Fabulation ?

Lorsque j’ai débuté ce blogue il y a quelques mois, je vous disais que j’adorais les livres. Pour les mondes qu’ils nous font découvrir ; pour les personnages qu’ils nous font aimer ou détester ; pour la vision du monde qu’ils nous apportent.

Mais également, pour la façon qu’ils ont parfois de nous aider à vivre. Il en va de même pour le cinéma que je consomme sans modération ! (Et il n’y a pas de thérapie, j’ai vérifié!)

Ainsi, vous souvenez-vous du film Big Fish du réalisateur Tim Burton (La légende du gros poisson en français) ? Ce matin, en route vers le travail, je me suis rappelé ce film de 2003 que j’avais beaucoup aimé, et je me suis souvenue qu’il s’agissait là d’une belle façon de voir la notion de famille.

Tout au long de sa vie, Will (joué par Ewan McGregor) a entendu les anecdotes de l’histoire familiale, racontées d’une façon qui lui apparaissait alors relever de la plus pure fabulation par son père (Albert Finney), au point ou un conflit a fini par prendre beaucoup de place entre eux. Le fils reprochant en effet à son père de trop enchevêtrer réalité et fantaisie, l’empêchant de faire la part du vrai et du faux de l’histoire familiale. Désormais adulte et marié, Will se rend donc au chevet de son père mourant, et c’est l’occasion pour lui de partir en quête de vérité afin de tenter de lever le voile sur la vie de son père, sur l’histoire familiale On se rend compte à la fin du film que toutes ces histoires que Edward Bloom racontait à son fils, bien que pouvant sembler abracadabrantes, étaient tout ce qu’il y a de plus vraies, mais teintées de la vision « différente » du père.

J’aime à penser que ma famille, avec ses vérités, demi-mensonges et grandes parts d’ombre, peut aussi bénéficier de ma façon différente de voir les personnages et événements qui en ont jalonné l’histoire. J’aime à croire que ce qui a pu constituer des drames pour les personnes qui les ont vécu, puisse apparaître comme de la force, du courage ou bien encore, des croisades à ceux, qui comme moi, viennent après. Une façon de modifier cet « héritage » ? Assurément ! Mais une question de perception surtout !

Ainsi, ne vous étonnez pas que la suite de mon histoire puisse vous sembler abracadabrante ! Car nul doute qu’elle l’est !

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Sorcières, la puissance invaincue des femmes, Mona Chollet

«Inutile d'adhérer à WITCH. Si vous êtes une femme et que vous osez regarder à l'intérieur de vous-même, alors vous êtes une sorcière.» (-Manifeste de WITCH (Women's International Terrorist Conspiracy from Hell), New-York, 1968) Je ne[...]

Rencontre avec Eduardo Manet

Éduardo Manet, Métropolis Bleu, Photo: Chroniques d'une cingléeSamedi dernier, fin de journée dans une salle minuscule mais archi-bondée d'une librairie espagnole montréalaise associée au Métropolis Bleu, l'écrivain Éduardo Manet débute sa présentation dans le cadre[...]

Un bon fils, Pascal Bruckner

Comme chaque année, l'un des mes moments préféré de l'automne est encore est toujours la présence du Salon du livre à Montréal ! Parce qu'alors, pour tout boulimique de livres, c'est toujours un peu comme[...]

Coup de coeur

40 ans, c’est pas facile.Voici un petit coup de coeur ! Une BD intitulée «Une année en quarantaine» qui bien sur, parle..de ce fabuleux monstre de la quarantaine ;-)Bonne lecture !

Mal de mère: Le Top 3 de mes coups de cœur littéraires dédiés à la mère, 3 de 3

En cette journée de la fête des mères, nous voici donc avec ce troisième volet de mes coups de cœur littéraires portant sur le thème de la mère. Celui-ci ne se prétendant scientifique d'aucune façon ! Car clairement,[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.