Fêtes, farniente et café froid

Ah les fêtes!

Ce moment de l’année où on a enfin du temps.

Celui de flâner au lit le matin; de savourer son café jusqu’à ce qu’il devienne moins chaud, de décrocher au point d’en venir à ne plus savoir quel jour on est…

Moment béni de l’année surtout où on peut enfin dormir. Même si ce n’est jamais assez. Un moment où on mange toujours trop aussi.

Mais qu’importe n’est-ce pas ?

Parce que la vérité c’est que ça fait un bien fou!

Chez-nous, depuis une quinzaine d’années, nos soupers avec les amis (devenus des brunchs depuis trois ou quatre ans), chaque fois programmés quelques part entre Noël et le Jour de l’An sont devenus rien de moins qu’une tradition. De sorte qu’au fil des ans, tant les amis que les membres de la famille qui autrement, ne se seraient jamais rencontrés, en sont venus à se connaître à force de se croiser chez-nous. Et, il y a quelques années, c’est même une étudiante tunisienne installée à Montréal et qui était seule pour le temps des fêtes qui s’est jointe à notre petit groupe hétéroclite. Rien de moins, en effet, que le mélange des genres dans sa plus parfaite expression.

Un peu, au fond, comme une belle salade dont on change les ingrédients de fois en fois.

C’est pourquoi quand je suis tombée sur cet article dimanche dernier, j’ai fait ni une ni deux et je me suis dit que ce serait vraiment fou que nous aussi nous répétions l’expérience toute l’année. Un brunch par mois au cours duquel nous mélangerions nos invités de façon à provoquer et des rencontres, et des moments. Peu importe que ce soit au risque de vivre quelques malaises.

Bref!

C’est un peu ce que j’ai envie de nous souhaiter à tous pour la nouvelle année qui arrive. Un peu de folie, un brin d’audace, l’envie de sortir du cadre. Mais surtout, le courage de lancer les dés dans les airs. Juste pour voir ce qui se produira.

Le pire qui puisse arriver étant qu’on ait quelques surprises en cours de route.

***

Note à moi-même: en 2020, il faudrait bien que je m’attarde à trouver des titres de billets un peu plus «songés». Mais je dis ça, je dis rien hein !

***

Vous aimez mes billets ? N’hésitez pas à les partager sur vos réseaux sociaux. Ma maison est grande, il y a de la place pour la visite !

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Retour

De retour de voyage...Fatiguée mais réjouie.Un voyage cependant, qui tel que vous pouvez sans doute l'imaginer, ne s'est pas fait sans quelques histoires à raconter !Je vous raconterai...

Alors ? On se fait un printemps ?

Alors ? On se fait un printemps ?Je ne parle pas ici des records de chaleur que l'on peut observer actuellement, du Manitoba jusque dans le Maine, mais bien de la campagne de l'environnementaliste bien connu, David Suzuki,[...]

Les chroniques d'une cinglée...2

Crédit: Photo-Libre.frLe deuxième tome des Chroniques d'une cinglée ? Ça vous dit ?Et bien les voici, toutes fraîches ! Vous les trouverez tout juste ici !Bonne lecture !

Vérité et solitude

"Si les écrivains sont des êtres fragiles, Marcus, c'est parce qu'ils peuvent connaître deux sortes de peines sentimentales, soit deux fois plus que les êtres humains normaux: les chagrins d'amour et les chagrins de livre.[...]

La vie est un roman, Guillaume Musso

Ces temps-ci, canicule estivale s'y prêtant, je tente de faire redescendre une autre courbe que celle du covid. Celle de la montagne de livres qui monte chez-moi avec plus de vigueur encore que le[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.