Et si tout ce que ça prenait, c’est un défi?

Avec l’ordre de vaccination qu’ils ont passé leur temps à modifier au fil des derniers mois, les vaccins qui ne se sont rendus – d’autres pas – au fil d’arrivée, les nouveaux variants qui se sont succédés, l’éternelle valse-hésitation entre resserrements et allègements des mesures sanitaires, les semaines, les mois et les années qui passent plus ou moins doucement sous notre nez sans que la situation n’évolue, je commence à me dire que dans mille ans, on va peut-être retrouver quelques squelettes momifiés derrière leurs ordis…

Bon! Je dis ça, je dis rien!

N’empêche! Plus capable de me faire demander si j’ai voyagé, une phrase qui résonne comme une claque au visage pour me rappeler que je suis enfermée entre quatre murs (bon! Je sors quand même un peu!) depuis dix-huit mois. Et que des voyages, et bien je serais peut-être mieux d’oublier ça pour un bout de temps. Ou à tout le moins, de diminuer pas mal mes attentes à ce chapitre.

Plus capable de me faire dire de me laver les mains.

Plus capable des masques qui embuent mes lunettes et m’obligent à les
enlever (les lunettes, surtout pas le masque, misérable insouciante!) Comme je ne vois rien «sans» (les lunettes bien sur!), ça me rappelle d’un coup que je viens de vieillir d’un an. Et ce sans aucune expérience positive à ajouter à mon compteur (et oui, j’exagère quand même un peu!).

Surtout – et je parie que c’est pareil pour vous! – plus capable de me lever à 5h du matin en me demandant quel jour on est. Le jour de la marmotte, définitivement! Et on nous le ressert chaque vingt-quatre heures… Et non plus seulement une fois par année, au mois de mars.

Bref! La seule menace à la paix du monde que je verrais là en ce moment pour ma part, c’est mon humeur en berne (et probablement un peu aussi, mon humour douteux)! Comme on dit, mieux vaut être averti. Il parait que ça aussi, ça sauve des vies!

N’empêche! Même l’écriture ne me semble plus en mesure de me maintenir à flot. Parce que, quoi que j’écrive, j’ai chaque fois l’impression de n’avoir ni
le bon ton, ni la légèreté dont on a tous tellement faim. J’ai surtout l’impression que je ne sais plus écrire. Et qu’enfin, dans le bruit ambiant, j’ai l’impression que quoi que je puisse écrire, ce ne serait qu’insignifiant. Alors, écrire pour venir rajouter une couche à toute cette lourdeur «covidesque» qui nous traîne tous un peu comme une marée boueuse au printemps?

Bof! Pas tant je dirais!

N’empêche! Quand j’ai vu il y a quelques jours ce défi lancé par mon amie Marie-Adrienne du blogue À propos d’écriture, j’ai senti l’envie me titiller.

Mille mots par jour pendant sept jours, je me suis dit que clairement, je
devrais pouvoir y arriver.

Alors me voici de retour avec cette rentrée d’automne. Mais on se le demande n’est-ce pas?! De quoi parlerais-je dans mes prochains billets? Je ne sais pas trop pour l’heure je dirais.

Mais une chose est certaine! Je me donne assurément ce défi ultime de boycotter cet horrible mot en «C» qui a mis le chaos dans nos vies à tous depuis dix-huit mois!

Parce que je ne sais pas pour vous mais pour ma part, quand je regarde les médias, tant sur internet que sur papier, il m’arrive de me demander ce qu’on a bien pu faire de tous ces sujets qui occupaient de pleines pages de journaux et autres magazines avant la pandémie. Et dont on ne parle plus désormais.

Pchitt! Disparus!

Comme si tout à coup, plus rien d’autre ne se produisait dans nos vies que cet horrible mot en «c» qui semble devoir tout régir de nos vies…

Bref! Tout cela pour dire que c’est parti je pense! Alors on se retrouve demain ? Pour ce que j’aime imaginer comme étant un monde parallèle!

Bon, je sais! Il n’y a pas mille mots ici mais je plaide le retour et l’improvisation pour ma défense!

Est-ce qu’on se dit que ça le fait?

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.