Inspiration

Le hasard fait parfois drôlement les choses !

Je suis en effet tombée tout à fait par hasard sur les résultats d’une étude qui visait à démontrer que l’amitié entre femmes aurait des effets bénéfiques pour leur santé ! Vous savez ce que c’est ? Sur internet comme dans la vie, on trouve bien souvent ce qu’on ne cherchait pas ! Cette étude pour le moins surprenante, réalisée à l’Université de Californie (UCLA) – bien que datant tout de même de 2003 – démontre que ces relations d’amitié entre femmes façonnent notre personnalité ainsi que ce que nous allons devenir. « Elles apaisent notre tumulte intérieur, comblent les lacunes affectives de notre vie de couple et nous aident à nous souvenir de qui nous sommes vraiment ». Plus encore selon les chercheurs, ces relations d’amitié pourraient nous être d’une aide inestimable pour faire face au stress dévastateur que la plupart d’entre nous vivons au quotidien! Ce qui n’est pas rien, avouons-le!

La Docteure Klein explique ce résultat par le fait que l’hormone d’oxytocine, unique aux femmes, rend possible cette réaction au stress qui nous amènerait à nouer des contacts avec nos semblables. En effet, une fois libérée en réaction au stress ou aux situations difficiles, l’oxytocine entraverait apparemment le réflexe de combat/fuite propre aux hommes et encouragerait plutôt les femmes à prendre soin de leurs enfants et à se rassembler, … contribuant ainsi à une diminution notable du stress et à l’apparition d’un ressenti d’effet apaisant.

Ce qui m’a un peu fait sourire c’est que je suis également tombée pas plus tard que ce matin sur un article qui lui, parlait d’une auteure anglo-québécoise qui bien que décrivant avec succès dans ses romans l’univers d’ici, est pratiquement inconnue du public franco-québécois dont elle relate pourtant le quotidien. Ainsi, Louise Penny (c’est son nom !) dont les romans figurent pourtant au palmarès du New-York Times, racontait dans cet article la démarche l’ayant conduite à réaliser son rêve d’écriture…à la retraite !

Le déclic ? Lorsqu’elle a quitté Montréal pour aller s’installer dans la région de Sutton ou elle a été amenée à se construire un nouveau réseau d’amies : des artistes, des écrivains, des poètes… « En voyant ces femmes magnifiques, je me suis dit que je ne voulais pas mourir sans faire ce dont je rêve depuis l’âge de 8 ans simplement parce que j’avais peur! »

Vous imaginez bien combien ces deux articles, lus l’un après l’autre, m’ont amenée à réaliser qu’il était finalement peut-être doublement important de bien choisir ses amies afin de s’entourer de femmes inspirantes ! Dont le succès, le courage, la force rejaillirons forcément sur nous. Et puis j’ai réalisé qu’à l’heure d’Internet, des Twitter, Facebook et autres réseaux dits sociaux, nous nous privions peut-être de ces contacts privilégiés avec des personnes d’exception…Vous ne pensez pas ?

Pour en savoir plus sur cette étude : rendez-vous ici

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Le principe de la relativité...

  Tout est relatif ! On a beau entendre cette petite phrase à toutes les sauces, on en comprend tout le sens qu'à quelques moments privilégiés ! Ainsi, alors que je lunchais avec une amie que je n'avais[...]

L'amitié comme un scénario de sciences fiction

«J'ai consulté mon téléphone: je n'avais aucun message. C'est à cela que servent les téléphones portables, à se rendre compte que personne ne pense à vous. Avant, on pouvait toujours rêver que quelqu'un cherchait à[...]

Amitiés sous prescription

Gros week-end (trop court bien sur !) ou j'ai profité du soleil et des couleurs, sans toutefois oublier de fouiner dans mes journaux en prenant mon café samedi matin... Deux articles m'ont fait réagir ! Le[...]

Se la jouer Scarlett

J'ai toujours été fascinée de constater à quel point les enfants ont cette facilité de se faire des amis! Avez-vous remarqué ? Il suffit en effet que l'un d'eux se rende dans un parc pour[...]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*