Filigrane pour L’Homme nu

Crédit: Pexels.com

FILIGRANE

Un filigrane (du latin filum, fil, et granum, grain) est un dessin qui apparaît sur certains papiers quand on les regarde par transparence

***

Je suis toi

À travers la petite fille que j’ai été,

Celle qui aurait eu tellement eu besoin qu’on la prenne dans ses bras,

lui chuchotant à l’oreille que tout irait bien.

À travers ses yeux à elle,

je peux imaginer le petit garçon que tu as été

né d’une fissure

                 impossible à combler

Celle causée par la mort d’un frère parti trop tôt.

Je suis ta mère aussi,

Cette femme, Florence, confrontée au deuil atroce d’un aîné comme arraché de sa chair

Je peux m’imaginer dans le rôle de cette mère qui perd son enfant

Cette horreur absolue qui nous marque et nous tue de l’intérieur

et dont

probablement,

on ne se remet jamais.

Aujourd’hui, à un âge que toi tu n’atteindras jamais

Je peux saisir tout ce que tu as perdu

                  M’en emparer

Et le vivre pour nous tous

Et après t’avoir tant haïs

Je peux m’imaginer

te prendre dans mes bras

Et me faire un couvre-chef

                  de nos nids de vipères

Enfin libérée de tout ce chaos qui ne m’appartenait pas

(Gribouillis pour L’Homme nu)

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Le temps qui file... et qui défile

Parfois je me dis que tout va de plus en plus rapidement. Qu'on fait de plus en plus de choses.  Cela toujours plus vite.  Et, un peu paradoxalement, en prenant de moins en moins le temps de le faire bien. On[...]

Autres temps, autres moeurs...Lucienne et le prix de la liberté

Fouiner dans les vieux journaux du Montréal des années trente, ça me donne toujours ce sentiment qu’au coin d’une rue – ou au détour d’une page – je pourrais croiser Lucienne… Cette arrière-grand-mère un brin[...]

Les mots en désordre, sans point ni virgule

Étrangement c’est bien souvent dans le métro que commencent à s’écrire la plupart de mes billets Parce qu’alors que je suis entourée d’une foule massive et compacte dans un moment qui plus souvent qu’autrement me[...]

Peurs

Je n'ai jamais eu peur de la mort. Mais de tout le reste. Tout ce qui se trouve avant ce final et irrémédiable point tournant que constituera mon dernier souffle. Le noir la nuit; De l'inconnu dans l'ombre[...]

Des bouts de papier et des mots égarés

J'ai longtemps peint comme j'écris aujourd'hui. Pour déverser le trop plein Ou encore, comme un cri. En silence et sans faire de bruit. Mon secret c'est que j'écris pour ne pas penser au néant Comme les enfants qui dans le noir Ferment les[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.