Écrire pour se conjuguer au Je

Crédit: IStock

Pourquoi écrire?

Cette sempiternelle question, combien de fois me la suis-je posée ?

Avant de laisser surgir ces mille et une réponses qui vont bien au-delà des friables «pour être lu», «s’exorciser», «raconter des histoires».

Ou pour la simple, mais surtout évanescente, reconnaissance…

Pourquoi alors ?

Pour enfin me conjuguer au «Je» au lieu de cette invisible «Elle» perdue au milieu de la foule.

Pour défendre la solitude dans laquelle je me trouve.

Pour avoir ce sentiment d’exister, ne serait-ce qu’un court instant…

Avant que le cour du temps n’emporte tout.

Je crois qu’on apprend pas à écrire.

L’écriture, peut-être s’y jette-t’on tout simplement un jour, sous l’impulsion d’un banal besoin presque physique. Celui de respirer enfin.

Un geste de survie en bref.

Mais aussi, un espace à gagner sur le rationnel, un lieu de retrouvailles avec son histoire, avec sa part d’humanité.

Mais peut-être aussi, pour avoir le sentiment un bref instant d’avoir prise sur un réel qui nous échappe sans cesse…

Et dont les fragments, tels des grains de sable, nous échapperont peut-être longtemps encore…

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Ëtre ou ne pas être ou se sentir comme un imposteur devant sa page blanche

Qu'est-ce qui fait qu'un écrivain est un écrivain ? Qu'est-ce qui donne à celui-ci la validation de se dire tel ? Je l'avoue, je me pose cette question depuis des années ! Est-ce parce que celui qui[...]

Romain Gary, ou lorsqu'on a plus la vie devant soi

«Je me demande si toute ma vie n'a pas été, aussi bien comme romancier que comme changeur de métiers si je puis dire, un effort de ne pas être moi-même. Et le roman le permet.[...]

140 max

La « Twittérature », vous connaissez ? Il s’agit en fait de cette nouvelle tendance qui consiste -  sur Twitter - à écrire une histoire comme on écrirait un roman... Mais en 140 caractères maximum ! Ce n’était qu’une question[...]

La froideur de l’automne…et L’Homme nu qu’on a envie d’habiller un peu

La grisaille de l’automne n’a visiblement pas que des défauts…. Puisqu’elle m’a incité à me remettre à l’écriture de mon livre, « L’homme nu »… Bien sur, le projet ne quitte jamais mon esprit! Au point même de[...]

L'écriture comme un combat

Le besoin d'écrire, c'est un peu je pense comme une bête vorace qui demande a être constamment nourrie... Jusqu'à vous laisser complètement vidé de votre substance. Aussi, écrire je me dis que c'est parfois plus une plaie[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.