Chacun cherche son île

Crédit: IStock

En janvier, c’est connu, le froid semble capable à lui seul de geler même les neurones les plus résistantes! Qui n’a jamais ressenti cette envie presque irrépressible de s’exiler qui nous prend alors ?

Au bout du monde ! Là ou il fait chaud, de préférence !

Voilà qu’en lisant les journaux ces jours-ci, la tendance semble se confirmer. Gérard Depardieu qui devient Russe pour payer moins d’impôts (après avoir découvert que pour devenir Belge, il fallait plus que manger des frittes!) (!). Brigitte Bardot qui menace de faire la même chose, sous prétexte de sauver deux éléphants de la mort (!!). Marie-Josée Croze, une comédienne bien québécoise qui vient d’obtenir sa citoyenneté française (!!!)

Et sur Twitter avant-hier, un journaliste qui offrait d’échanger Depardieu contre les Pussy Riot, ces jeunes femmes Russes condamnées à deux ans de camp pour avoir proféré des prières anti-Poutine dans une cathédrale…

Décidément, on se croirait presque dans un jeu de chaises musicales !

Et moi ? Et moi ? Et moi ? Dirais-je si j’étais Kate Winslet !

Et bien moi, j’attends toujours cette réponse à ma lettre postée en août dernier dans laquelle je faisais officiellement ma demande afin d’obtenir mon statut d’Indiens. En l’honneur de ma grand-mère paternelle, Florence, qui était Algonquine. En vertu des règles du Ministère des Affaires Indiennes qui veulent qu’ils s’engagent à répondre dans un délai de six mois suite à la réception de la dite-demande, je devrais vraisemblablement recevoir cette réponse d’ici la fin février.

De quoi rendre fou l’Homme de la maison qui a épousé une fille. Qu’il a découvert par la suite cinglée. Puis Algonquine…

Comme quoi, la vie nous réserve parfois bien des surprises !

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

@manwhohasitall: Conseils destinés aux hommes qui doivent concilier travail et famille

Depuis une semaine ou deux, pas une journée ne passe sans que j'aie l'occasion de sourire en naviguant sur Twitter, là ou  je «suis» (dans le sens de suivre et non pas d'être!) le compte[...]

Sans titre et sans filtre ou l'amitié à l'ère de Tinder

Mon petit bonheur le dimanche matin, c'est immanquablement chaque fois le même. Celui de m’asseoir avec le journal sur ma tablette. Sans soucis du temps que je mettrai à faire le tour de ce qui[...]

Du pouvoir réactionnaire de la féminité

Hier, je suis tombée sur un article de Libération qui, après m'avoir donné le sentiment d'être littéralement tombée de ma chaise, m'a portée à réfléchir... L’histoire ? Celle de Lucia Caram, une bonne sœur Dominicaine d’une cinquantaine[...]

DSM-5, Toutes des folles finies

Le DSM-5, vous connaissez ? Probablement que pour vous comme pour moi jusqu'à hier, cet acronyme sonne-t-il comme du chinois. En effet, j'ai découvert avec surprise en lisant mon journal hier matin que les psychiatres - comme[...]



2 commentaires sur “Chacun cherche son île

    1. Bonjour Papou ! Non je n’avais pas lu ce livre ! En cherchant sur Internet pour savoir ce quoi il en retournait, j’ai été saisie de voir les similitudes ! Merci pour la suggestion ! Je le lirai très certainement !!!

      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.