#CoulissesDuBlog, prise 21: In Real Life: Les mondes parallèles

Bloguer, parfois, ça donne l’impression de vivre dans des mondes parallèles. Du genre qu’on appréhende un peu comme si l’on marchait sur une corde raide.

Du genre ?

Marie la blogueuse vs la Marie-au-prénom-composé.

Celle qui écrit vs celle qui passe plutôt inaperçue dans la foule.

L’audacieuse vs la conformiste.

Celle qui se laisse aller dans son monde imaginaire vs …celle qui vit de l’imaginaire des autres.

Et parfois, il arrive que comme dans une mécanique un peu déglinguée, certains fils se touchent. Et que l’univers de l’une déborde sur celui de l’autre.

On appelle ça les risques du métier j’imagine!

Parce que clairement, quand j’ai commencé à bloguer en 2009, s’il y a une grande peur qui m’affligeait (qui affligeait plus encore ma mère je dirais!) c’était bien que quelqu’un autour de moi m’ait lue. Et que soudainement, on me regarde autrement.

Parce que, si vous êtes parmi mes lecteurs de longue date, vous n’êtes pas sans savoir qu’ici, j’ai ai raconté des choses ! Pas mal de détails, parfois sans queue ni tête, de cet univers familial pour le moins hétéroclite qui est le miens. Et je l’avoue, j’ai toujours été très consciente qu’un père qu’on enterre trente-cinq ans après sa mort, qu’une grand-mère qui a vécu avec une femme les dix dernières années de sa vie (et non, chez-nous, les grands-mères ne font pas nécessairement des biscuits le dimanche!); qu’une arrière-grand-mère qui a décidé en 1928 de prendre ses cliques et ses claques parce que la vie de famille ça ne lui convenait pas…. disons que tout cela, ça passe rarement inaperçue dans une conversation !

Aussi, j’ai longtemps préféré garder ça mort, un peu honteuse à l’idée d’avouer au grand jour que chez-nous, le jupon qui dépasse, c’était plutôt la norme. Jusqu’à ce qu’un jour, je décide que finalement, je pouvais bien prendre le risque de tout raconter, de tourner les coins ronds par moments même, ou encore, d’en rajouter un peu selon mon humeur du moment, il s’en trouverait toujours pour croire que j’avais tout inventé.

Et que forcément, tout cela n’était que fiction.

Néanmoins, je l’imagine, vous vous êtes peut-être (ou pas!) demandé un jour ou l’autre ce que je pouvais bien trafiquer dans la vie, la vraie, à part jouer les paniers percés de ma galaxie familiale échevelée.

Et bien, dans la «vraie vie», celle dans laquelle, comme tout le monde, je paie des impôts et dans laquelle moi aussi – comme vous peut-être – plutôt que de me retrouver prise chaque matin parmi les cônes oranges qui jalonnent ma ville éternellement en construction, je choisis plutôt de prendre le métro qui m’avale pour me recracher quelques stations plus loin…pour me rendre au travail.

Parce que, que voulez-vous, il semble qu’il faille bien gagner sa croûte !

Et bien ! Tout ce que je peux dire, c’est que j’écoute de la télé, beaucoup de télé. Au point de frôler l’indigestion par moment. Et cela alors que je suis responsable de la signalétique et des avertissements pour…les fictions télé.

La puce signalétique Général, 8+, 13+, etc… c’est moi ça !

« Cette émission contient un langage (ou des scènes de violence/des éléments de violence/de sexualité/ alouette!) qui pourrait ne pas convenir », c’est moi encore !

Alors oui, ce serait vraiment un euphémisme que de dire que j’écoute beaucoup de télé.

Mais pas que!

Parce que, en plus d’écouter, je dois bien sur préparer des rapports, des argumentaires pour justifier mon classement. Ceci bien sur au cas ou une plainte surviendrait et qu’on me demande alors de fournir les éléments ayant conduit à un classement plutôt qu’un autre. Mais surtout, parce que étant donné la quantité phénoménale d’émissions que j’écoute, un moment donné j’ai moi-même besoin de ces rapports…pour me faire une tête sur un classement ou l’autre. Parce que, et oui, il m’arrive de douter, de me remettre en question. Et parfois même de me demander à moi-même: « Es-tu sure fille que tu ne dors pas au gaz ? Que ton classement est bien le bon ? »

Enfin, généralement, j’écoute les émissions quelques semaines (idéalement) avant leur diffusion. Car bien sur, je n’ai pas la science infuse. Mais surtout, parce que parfois, pour une quarantaine de minutes de contenu (exemptes des publicités), je peux consacrer jusqu’à une heure ou deux pour procéder à mon évaluation. Il faut donc du temps, beaucoup de temps. Et, à la limite, lorsqu’on parle classement, c’est rarement 1+1=2 malheureusement. Il n’y a donc pas de recette m’indiquant que telle type de scène ça équivaut à un 8+ par exemple. Tout étant une question de contexte, de la place que l’élément délicat (violence, sexualité, langage, etc) occupe dans l’ensemble de la production, de la façon plus ou moins détaillée dont celui-ci est présenté, du message plus ou moins explicite qui se dégage de l’ensemble…

Vous voyez le genre !

Rendus à ce point, vous devez vous dire que décidément, je ne dois pas écouter beaucoup de télé une fois revenue à la maison. Vous vous demandez peut-être à quoi ça correspond un 8+ ou un 13+? Vous vous demandez même peut-être comment mon cerveau peut encore parvenir à écrire ?

En somme, des questions intéressantes pour…un prochain #CoulissesDuBlog

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

#CoulissesDuBlog semaine 19: Réseaux sociaux

Blogue et médias sociaux, c'est le sujet de cette 19e semaine des #CoulissesDuBlog  Blogue et médias sociaux, nous parleront donc ! Et cela, même si comme je le racontais la semaine dernière, lorsque j'ai commencé à bloguer[...]

Les coulisses du blogue: Marques et blogs ou la danse du clic

Le lien entre les blogues et les marques, sujet délicat s'il en est un, n'est-ce pas ? Et c'est justement la question de cette semaine interblogues #CoulissesDuBlog auquel je participe depuis janvier. Parce que jusqu'à un certain point, la[...]

Les coulisses du blogue, semaine 5: Jouer dans le trafic

  Après plusieurs années à bloguer ici, j'ai compris depuis bien longtemps déjà qu'on ne tient pas un blogue pour devenir célèbre. Ni même juste pour que l’un ou l’autre de nos écrits devienne viral. Faute[...]

#CoulissesDuBlog, prise 20: Hors de tous doutes, point de salut

Et oui! Il y avait bien longtemps que je n'avais pas écrit de billet sur les #CoulissesDuBlog ! Qu'à cela ne tienne ! Car quelle meilleure occasion que ce «retour» après une longue pause pour parler... de[...]

#CoulissesDuBlog, prise 22: Pub ou pas pub, là est la question

Comme à chaque début de semaine, revoici venu le temps des #CoulissesDuBlog. Aujourd'hui, j'ai choisi de vous parler de la décision de mettre de la publicité sur son blogue. Ou de passer son tour. Si pour une[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*