Encre et ancre

Pixabay

J’écris parce que c’est par l’encre sur le papier

que je trouve la mienne.

Mon ancre.

Celle qui me donne l’illusion,

une fraction de seconde,

d’être en équilibre

sur la corde raide du réel.

J’écris,

parfois tout bêtement,

pour avoir le sentiment

d’exister.

Pour qu’en lisant celle qui écrit

transperce

une part de celle qui s’écrit.

(Gribouillis sur coin de table)

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Corps/Us

Aujourd'hui, j'ai envie de partager ce texte qui traîne depuis des lustres dans mes premiers jets inachevés ***** Corps (Larousse): La partie matérielle de quelqu'un après la mort; cadavre: Levée du corps. Le tronc, par opposition aux[...]

Des mots, des mots

Alors que le sort m'essore le port m'emporte. Sous le vent vantard ...le bord de ma robe se dérobe. Le temps, lui, tempère pendant que son fil se défile ...se disloque Puis s'envole.

À l'abri du monde

Mon grand-père est sans aucun doute l’image masculine la plus positive que je conserve à l’esprit !  Lorsque je pense à lui, je ne peux m’empêcher de ressentir une gratitude sans nom pour l’homme qu’il[...]

Le temps qui file... et qui défile

Parfois je me dis que tout va de plus en plus rapidement. Qu'on fait de plus en plus de choses.  Cela toujours plus vite.  Et, un peu paradoxalement, en prenant de moins en moins le temps de le faire bien. On[...]

Le motif dans le tapis

Parfois, un peu comme le font ces autistes qui se mettent à ce concentrer intensément, et presque de façon obsessionnelle, sur un détail que d’aucun jugeraient sans importance, j’ai l’impression que la vie est pleine[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.