Comme un jeu de cache-cache

Crédit: IStock

Qui est-on?

La vérité c’est que trop souvent, nous n’en avons strictement aucune idée!

Écrire, je pense, ça permet de découvrir, parfois en même temps que le lecteur, qui l’on est. Comment s’étonner alors que nos proches puissent sembler en savoir si peu sur nous? Ces personnes à qui on ne dit, dans le « réel », que ce que l’on veut bien leur dire…

Ou pire encore, ce qu’ils veulent entendre.

Quant à moi, j’ai parfois cette impression que j’ai appris bien trop tôt à répondre aux attentes. Parce qu’en donnant aux gens ce qu’ils souhaitent, ils cessent aussitôt, comme par magie, de chercher plus loin…

C’est ainsi que j’ai pu, pendant plus de quarante ans, me cacher derrière qui ce qui a pu ressembler à un éternel sourire que personne n’a eu le moindrement l’idée de trouver suspect.

Aujourd’hui, j’écris. Non plus pour me cacher!

Mais parce que je ne le pourrai pas toujours.

Déjà, ces mots qui, il n’y a pas si longtemps, jaillissaient comme les fleurs au bout de leur tige, se font plus rares.

Avec eux aussi, je dois maintenant me battre…

Parfois.

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Mots(Rosité)

Je suis ces jours-ci un peu comme ces grands timides De ceux qui n'osent pas trop approcher de l'objet de leur convoitise. De crainte d'être rejeté. Ou tout simplement... ...pas tout à fait à la hauteur. Alors ? Cachée dans un[...]

Métropolis Bleu: Rendez-vous avec les écrivains, l'écriture et la littérature

Chaque année au printemps, je me fais une fête d'assister à cet événement littéraire Montréalais qu'est le Métropolis Bleu! Et voilà que ces jours-ci, nous sommes en plein cœur de ce qui constitue presque la «mecque»[...]

Le temps qui file... et qui défile

Parfois je me dis que tout va de plus en plus rapidement. Qu'on fait de plus en plus de choses.  Cela toujours plus vite.  Et, un peu paradoxalement, en prenant de moins en moins le temps de le faire bien. On[...]

Qui saurait dire?

Qui suis-je ? Où vais-je? Ces questions, l’humain ne se les pose-t-il pas depuis la nuit des temps ? Mais encore ? Et si, comme dans un jeu de serpents et échelles, une question devait en emmener une[...]

À la recherche du temps (et de l'inspiration!) perdus

Depuis quelques temps, je cherche désespérément l'inspiration. Mais je me retrouve toutefois forcée de me rendre à cette évidence que l'actualité et les médias sont horriblement vides de toute lumière par les temps qui courent.[...]

4 commentaires sur “Comme un jeu de cache-cache

  1. Souvent, il y a plus que les mots… lorsque nous fermons les yeux, jaillissent dans notre tête des couleurs, des formes, des sensations… indescriptibles. Même si nous avons les mots, la page reste blanche!

    1. C’est vrai que bien souvent, la difficulté c’est moins le manque d’idées que de mots pour les exprimer ! Ou bien, sentiment qu’aucun d’eux ne pourrait donner la couleurs voulue à tout ce qui défile sans fin dans notre tête, un peu comme un film encore muet auquel nous voudrions donner la parole… Mais c’est un beau défi je trouve !

      Une bonne journée à toi !

      Marie

  2. Je connais le sentiment.
    Les deux même.
    Et je suis (souvent) d’accord avec Fleur d’âme il y a tant d’espace qui s’ouvrent même dans le silence de nos yeux fermés…
    tu écris bien.
    Et j’aime venir me perdre dans tes espaces ici.

    1. Merci ! Je pense qu’autant écrire peut être difficile et exigeant à certains moments, autant ça devient nécessaire lorsqu’on s’adonne à l’exercice de façon régulière. C’est parfois presque douloureux mais étonnamment, presque hygiénique également ! Comme une belle façon de faire le ménage dans sa tête, dans ses idées…

      Tu es toujours la bienvenues dans mes espaces 🙂

      Je te souhaite une magnifique journée!

      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.