Du pouvoir de l’apparente insignifiance des vagues

Pexels

«Pourquoi est-ce que je t’écris? Parce que j’en ai envie. Et parce que je ne veux pas attendre en silence la septième vague. Oui, ici on raconte l’histoire de l’implacable septième vague. Les six premières sont prévisibles et équilibrées. Elles se suivent, se forment l’une sur l’autre, n’amènent aucune surprise. Elles assurent une continuité. Six départs, si différents qu’ils puissent paraître vus de loin, six départs – et toujours la même arrivée.

Mais attention à la septième vague! Elle est imprévisible. Elle est longtemps discrète, elle participe au déroulement monotone, elle s’adapte à celles qui l’ont précédées. Mais parfois elle s’échappe. Toujours elle, toujours la septième vague. Elle est insouciante, innocente, rebelle, elle balaie tout sur son passage, remet tout à neuf. Pour elle, il n’y a pas d’avant, mais un maintenant. Et après, tout  à changé. En bien ou en mal? Seuls peuvent en juger ceux qui ont été emportés, qui ont eu le courage de se mettre face à elle, de se laisser entraîner.

Je suis assise ici depuis une bonne heure, je compte les vagues et j’observe ce que font les septièmes. Pour l’instant, aucune se n’est emballée. Mais je suis en vacances, je suis patiente, je peux attendre. Je ne perds pas espoir! Ici, sur la côte ouest, souffle un fort et chaud vent du sud

– «La septième vague», Daniel Glattauer.

 

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

La plus magnifique des résolutions

Je suis à lire ces temps ci un livre que je trouve particulièrement perturbant et dont j'ai envie de partager avec vous un passage... « Les changements que vous pourrez effectuer commencent par vous-mêmes, mais vous verrez[...]

Les mots des autres...Train de nuit pour Lisbonne

Nous laissons quelque chose de nous quant nous quittons un lieu. Nous y restons bien que nous en partions. Il y a des choses en nous que nous ne pouvons retrouver qu'en y retournant. Nous partons vers nous-même[...]

Ce n'est pas moi qui l'ai dit !

Photo: IStock                  « Il n’y a pas de honte à préférer le bonheur.»    (- Albert Camus, La Peste, 1947)

Les mots des autres...Mona Chollet

«J'ai vécu moi aussi immergée dans un monde ou il n'y avait rien de plus réel, rien de plus digne d'intérêt que les livres et l'écriture. Peut-être nos parents nous communiquent-ils parfois des passions si[...]

Les mots des autres...Frédéric Berthet et le sens de la vie

«J'aimerais de ma vie qu'elle tienne en une phrase dont on aimerait connaître la suite, du genre: "le cavalier français qui partit d'un si bon pas"» «Que faire de ma vie? se demandait-il. Et il répondait:[...]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*