Et si les oignons étaient l’avenir du monde ?

Pixabay

Le temps file, je ne vous apprendrai rien n’est-ce pas ?

Mais j’avoue que le côté un peu cruel de tenir un blogue, c’est parfois de se rendre compte un beau matin qu’on a rien écrit depuis neuf jours. Et que, comme pour en rajouter une couche, pas la moindre idée ne semble disposée à se pointer le bout du nez.

Pas même la plus banale.

Ni même la plus insignifiante.

À la limite, je l’avoue, celle dont on se contenterait de bonne grâce – un peu comme l’amant de passage qui arrive après un grand amour. Et qui visiblement, ne sera rien d’autre dans votre vie qu’un amour de transition  – et à qui on ne demande rien d’autre en fait que de servir de prétexte à la prochaine grande envolée. Peu importe que celle-ci soit lyrique, littéraire, amoureuse…

Mais, comme parfois, tout ce que ça prend c’est le mouvement lui-même pour se remettre en marche, me voici ce matin.

Ce qui me rappelle au passage cette analogie de l’oignon que j’avais entendu il y a longtemps je ne sais plus de qui ni d’ou. Le genre de théorie comme je les aime mais qui se révèle si imagée après coup.

Ce conférencier, puisqu’il me semble que c’en était un, racontait ainsi que, devant l’immobilisme qui nous prend parfois dans ses filets, il n’y avait peut-être qu’une stratégie qui soit vraiment valable. Soit de se rappeler que tout part d’un oignon. Vous savez ! Comme en cuisine, lorsqu’on ne sait pas, grand Dieu !, ce qu’on pourra bien servir à sa tribu le repas du soir venu…

Et, comme 99,9% des recettes de cuisine commencent en vous disant de peler et de couper un oignon, vous vous y mettez. Avant que le reste ne suive. Un peu de ceci, un peu de cela.

Et un peu de vitriol ?

Nooonnnn !

Ouiiiiii !

Voyez comme ça fonctionne !!! Me voici donc revenue dans mes souvenirs d’Astérix !

Donc ailleurs !

Mais un peu paradoxalement, de retour aussi !

Alors, vive les oignons !

Car il m’arrive de me dire qu’ils sont peut-être l’avenir du monde !

*****

Ces jours-ci, je suis devenue accro solide à une jeune auteure compositrice interprète que je découvre tout juste, Klo Pelgag. Une jeune artiste qui a d’ailleurs été honorée au dernier Gala ARTIS Québécois.

Vous connaissez ? Sinon, je fais le pari que vous aussi vous craquerez pour son univers un peu éclaté. Et franchement hors de toutes les étiquettes !

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Le portrait-robot de la beauté...

Une petite vidéo, en passe de devenir virale sur Internet, et dont le visionnement se passe de mots... Je n'ai pas pour habitude de vanter ici les mérites d'une entreprise ou d'une autre mais chapeau à[...]

Ophélia, The Lumineers

Parce que ça m'inspire...

Une suite de hasards

Trouver sa voie, j'ai parfois l'impression que c'est un peu beaucoup... une suite de hasards. Il n'y a pas vraiment de recette convenant à tous. Pas plus que de méthodologie pour y parvenir à coup[...]

À toi qui n'est pas encore né, Jacques Jacquard

Parfois, se promener sans but dans une bibliothèque, cela permet de belles découvertes. Comme celle que j'ai fait ces jours derniers en tombant sur un livre sorti il y a quelques années (2000), et dont je[...]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.