Parce que mieux vaut tard que jamais…

Crédit: IStock

Vous vous souvenez de ce billet dans lequel je racontais que selon une vieille loi maintenant désuète depuis fort longtemps mais jamais révoquée, les parisiennes n’avaient toujours pas le droit de porter le pantalon ?

Je n’ai pu m’empêcher de sourire ce matin en tombant sur cette nouvelle selon laquelle la chose serait maintenant chose du passé, tant dans les faits que de façon légale. De quoi sortir le champagne pour vous, françaises, puisque depuis le 31 janvier, vous avez désormais ce droit de porter un pantalon sans faire figure de révolutionnaire 😉 Et cela, même si vous n’avez pas à la main un guidon de bicyclette ou bien les rênes d’un cheval.

Comme quoi, mieux vaut tard que jamais n’est-ce pas ?

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Des femmes inspirantes

Photo:: IStockM'inspirant du site internet Au Féminin qui dans le cadre de la journée de la femme dresse une série de portraits de femmes inspirantes, j'ai pensé adapter légèrement la formule en vous demandant à[...]

Aventure

Photo: www.lesgrandsexplorateurs.comIl est des destins qui parfois, surprennent ! Tant par l'anti-conformisme des personnes qui les vivent que par leur « sans peur » face à la vie ! Personnellement, ça me fascine toujours !C'est un peu[...]

Mamans d'ailleurs

Je souhaite une magnifique journée à toutes mes lectrices françaises qui célèbrent aujourd'hui la Fête des Mères en France !  J'en profite également pour saluer D. (qui se reconnaîtra !) et qui avec ses quatre[...]

À la mode le féminisme ?

Ces derniers mois, comme pour tenter de trouver un certain équilibre dans un quotidien qui trop souvent me donne le tournis, j'ai entrepris de tenter ce qui en théorie relève de l'impossible: «créer du temps» dans[...]



2 commentaires sur “Parce que mieux vaut tard que jamais…

  1. En effet, un peu d’histoire ne fera pas tort.
    Amelia Bloomer,

    Employée des postes, elle édita la revue The Lily, consacrée principalement à la tempérance mais qui ouvrit largement ses colonnes aux militantes du droit des femmes comme Elizabeth Cady Stanton1. Bloomer devint célèbre en raison son combat pour la réforme vestimentaire, en défendant un « ensemble composé d’une jupe courte portée sur un pantalon à la turque »2 qui devait permettre une aisance de mouvement que n’offraient pas les longues robes de l’époque. Ces culottes bouffantes, qui prirent le nom de « bloomers », furent largement décriées et raillées par la société de son temps qui dénonçait leur inconvenance mais trouvèrent leur usage à partir des années 1890-1900, notamment dans la pratique de la bicyclette.

    Je vous reviendrez pour la suite, l’histoire du pantalon féminin. Intéressant, à un moment de l’histoire où on tend à revenir sur une reféminisation de la mode féminine.
    Renée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*