Déménager pour se rapprocher du travail: pour le meilleur et pour le pire !

Crédit: IStock

Quel meilleur moment que l’automne pour se questionner sur le sens de nos vies qui vont toujours trop rapidement, sur le rythme infernal qui au boulot reprend sa course folle? Ou encore, sur ce trafic qui emporte avec lui une bonne partie de nos journées ?

Chaque septembre, je l’avoue, le retour à la réalité m’apparaît un peu comme une claque en plein visage alors que pendant les deux mois d’été, j’avais comme un peu oublié toute cette folie, me laissant bercer l’espace d’un clignement des yeux par un ralentissement que je fini toujours par espérer être perpétuel !

Mais en me faisant cette réflexion, m’est revenu à l’esprit ce fait qu’il y aura bientôt un an (et oui, c’est fou n’es-ce pas?), que ma famille et moi avons décidé de vendre notre belle maison de banlieue afin de nous rapprocher de notre travail.

Pour le meilleur et pour le pire, nous avons donc fait nos boîtes, salué nos anciens voisins et renoué avec la ville.

M’est revenu ce souvenir des rentrées précédentes alors que septembre ramenait invariablement pour mon fils le retour en classe. Et pour moi, la folie du quotidien et mes trois heures de transport par jour pour aller au boulot et en revenir… Une chose de laquelle assurément, je ne suis pas encore parvenue à m’ennuyer. Même si bien sur, – et plus d’une fois – je n’ai pu m’empêcher de repenser avec nostalgie à cette maison ou nos enfant sont nés.

Alors voilà, tout cela pour dire que ce matin à 10h, je serai invitée à l’émission radio de l’animatrice Isabelle Maréchal, diffusée sur les ondes du 98,5, afin de discuter de cette décision de déménager pour me rapprocher du boulot comme étant une solution pour mieux concilier ces fameuses vies travail-famille qui par moment, me sont apparues franchement… inconciliables.

Et vous, en cette rentrée d’automne, quelles ont été ces solutions qui vous sont apparues comme gage de survie au quotidien ?

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

L’index Schick ou lorsque une entreprise décide de se mêler de nos choix en matière de petites culottes

Les culottes de grand-mère sont-elles responsables de la chute de vigueur du dollars canadien ? Voilà autre chose maintenant ! C’est en effet la très «sérieuse» question au coeur de cette  nouvelle diffusée hier par l’entreprise Schick Hydro[...]

Granny's Finest: Tricoter la solidarité une maille après l'autre

Ne me demandez pas pourquoi mais je suis toujours fascinée lorsque je tombe sur ce genre d'article qui démontre le pouvoir de la solidarité et de l'entraide ! Un peu comme une façon de faire[...]

La crise de la quarantaine, on en parle!

Alors que les jours semblent trop souvent se suivre, les uns pareils aux autres, il arrive parfois de ces surprises qu'on avait pas vues venir.... et qui ont indéniablement l'art d'ensoleiller une journée! Comme ce courriel[...]

Le Bullet Journal ou le Nec plus ultra de l'organisation

L’automne venu, j’ai parfois l’impression que tous, nous sommes comme soudainement pris de ce que j’aurais envie de qualifier de frénésie d’organisation. Un peu comme si à deux pas d’un précipice annoncé, nous étions soudainement[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.