Des bouts de papier et des mots égarés

Crédit: Pexels

J’ai longtemps peint

comme j’écris aujourd’hui.

Pour déverser le trop plein

Ou encore, comme un cri.

En silence

et sans faire de bruit.

Mon secret c’est que j’écris pour ne pas penser au néant

Comme les enfants qui dans le noir

Ferment les yeux

et se racontent des histoires

(-Marie, Les mots égarés)
Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Écrire

Écrire… Pour ne pas penser au néant Ce grand trou large et béant Ou encore Dans cet ultime espoir de me faire mémoire Écrire… Parce que c’est par l’encre sur le papier que je peux espérer trouver La mienne Cette autre ancre Celle qui me donne[...]

Encre et ancre

J'écris parce que c'est par l'encre sur le papier que je trouve la mienne. Mon ancre. Celle qui me donne l'illusion, une fraction de seconde, d'être en équilibre sur la corde raide du réel. J'écris, parfois tout bêtement, pour avoir le sentiment d'exister. Pour qu'en lisant[...]

Non-dits

«Seuls les petits humains se présentent sans faiblesse. Les grands, eux, dévoilent courageusement leur vulnérabilité parce qu’ils savent se relever.»                            (-Sarah Dulude,[...]

Le temps qui file... et qui défile

Parfois je me dis que tout va de plus en plus rapidement. Qu'on fait de plus en plus de choses.  Cela toujours plus vite.  Et, un peu paradoxalement, en prenant de moins en moins le temps de le faire bien. On[...]

Qui saurait dire?

Qui suis-je ? Où vais-je? Ces questions, l’humain ne se les pose-t-il pas depuis la nuit des temps ? Mais encore ? Et si, comme dans un jeu de serpents et échelles, une question devait en emmener une[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.