Des lettres d’amour à de purs étrangers

 

Crédit: Photo-libre.fr

Vous savez sans doute depuis longtemps à quel point je peux aimer tomber sur ce genre de nouvelle !

Du genre capable de  nous redonner des ailes…

Aussi, j’ai littéralement craqué pour cette vidéo dans laquelle une américaine, Hannah Brencher, raconte comment toute jeune, alors qu’elle venait d’une famille qui valorisait la correspondance, elle s’est retrouvée au Collège plus tard – à une époque ou les seules conversations que nous ayons bien souvent soient devant un écran – la seule à continuer d’attendre des lettres….

Et comment surtout, frappée un jour par une dépression, elle s’est mise à écrire des lettres d’amour à de purs étrangers. Des lettres qu’elle déposait ensuite dans des cafés, sur des bancs de parc ou ailleurs.

Et puis un jour, sur son blogue, Hannah a fait une promesse qui allait avoir plus d’impact que tout ce qu’elle avait pu imaginer au départ. Soit d’écrire une lettre à la main à toute personne qui en ferait la demande. Une invitation qui n’allait pas demeurer lettre morte (c’est le moins que l’on puisse dire !), Hannah se retrouvant rapidement ensevelie sous les demandes…

N’hésitez pas à écouter cette vidéo avec laquelle je suis moi-même tombée en amour !

****

Cette vidéo, vous ne pouvez savoir combien elle tombe à point ! En fait, je l’ai reçue de mon amie Karla à qui je venais justement de raconter…que mon médecin m’avait mise en arrêt de travail jusqu’au 6 janvier.

Épuisée par la folie de ma vie qui a eu bien souvent au cours des dernières années des airs de tempête, j’ai mis longtemps à me rendre à cette évidence que les choses ne pouvaient plus durer comme cela.

Peur d’être jugée. Angoisse d’avoir à annoncer la chose à mon patron. Sentiment d’échec. Cul de sac dans mes tentatives de trouver des solutions…

Ou à tout le moins, de m’obstiner encore et encore dans mon acharnement incessant de faire de la broderie avec les fils bien souvent disparates de mon univers.

Mais voilà que comme Napoléon, j’ai atteint moi aussi atteint mon Waterloo !

Ne reste plus qu’une chose ! Et non la moindre !

Réorganiser ma vie pour la rendre vivable au quotidien ! Et y trouver moi aussi de l’inspiration !

Et des ailes pour voler de nouveau !

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

#Madeleineproject et autres choses que le temps n'est pas encore parvenu à disperser

Ce ne sera pas ici la révélation du siècle! Je suis littéralement folle de tout ce qui relève des secrets de familles, des vieilles histoires. Et de ce qui se cache parfois derrière les murs[...]

Sens

Magnifique journée au cours de laquelle j'ai assisté à une formation sur la gestion de communautés en médias sociaux... Qui m'a permis de découvrir un nouveau magazine et...qui m'a donné l'impression de revenir à 20[...]

Cinq blogueuses à découvrir...comme un cadeau que l'on déballe, bien longtemps après Noël !

Bloguer, je l'ai déjà dit, ça sauve parfois du précipice !  En plus de nous aider par la même occasion à préserver un semblant de santé mentale dans un monde ou le fait d'écrire constitue[...]

Toute une découverte !

«Être fou, comique, c’est une manière de passer le temps quand on ne comprend pas le sens de notre vie.» (Alexandro Jorodrowsky)Alexandro Jodorowsky, non mais quel personnage !Celui dont je n'avais personnellement jamais entendu parler[...]

4 commentaires sur “Des lettres d’amour à de purs étrangers

  1. Bonsoir Marie,Je suis attristée et surprise d’apprendre que tu ne vas pas bien.Je comprends combien il est difficile d’accepter qu’on aie pas toujours le contrôle de notre vie. C’est fort la peur des jugements des autres.Mais parfois n’est-ce-pas nous même qui nous jugeons le plus?Tu es rendue à une étape de ta vie où tu dois penser à toi,et surtout à ce qui est bon pour toi.On est « groundé » beaucoup sur le bien être des autres,à donner sans attente.Je te souhaite du fond du coeur,une retrouvaille avec toi dans la paix.Laisse le temps agir.Je sais que c’est une phrase assez banale mais elle est remplie de vérité.
    Pour l’autre sujet de ton billet,je me souviens avoir reçu en cadeau d’un ami, »Des nouvelles de Martha » de l’écrivaine Marie Laberge.C’était des lettres que je recevais aux deux semaines. J’ai adoré cette nouvelle expérience de lecture.Si jamais cette expéreince se répète je m’y abonne immédiatement.
    En terminant,j’ai le goût de te dire fais toi confiance tu vas trouver tes propres solutions.Qu’importe ce que les autres peuvent penser l’important c’est toi dans l’instant présent .Pourquoi ne t’écrirais tu pas une lettre juste pour toi comme tu le ferais pour une amie que tu aimes et pour qui tu portes un grand respect?
    Bonne fin de soirée chère Marie,à bientôt.

  2. Merci Étoile !! C’est vrai, comme tu le dis, que nous sommes tellement bien programmés pour donner. Et si mal outillés pour prendre soin de soi ! Il est sans doute plus facile de se conformer à une société qui va de plus en plus vite, de faire semblant que comme tout le monde, on y arrive. Et si difficile au contraire d’avouer qu’on a échoué.. Avant d’arriver au « fond du baril », je me suis résolue à consulter. Mais malgré tout, je me sens coupable…

    Quant aux lettres de Martha, je connais bien sur. Je les avais offertes à ma mère et à ma belle-mère. Savais-tu que Marie Laberge avait renouvelée l’expérience pendant trois ans ? Une belle initiative de sa part !

    Une bonne journée à toi !

    Marie

  3. Bonjour,

    Je ne suis ni attristée ni surprise de savoir que vous n’allez pas bien. Je ne suis pas attristée parce-que je ne vous connais pas encore beaucoup. Je ne suis pas surprise parce-que de ce que je lis vous vous défoncez littéralement.

    Par contre, je vous souhaite le meilleur, vraiment le meilleur. Je vous souhaite de prendre le temps de prendre soin de vous. De vous retrouver et surtout, de ne pas culpabiliser.

    Bonne chance!

    1. Bonjour,

      Merci de vos bons mots ! Ce billet datant d’il y a près d’un an, je dois avouer que je vais beaucoup mieux maintenant ! Mais que de bouleversements j’ai du amener dans ma vie pour me la faciliter ! D’ou le déménagement en ville pour me rapprocher du travail par exemple. D’ou le changement de travail pour faire quelque chose que soit plus en lien avec mes aspirations. Aux grands maux, les grands moyens comme le dit si bien le proverbe, n’est-ce pas ?

      Marie xx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.