Et s’il suffisait de demander ?

Crédit: Pexels

Et s’il suffisait de demander ?

Juste l’idée m’a toujours semblé un peu simpliste à certains égards tant la plupart du temps, on peut avoir cette impression que tout ce qui compte vraiment dans une vie doive forcément demander de l’effort…

Et pourtant!

Depuis un bon moment, je me questionne sur la pertinence de continuer d’écrire ici alors que visiblement, j’ai l’impression, la plupart du temps, de parler toute seule !

À quoi bon, aurais-je envie de demander !

Et malgré tout, juste l’idée de cesser d’écrire me semble tellement saugrenue que je ne parviens pas à m’y résoudre. Des semaines, voire des mois sans écrire, et me voilà telle une cro-magnonne ronchonneuse !

C’est pourquoi je suis plutôt contente de constater que l’inspiration semble m’être revenue en ce début d’année. À preuve, ma présence un peu plus régulière ici.

La semaine dernière, alors que j’avais justement écrit deux billets sur la fameuse conciliation travail-famille et le partage des taches ménagères dans nos maisons, des billets qui m’ont clairement permis de m’éclater et dont j’étais particulièrement fière, j’ai eu envie de les faire lire à l’homme de la maison. Ce dernier m’a alors fait une suggestion qui, sur le coup, m’a semblé un peu folle ! Du genre que je ne me suis même jamais arrêtée à imaginer possible.

Soit de proposer mes billets ailleurs. Sur d’autres plateformes ou j’aurais la possibilité d’être lue. Parce que bien sur, on pourra dire ce qu’on voudra. Prétendre qu’on écrit d’abord pour soi et que le reste, on s’en fout, c’est bien souvent des accroire qu’on se fait à soi-même.

Pour se consoler de n’être pas beaucoup lu! Ou pas autant qu’on le souhaiterait.

Reste que lorsqu’on écrit, c’est un peu beaucoup dans l’espoir d’être lu. Pour que nos mots cessent de nous tourner autour. Et que tels des enfants un peu chahuteurs qui ont enfin grandi, ils finissent par mener leur propre vie. Au risque qu’ils nous échappent parfois.

Aussi.

C’est donc sur un coup de tête (et avec une pointe d’inconscience!) que j’ai envoyé mes deux fameux billets (La théorie des mammouths et Petit lexique à l’intention des hommes (et des femmes surtout!) ou quand tout n’est qu’une question de langage) aux responsables rédactionnels de cette infiniment plus grande plateforme que la mienne qu’est le site du Huffington Post…

15 minutes !

C’est le temps qu’il s’est passé avant que ne n’obtienne une réponse. Pour me dire que j’aurais dorénavant mon blogue sur leur site.

Alors voilà ! Cette fameuse nouvelle que je gardais pour moi depuis une semaine. Et que j’ai envie de partager avec vous aujourd’hui !

Soit que vous pourrez dorénavant me lire aussi ailleurs qu’ici. Et qu’au passage, parce que ces billets comporteront un lien vers ce blogue que vous êtes en train de lire, nous risquons d’être un peu plus nombreux dans mon salon !

Mais c’est que nous sommes accueillants, nous, n’est-ce pas ?

Et au cas ou vous chercheriez à relire ces fameux billets, sachez que vous aurez eu le privilège de les découvrir en premier. Puisque maintenant, j’ai fais le choix de les remettre en mode privé ici. Parce qu’ils seront bientôt accessibles sur le Huffington Post. Et qu’il serait sans aucun doute un peu contre-productif de publier les mêmes billets ici et là !

Alors ! Un verre garçon !

Histoire de célébrer cette magnifique nouvelle !

(* Ce billet en désormais en ligne sur le site du Huffington Post. Vous pouvez y accéder en cliquant ici)

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Bonheur un jour, bonheur toujours

La semaine dernière, je vous disais que j'avais cette impression que le bonheur était en quelque sorte devenu un produit de consommation, quelque chose que l'on nous propose maintenant à toutes les sauces... Laissez-moi vous en[...]

De la douceur envers soi-même

Nous avons bien souvent l'impression que de penser à soi en premier, c'est un signe d'égoïsme. Mais, si au contraire, il y avait là un gage de santé ?Il semble en effet, selon un nouveau[...]

Jeter l'ancre

Ressentez-vous parfois comme moi ce sentiment d'absurdité une fois la période des fêtes terminée, face à tous ces préparatifs et cette énergie dépensée pour une période aussi courte ?  De laquelle nous attendions pourtant repos alors[...]

La beauté des petites choses sans importance

Photo: PABvision.com Parfois, nous n'avons pas idée de l'impact qu'un mot ou une action de gentillesse peut avoir sur la personne à qui on le destine... Hier, j'ai reçu un courriel d'une vieille amie qui le plus[...]

Les petits bonheurs

«Le bonheur est une petite chose que l'on grignote, assis par terre, au soleil.» (- Jean Giraudoux) Le bonheur, bien souvent ça se révèle dans les petites choses. Loin des recettes. Qu'on se le dise ! C'est pourquoi j'ai[...]



2 commentaires sur “Et s’il suffisait de demander ?

  1. YEAHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA 🙂
    Bravissima chère Marie 🙂
    Je suis juste trop fière de toi 🙂
    OUI OUI !!! Fallait vraiment élargir ton audience ma belle 🙂
    De plus j’ai commencé (modestement) à te faire de pub sur Facebook 🙂
    C’est pas génial ça !!!! Plus on est de fous et plus on rit et s’instruit et délire et rêve et refait l’monde et crée …etc.
    Bisous cara 🙂

    1. Merci tellement de tes encouragements, chère Yasmine ! Et merci pour les partages 😉 C’est un peu fou d’imaginer que mes mots puissent voyager là ou moi-même je n’ai jamais mis les pieds ! Mais ça fait partie du plaisir. Incontestablement !

      Marie xx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.