Et mon weekend, bordel ?

Pixabay

Suis-je donc la seule qui ait cette impression de courir sans fin après mon temps comme une noyée qui cherche son air ?

Chaque weekend, devant l’agenda de ma famille qui menace l’explosion chaque fois que nous vient à l’esprit l’idée d’ajouter quelque chose à la déjà très longue liste d’activités prévues à l’horaire, je me dis que ce n’est qu’un moment à passer.

Que bientôt, tout rentrera dans l’ordre.

Et, je tente alors de calmer cette angoisse qui  monte en moi en cherchant à me convaincre que bientôt, très bientôt, nous pourrons enfin passer un petit weekend, bien peinards à la maison. Vous savez ! Du genre qu’on passe à ne rien faire d’autre que dormir et s’empiffrer de Doritoes devant un vieux film… Bien affalée sur la causeuse avec cette couverture toute chaude qui en a visiblement vu d’autres et dans laquelle je fini par m’endormir… Parce qu’un vieux film bien sur, nous pouvons bien en perdre des bouts n’est-ce pas ? Qui oserait s’en offusquer ?

Mais, la tragique vérité qui m’a un peu frappée comme un coup de poing au visage ces derniers jours, c’est qu’il me semble que ça fait rien de moins que des années que je me berce de cette douce chimère…

En tombant sur cet article paru sur le site web de Slate ce weekend, je me suis dit que décidément, je n’étais pas la seule dans cette situation.

Mais bordel ! Où sont passés nos weekend ? Et si j’osais, je demanderait bien «Mais avec qui faut-il coucher pour enfin retrouver le temps?» Celui de juste «être»?

Plus encore ! Elle est passée où, je me le demande, cette époque de mon adolescence, quelque part dans les années quatre-vingts, époque au cours de laquelle les magasins étaient fermés le dimanche? Cette journée de la semaine pendant laquelle, je m’en souviens très bien, il nous arrivait alors de nous ennuyer tellement que mon frère, ma soeur et moi avions un jour eu l’idée de jouer au billard, histoire de tuer le temps…

Mais, jouer au billard, il n’y a rien là de bien original, pensez vous ? Sauf quand on a pas de table de billard, vous répondrais-je !

Mais qu’à cela ne tienne!

Car je vous assure que dans le fin fond de l’Abitibi d’où je viens, nous savions parfois être assez créatifs lorsque venait le temps de trouver comment occuper notre temps !

Pas de table de billard ? Un simple détail que nous avions rapidement résolu en chippant une planche de bois et quelques 2×4 au deuxième mari de ma mère (comme celle-ci s’est mariée trois fois, je vous avoue qu’il nous est arrivé de craindre qu’elle ait fait fait ce pari de surpasser Élisabeth Taylor au chapitre des remariages! Merci mon Dieu, elle s’est arrêtée avant!). Ne restait plus qu’à mettre la main sur un manche à balaie et quelques boules de gomme, et nous étions en affaire !

Aujourd’hui, quelques quarante ans plus tard, je me dis que la créativité, on a plus vraiment le temps pour ça. Les jours de pluie, nos enfants deviennent littéralement des zombies devant des écrans, ceux-ci n’étant jamais à court d’option pour occuper nos heures de cerveaux disponibles.

Qui a donc besoin de ça la créativité aujourd’hui n’est-ce pas ? On se le demande!

Et pourtant, lorsque arrive le dimanche et que je réalise que je n’ai pas eu deux secondes pour laisser aller mon esprit dans l’espoir de voir germer de futures chroniques pour mon blogue, encore moins pour écrire en tant que tel, je l’avoue, je me sens littéralement flouée!

Car la vérité, elle est peut-être là, que je me dis parfois. Dans ce fait que c’est fort probablement dans ce temps que certains seraient tentés de considérer comme du temps perdu – celui ou on ne fait rien d’autre que de laisser son esprit vagabonder dans un ennui sidéral – que nous seront plus productifs lorsque les circonstances le demanderont.

Et non pas, paradoxalement, en en faisant toujours plus ! Un peu comme des poules sans tête…

*****

Et tant qu’à être dans les questionnements existentiels, vous vous demandez ce qui arrive avec les #CoulissesDuBlog que je met habituellement en ligne le lundi ?

À venir un peu plus tard 😉

Histoire de retrouver le temps !

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Sans titre (parce que rien ne pourrait parfaitement décrire mon état!

La nouvelle courrait depuis des semaines sous forme de rumeur ! Voilà qu’aujourd’hui, nous enterrons au Québec ce qui faisait de nous un modèle dans le monde au niveau de la conciliation travail-famille. Mais surtout, au[...]

L’éternel sentiment de culpabilité des parents…quand on se compare, on se console

Parfois, je me dis que devenir parents, c’est un peu comme d’accepter soudainement d’entrer dans un monde constitué de paradoxes. D’une part, vous constaterez que jamais plus votre vie ne vous appartiendra totalement. Mais surtout, il[...]

Décompte

Ça y est ! Je retourne au boulot dans...trois jours. De dire que la chose m'angoisse serait bien sur un euphémisme tant la crainte de tomber de nouveau dans ce bain de folie qu'est le quotidien des[...]

Essouflés vous aussi ?

Enfin on en parle !Mais de quoi, vous demandez-vous ?Et bien de cette fameuse conciliation travail-famille qui constitue parfois bien plus une quête sans fin qu'à une réalité pour qui que ce soit !Moi y[...]

Mouvement

Il y a de ces moments dans une vie, je pense, ou alors qu'on a l'impression que rien ne bouge depuis des lustres, un peu comme si le quotidien s'était un jour pris dans ce[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.