11/1/11

La bonne taille

Photo: IStock

Êtes-vous d’avis vous aussi que nous sommes parfois prisonnier de l’image que nous avons de nous même ?

C’est qu’en fait, j’ai eu ce week-end quelque chose qui pourrait ressembler à une révélation sur le sujet…

Pour vous mettre en contexte, je me sens passablement dépassée ces temps ci… Un peu comme si avec le retour de l’automne, je réalisais que j’avais oublié combien le quotidien pouvait s’avérer vorace… À tel point que j’ai peine à trouver du temps pour écrire…Ce qui me semble en soi un signe ! Mais bon, c’est là le lot de tous le monde j’imagine !

Et puis, avec mes études terminées, j’avais espéré que des changements se seraient produits au niveau professionnel… Un peu dans la veine de cette fameuse pensée magique, alors qu’on passe notre vie à se dire «ma vie sera parfaite le jour ou…». «Ou» étant sensé être «ce moment» ou «cette chose» devant apporter la perfection dans notre vie…

Vous voyez le genre ?

Continue reading

Partagez avec vos proches!
07/28/11

Submergés

En cette ère de médias numériques, sommes-nous trop branchés ? 

Nous pourrions penser que oui.

Un article sur lequel je suis tombée hier parlait justement d’une étude Britannique ayant démontré qu’environ le tiers des Britanniques se disaient submergés par les technologies numériques qui se multiplient. 20%  d’entre eux ont avoué ne plus se sentir en contrôle de cette masse d’information qui est maintenant à notre portée. Et pour finir, quelque 65% de ces personnes disaient planifier privilégier à l’avenir le mode de relations en face à face….

Bien que l’étude en question ait été réalisée en Grande-Bretagne, on peut raisonnablement penser que ces données puissent être adaptables à l’ensemble des sociétés dites civilisées.
Comme quoi, plus de moyens de communiquer, ce n’est pas toujours mieux…

Aussi, j’aurais envie de citer ici l’un des lecteurs qui dans la section des commentaires disait ceci:

«La plupart des médias permettent de voir. Aucun ne permet de comprendre. Sauf la lecture et le silence

C’est tellement vrai !

Partagez avec vos proches!
10/25/10

La vie comme lorsqu’on cuisine des muffins…

Vendredi dernier, lunch avec Karla, un événement banal mais qui est finalement devenu notre tradition aux deux ou trois semaines...

Nous nous rejoignons à mi-chemin de nos lieux de travail respectifs et puis hop ! Nous voilà parties pour une heure de papotage entre filles, dans la cohue du midi au Centre-Ville !

Nous nous sommes alors mises à parler de notre sujet préféré, nos histoires de familles (car ne l’oublions pas, nous nous sommes découvertes elle et moi, des liens de cousinage au 4e ou 5e degré!) Et c’est ainsi que nous en sommes venues à parler d’héritage familial. Alors que j’ai commencé à lui parler d’un livre que je viens tout juste de finir et qui traite justement du sujet, soit des secrets de familles et de ce qui se transmets, bien souvent à notre insu, d’une génération à l’autre…

Je lui racontais que ce livre m’avait amenée à me demander s’il ne serait pas bon que je cherche à en savoir un peu plus sur la famille de mon père, sur son histoire, non pas pour espérer changer quoi que ce soit mais plutôt pour peut-être y trouver… un peu de « beau » ? Un peu comme je l’ai fait avec l’histoire de la famille de ma mère…

C’est donc avec ce préambule que j’ai alors présenté à Karla le « dessin » ou « arbre généalogique » que j’avais pu faire de ma famille paternelle…. Un dessin tellement « trash » que même moi, la fille la plus optimiste et la plus fervente à l’idée qu’il existe une raison à tout et du bon en chacun, je me suis retrouvée sans mots ! Car si du côté de ma mère, j’ai trouvé des personnages qui finalement ont lutté contre leurs démons intérieurs et des destins pas toujours joyeux – en demeurant néanmoins potentiellement des exemples – du côté de l’histoire de mon père, pas de morale possible ! Car là, les démons intérieurs de chacun semblent avoir gagné la partie depuis longtemps! Le « black out» total! Un peu comme pour les Rougon-Macquart de Zola… Des familles dont tous les enfants sont morts de façon violentes! Des enfants dont certains n’ont jamais su avec certitude s’ils étaient les leurs…Des électrocutés… Des morts dont on ne sait pas s’il s’est agi de suicide ou de meurtres…Et du pire encore, peut-être même…

Je repensais à cette conversation avec Karla en cuisinant des muffins ce week-end et j’ai soudainement compris pourquoi j’aimais tellement cuisiner !

Le rapport vous demandez-vous ?

Parce qu’en cuisine, il suffit de suivre la recette, de mélanger les bons ingrédients, de cuire suffisamment – de suivre les « règles » en fin de compte ! – et on sait ce qu’on aura comme résultat: des muffins !

Alors que dans la vie, le résultat n’est pas toujours la réponse aux efforts ou au suivi des règles mais bien plus souvent du hasard ou de quelques ingrédients que nous sommes les seuls à ne pas savoir qu’ils se trouvent dans notre « recette » ! La vie nous offre en effet bien souvent plein de « surprises », bonnes et moins bonnes, ou encore d’effets que nous n’avions pas prévus… Et lorsque par bonheur nous atteignons notre objectifs un beau jour ou bien que nous pensons avoir plus ou moins la vie que nous avions toujours souhaité, nous ne pouvons faire autrement que de se demander si ce résultat est bien le fruit de nos efforts, de notre volonté ou bien du plus banal des hasards…

Beau questionnement philosophique en cuisinant des muffins n’est-ce pas ;-)

Bon lundi !

Partagez avec vos proches!
09/9/10

N-O-N

Je vous parlais hier du sentiment grisant apporté par un « Non », ce tout petit mot tout simple mais qu’on a bien souvent tellement de peine a prononcer.

Et a assumer surtout !

Plus menaçant que la guerre en Irak dans notre esprit ou sans doute plus tabou que de parler religion…

Mais le malheur, c’est qu’en disant « oui » à tout le monde et pour tout, nous finissons fatalement par être incapable de livrer la marchandise ! Et c’est ainsi que j’ai réalisé que c’est dans mes «envies» personnelles que je me retrouvais immanquablement à couper… Comme si de me négliger moi c’était sans conséquence… Ignorant en effet que la possibilité la plus terrible était de risquer de ne plus entendre ces voies venues du plus profond de moi, qui comme la sève des arbres au printemps, montent du plus profond, me donnant l’impression de me guider dans les périodes de brouillard: mes «envies»,ces petites lumières dont le clignottement peut parfois être bien dérangeant…

Continue reading

Partagez avec vos proches!