Dans la catégorie #OuiMaisNonMerci!

Crédit: Pexels

Parfois, en parcourant le web, je suis légèrement perplexe face à tout ce qu’on tente de nous faire croire !

Dans le genre #C’estDuN’importeQuoi !

Ce matin par exemple, dans Le Figaro, section Madame, cet article dans lequel on raconte que – tenez-vous bien! – la fécule de maïs peut remplacer n’importe quelle poudre libre en matière de soins du visage.

Personnellement, la simple idée de me tartiner le visage de Corn Starch me donne des boutons !

Et honnêtement, je doute fort qu’il s’en trouve beaucoup a se trouver soudainement pris de cette folle envie de tester la chose !

En ce qui me concerne, #OuiMaisNonMerci!

N’empêche, je suis toujours un peu effarée en constatant à quel point les articles de magazines (papier ou virtuels) destinés spécifiquement aux femmes peuvent parfois frôler carrément l’indécence en matière de ridicule! Une caractéristique qu’on retrouve infiniment moins du côté de la presse masculine !

À quand un article destiné aux hommes pour inciter ces derniers à se teindre la barbe ? Ou bien pour leur vanter les vertus de la sauce soya pour cacher leur calvitie naissante ?

Quoi ? Vous n’aviez jamais entendu parler de ça ?

Ce n’est pas parce qu’on ri que c’est drôle n’est-ce pas ?

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

La science de l'amour et du hasard calculé

Parfois, en tombant sur certains articles, je suis partagée entre le découragement et le scepticisme le plus profond! Ce matin, en découvrant cet article de l'Express qui raconte qu'en Espagne, on vient d'ouvrir la toute première École[...]

Scène de la vie conjugale ou quand ta bouffe ne fait pas fureur

Je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne, j'aime beaucoup essayer de nouvelles recettes. Parce que ça permet de varier les repas. Et que ça rend la tâche d'alimenter la tribu[...]

Miroir, miroir

Depuis quelques temps, j'avais envie d'aborder le sujet... Celui de cette pression sans fin qui est mise sur le paraître des femmes général. Et cela, vingts-quatre heure sur vingts-quatre. Trois cent soixante-cinq jours par année. Voilà que[...]

Sans titre et sans filtre ou l'amitié à l'ère de Tinder

Mon petit bonheur le dimanche matin, c'est immanquablement chaque fois le même. Celui de m’asseoir avec le journal sur ma tablette. Sans soucis du temps que je mettrai à faire le tour de ce qui[...]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*