Changer d’altitude, Bertrand Piccard

Cet été, j’étais partie avec ce fantasme de passer à travers la liste de ces livres que je m’étais promis de dévorer pendant les vacances. Mais la vie étant ce qu’elle est, et ma passion pour les livres m’appelant constamment vers de nouveaux horizons, ce qui devait arriver….arriva !

Et c’est ainsi que j’ai lu, bien sur! Mais bien d’autres livres que ceux sur lesquels j’avais initialement prévu jeter mon dévolu.

Parmi ces bouquins à m’être passés entre les mains, celui de Bertrand Piccard, «Changer d’altitude» dont le sujet était pile poil en phase avec mes questionnements existentiels du moment. C’est à dire, les liens sociaux qui aujourd’hui, semblent s’effriter de façon inversement proportionnelle aux moyens qui sont pourtant aujourd’hui à notre portée pour qu’il en soit autrement. Mais surtout, ce questionnement de savoir comment faire pour affronter les vents de la vie et dépasser nos peurs qui trop souvent, constituent rien de moins que ces barrières qu’on dresse soi-même autour de soi. Mais encore ? Comment ne pas demeurés emprisonnés dans notre zone de confort? Jeter du lest et lâcher prise. Et enfin, comment nous libérer des automatismes et des carcans ?

Et, il faut bien le dire, lorsqu’il est question de «gestion d’altitudes», l’auteur s’y connaît; Bertrand Piccard étant en effet le digne héritier d’une longue lignée d’explorateurs suisses. D’abord fils de l’océanographe Jacques Piccard. Puis petit-fils de Auguste Piccard, physicien, aéronaute et océanaute suisse qui explora notamment les fonds marins… Et pour ne rien enlever à l’ensemble, il est fascinant de noter que ce dernier, Auguste Piccard, avait justement un frère jumeau, Jean Piccard, lui aussi aéronaute. Car pour qui l’ignorait jusque là, Bertrand Piccard, en plus d’être psychiatre, est aussi celui qui a réussi le premier tour du monde en ballon en 1999, à bord du Breitling Orbiter 3 et qui, comme si ce n’était pas déjà beaucoup, a développé et co-piloté le célèbre avion solaire Solar Impulse…

Pour ma part, juste de lire la bio de Bertrand Piccard, honnêtement, j’ai un peu le vertige !

Bref! J’ai beaucoup aimé ce livre qui apporte une vision un peu plus créative de l’existence, celle-ci étant présentée littéralement comme un voyage. Toutefois, je l’avoue ici, la partie ou il traite d’hypnose m’a personnellement moins rejointe. Mais ça, ça n’engage que moi n’est-ce pas ?

Vous l’avez lu ? Je suis curieuse de savoir ce que vous en avez pensé.

Et sinon, qu’avez-vous lu pendant les vacances ?

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Arrosez les fleurs, pas les mauvaises herbes, par Fletcher Peacock

Petit traité sur l'art de la communication... Intéressante théorie selon laquelle il y aurait trois génération de communication dont les résultats seraient très différents... Positif et rafraîchissant !

Du sable entre les doigts

Une quantité assez incroyable d'entre nous passera à travers sa vie sans se poser trop de questions. Ni même ressentir quelque besoin de trouver un sens quelconque à tout ce bruit et cette fureur inaugurés[...]

Elle et nous, Michel Jean

Découvrir dans ses origines du sang indien ? Visiblement, je ne suis pas la seule à qui l'expérience soit arrivée ! Voilà pourquoi je suis impatiente de lire ce livre dans lequel le journaliste Michel[...]

L'histoire de l'amour et le pouvoir des livres

J’ai souvent évoqué ici le pouvoir des livres n’est-ce pas ? Ces livres qui parfois, nous aident à traverser des moments difficiles. Qui nous révèlent parfois plus de choses sur nous même que ce que[...]

Un bon fils, Pascal Bruckner

Comme chaque année, l'un des mes moments préféré de l'automne est encore est toujours la présence du Salon du livre à Montréal ! Parce qu'alors, pour tout boulimique de livres, c'est toujours un peu comme[...]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.