaine, c’est que j’écris là dessus depuis presque 8 ans, que je me dis !! Et cela, même si je suis tout à fait consciente de n’avoir rien inventé du concept bien sur! L’article prenant justement la peine ici de rappeler que le terme a été, non pas inventé, mais plutôt théorisé par le psychologue Canadien Elliot Jacques en 1965… Et lui aussi, parions-le, était probablement déjà très conscient à l’époque qu’il n’inventait rien avec cette théorie !

Et pourtant, selon l’article concerné, on se retrouve à «découvrir» selon les points de vue adoptés que la crise de la quarantaine serait un mythe. Au pire, une fabulation, pure invention culturelle. Mais dans tous les cas, si on s’en remet au portrait qui en est tracé dans la majorité des comédies au cinéma (parce que bien sur, il y a lieu d’en rire! La fameuse «crise» étant en soi un cliché) cette crise serait bien sur la chasse gardée des hommes.

Mais bon ! Me voilà rassurée ce matin ! Je n’étais pas juste cinglée !

Visiblement!

Merci mon Dieu !

Partagez avec vos proches!
01/22/17

Vu: Le « Nelly » de Anne Émond

Je l’avoue, il est plutôt rare que je parle cinéma ici.

Et pourtant, je suis forcée de constater que là-dessus, je n’ai pas de véritable explication ! Le fait étant que je suis vraiment folle de cinéma! 

Mais la réalité toute banale, c’est probablement que mon travail consistant justement à évaluer et classer au quotidien le contenu d’émissions de télé et de films en vue d’en déterminer la cote signalétique en fonction de la violence (entre autre!) qu’on y retrouve, je n’ai pas, par défaut, ce réflexe d’aborder le sujet ici, dans mes textes !

Toutefois, je me suis dit qu’il me fallait aujourd’hui faire exception à mes habitudes ! Car le fait est qu’ hier, je suis allée au cinéma voir le dernier film de la réalisatrice Anne Émond et qui porte sur une auteure québécoise qui, en son temps, à fait parler plus qu’à son tour, Nelly Arcan.

Et pas nécessairement toujours pour les bonnes raisons , est-il besoin de le préciser!

Continue reading

Partagez avec vos proches!
01/14/17

Et si ?

Crédit: Pexels

J’ignore si ce n’est que l’effet de cette nouvelle année qui se donne des airs de page blanche qui se déploie devant moi… Avec toutes les possibilités qu’on imagine habituellement comme allant un peu de soi devant ce qui à tout les airs d’un nouveau début…

Mais je me dis...Et si ?

Et si ? Si cette opinion que l’on se fait de ces personnes qui se trouvent devant nous, par hasard, sans raison, parce que dans nos grandes villes, il serait un peu utopique d’imaginer ne croiser jamais personne que l’on ne connaîtrais pas autrement, n’était qu’un effet d’optique. Ou d’illusion. Chacun de nous étant un peu comme un kaléidoscope composé de milliers de parties fragmentées. Et auxquels nous imaginons une contours fixe, précis et défini… Un peu comme le font si bien ces artistes spécialisés en pointillisme…

De sorte qu’on ne voit pas la même chose, selon la personne qui regarde. Selon que celle-ci se tienne tout près. Ou encore, de loin. Ou d’un point de vue bien précis…

Continue reading

Partagez avec vos proches!
01/6/17

Rien

Crédit: Pexels

Pourriez-vous vivre avec rien ? Ou beaucoup moins?

Dans le genre deux cuillères, trois chemises et quatre pantalons, comme certains minimalistes japonais?

Voilà bien une question qui peut sembler un brin paradoxale au sortir du temps des fêtes de fin d’année, n’est-ce pas ? Ce moment annuel qui rime trop souvent avec «trop», «abus» et «abondance»…

Il y a quelques mois, je suis tombée sur un article qui m’a amenée à réfléchir à la question. Un article du journal Le Temps dans lequel on racontait justement qu’au Japon, on assiste actuellement à l’émergence d’une nouvelle tendance. Celle d’une valorisation du «moins» dans lequel on élève au rang de vertu un certain minimalisme. Celui-ci se nourrissant d’une volonté drastique de réduction matérielle.

Continue reading

Partagez avec vos proches!