11/8/12

Histoire de…s’en souvenir

Crédit: Adjudant Maître à la retraite, Jamie McCaffrey

Novembre, on a beau dire, ça rime toujours un peu avec grisaille, déprime et…envie de s’exiler !

N’est-ce pas le mois des morts après tout ?

Mais voilà, c’est aussi, à chaque année au même moment, cette période ou on peut rencontrer un peu partout sur notre route, ces anciens combattants qui ont fait une guerre ou une autre et qui pour souligner le Jour du Souvenir le 11 novembre, offrent aux passant des coquelicots à accrocher à nos manteaux…

Histoire de dire « Je m’en souviens ».

Continue reading

Partagez avec vos proches!
10/21/10

Frénésie

Et non, vous n’avez pas la berlue ! Pas plus que vous ne vous êtes perdu (à moins bien sur que ce que vous cherchiez n’ait concerné la vie des abeilles mexicaines… Alors là oui, vous seriez perdu, j’en ai bien peur !)

Blague à part, je vous rassure, malgré les nouvelles couleurs de mon blog, vous êtes bien arrivés dans mon univers ! C’est seulement qu’en explorant les fonctionnalités de blogger, je me suis aperçue que de nouveaux modèles étaient apparus dans les fonctionnalités de présentation. Et moi – contrairement à vous – j’avoue m’être perdue un peu dans ce dédale d’options de sorte que je n’ai pas été en mesure de remettre les anciennes couleurs… 
 
Mais n’est-ce pas que les nouvelles sont plutôt chouettes ?

Néanmoins, « l’incident » m’a tout de même ramené en mémoire mes premières années en appartement alors que je pouvais déménager mes meubles quelques trois ou quatre fois par année ! Non pas que j’aie souffert d’un besoin incontrôlable de déménagements mais j’aimais cependant assez l’effet que provoquait chez-moi cette redécouverte de mon espace que je trouvais tellement beau soudainement … Parce que j’avais changé une causeuse de place, un cadre de mur, allant parfois même jusqu’à faire faire un 360 degrés à tout ce qui pouvait se trouver dans la pièce…Rien ne me résistait alors, exception des portes que j’acceptais gracieusement de conserver en place ;-)   Je vous assure toutefois que l’exercice rendait absolument impossible la survie de quelque poussière que ce soit sous les meubles ! Et quelque peu insécure mon petit ami de l’époque qui avait toujours peur de frapper un meuble, déménagé en son absence bien sur ! Mais ça, c’est une autre histoire !

Je me rappelle que je me sentais tellement bien alors, avec ce sentiment d’avoir mis mon espace à ma main, le rendant plus invitant que la fois précédente et me donnant soudainement envie d’inviter tous mes amis pour en remplir les murs de vie.

Et on revient au changement des couleurs de mon blogue… Je pense que ce n’est pas si mal finalement ! Et vous ? À quelle frénésie de changement résistez-vous difficilement ?
Partagez avec vos proches!
10/20/10

Et si on dansait ?


Je ne vous ai jamais raconté je pense mes premiers cours de danse ? Non bien sur ! Car comme vous le verrez, l’expérience fut assez loin en fait du genre d’expérience qu’on se plait à raconter sur tous les toits… Le genre d’expérience que je serais plutôt tentée de classer dans la catégorie «traumatisme»…


Je devais avoir environ dix-sept ans à l’époque. Je venais tout juste d’arriver à Montréal pour étudier au Collège et puis, j’avais eu la « charmante » idée, dans le cadre de mon cours d’éducation physique, de prendre des cours de danse. Qu’y a-t-il de plus agréable en effet que de joindre l’utile à l’agréable, faisant d’une pierre deux coups, et profitant d’un cours obligatoire pour apprendre à danser ? Je suis certaine que vous vous le demandez vous aussi ! Le genre de cours qu’on peut facilement s’imaginer réussir sans trop d’efforts…

Bien évidemment, en regardant le choix de cours, j’ai immédiatement eu en tête cette image de celles qui dansent comme elles respirent… Avec élégance et sans faux pas. Mais ce que j’ignorais encore, c’est que ces choses là, c’est un peu comme les grands projets de rénovations dans une maison: C’est toujours plus beau sur papier ! C’est du moins la grande leçon que j’ai apprise ce jour là…

Bien plus que n’importe quel pas de danse!

Et je n’ai eu besoin que d’un seul cours pour me rendre compte que j’avais autant de talent pour danser que de chance d’entrer dans les Grands ballets canadiens ! Et Dieu que j’aimerais pouvoir vous dire que j’exagère…Mais je n’essaierai même pas ! Pour vous donner une idée, en lisant cette chronique à mon mari pour avoir son opinion, il s’est immédiatement exclamé avec un scepticisme à peine contenu « hein ! Tu as pris des cours de danse ??? » …

Mais non ! Positionnée au dernier rang de la salle de classe, j’avais pour seul avantage de pouvoir constater à loisirs combien j’avais l’air d’un « tonneau » en comparaison de ces filles qui visiblement, dansaient depuis – justement ! – leur première respiration !

Je repensais à ce moment d’anthologie récemment et cela m’a inspiré une comparaison avec la vie. J’ai soudainement réalisé à quel point…il était finalement bien plus agréable de danser… au son de sa propre musique. En cessant de vouloir se conformer à ce qui nous semble le nec plus ultra…chez les autres bien entendu ! Et en écoutant cette petite musique intérieure que personne d’autre que nous ne peut entendre et que malgré tout, nous écoutons tellement peu et mal…

À cette musique là, y a-t-il quelqu’un qui puisse nous surpasser ? J’en doute !


N’est-ce pas là ce qu’on devrait tous se souhaiter ?
Partagez avec vos proches!