J’aurais voulu être un artiste ou lorsque tout s’achète

Certains diraient que c’est par ignorance ou par inconscience. Personnellement, je préfère dire que c’est plutôt par conviction personnelle. La vérité c’est que je me suis toujours refusé à tricher.

Autant pendant mes années d’université alors que je ne comprenais vraiment pas ceux qui auraient littéralement vendu leur mère pour un « A ». Que ce blogue que j’alimente depuis maintenant dix ans et pour lequel j’ai toujours refusé d’utiliser des méthodes que je qualifierais de douteuses pour le faire connaître.

C’est pourquoi je suis un peu perplexe depuis la lecture de cet article sur lequel je suis tombée hier. Un article qui parle justement de la tendance de ces dits-« influenceurs » qui, sur les médias sociaux, paient pour s’acheter des « Like » et des abonnés. Histoire d’avoir l’air d’en mener large !

Non pas que je sois tombée en bas de ma chaise en lisant cela bien sur! Car tout le monde sait très bien que ça existe cette pratique de l’achat de « Like » dans le but de gonfler artificiellement ses chiffres. On est bien loin de la révélation du siècle avec ça n’est-ce pas ?

Au fil du temps, j’en ai vu des blogueurs attirés par cet espoir de devenir riche et célèbre avec leur blogue. Un peu inconscients, me suis-je souvent dit, du travail de fou que ça demande au quotidien pour alimenter une page. Pour trouver des idées, pour prendre le temps de les mettre en forme – idéalement en y apportant ce petit quelque chose d’unique qu’on ne retrouve pas déjà mille fois sur le web!

Et cela, sans la certitude qu’on sera lu.

Parce que, qu’on se le dise! Faire connaître un blogue, peu importe la qualité du contenu, le temps qu’on y consacre, ou encore, la foi qu’on a dans son travail, c’est véritablement un coup de dés. Certains billets qu’on pensait un peu insignifiants se mettront soudainement à circuler sur le web, sans qu’on sache trop pourquoi. Comme celui-ci, portant sur le phénomène de la chaussette solitaire que j’avais écrit à mes débuts et qui, d’une façon un peu surréaliste était devenu soudainement beaucoup lu. Et d’autres, sur lesquels on fondait pourtant beaucoup d’espoirs, et qui pourtant, ne seront lu que par deux ou trois lecteurs. Et encore!

Au fil du temps, je me suis dit que l’important, c’était le plaisir que je trouvais à écrire ici. Et que les « J’aime » et les commentaires, ce n’était qu’un bonus, la cerise sur le sundae en bref.

On a beau dire que du beau contenu, ça finit forcément par attirer des lecteurs. Mais moi je vous le dis! Cette affirmation, c’est vraiment de la bouillie pour les chats! Parce qu’attirer de nouveaux abonnés, c’est rien de moins que le parcours du combattant. Et que se fier au nombre de « Like » qu’une publication reçoit pour avoir une idée de la valeur de ses écrits, c’est la déprime assurée !

Reste que, je le réalise, l’écriture d’un blogue, ça a beaucoup changé depuis que j’ai créé ce blogue il y a dix ans, une époque ou on ne parlait pas encore d’influencer qui que ce soit. Aujourd’hui, à ce qu’il me semble, écrire un blogue en gardant ses idéaux, c’est accepter de n’être jamais lu, de parler (ou d’écrire) comme un ermite dans le désert. D’être seul dans son champ de fraises alors que la planète entière semble avoir découvert que la production de fraises transgéniques en usine était bien plus facile et rapide… Et le comble, découvrir qu’après avoir mis autant de temps à se distinguer des autres, on se soit fait voler son travail qu’on retrouve pratiquement mot pour mot ailleurs!

C’est pourquoi, par moments, je me demande si je ne suis pas devenue un dinosaure.

Vraiment ? Tout cela pour ça ?

Est-ce vraiment cela la réalité d’aujourd’hui ?

Je ne sais trop. Mais parfois, je vous le dis, j’ai bien envie de lâcher la serviette. Ou mon clavier !

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Le Salon du livre de Montréal, rendez-vous incontournable des livro-maniaques compulsifs: Mes coups de coeur

C'est aujourd'hui que s'ouvre la 39e édition du Salon du livre de Montréal. Un événement ou je compte bien aller faire un tour d'ici dimanche ! Pour l'occasion, j'ai pensé partager ici trois coups de cœur[...]

Ma mère avait raison, Alexandre Jardin

De tous les romans qu'a pu écrire l'auteur français Alexandre Jardin, bien honnêtement, je serais tentée de dire que ce sont ceux traitant de sa famille d'originaux qui m'ont toujours le plus rejointe et interpellée.[...]

L'histoire de l'amour et le pouvoir des livres

J’ai souvent évoqué ici le pouvoir des livres n’est-ce pas ? Ces livres qui parfois, nous aident à traverser des moments difficiles. Qui nous révèlent parfois plus de choses sur nous même que ce que[...]

Le livre de Jon, d'Eleni Sikelianos

« Quand le directeur de l'hôtel, Amir, a ouvert la porte de la chambre 172 le 7 janvier, il a trouvé mon père sur le sol, - « endormi ». Dans une enveloppe en papier[...]

L'angoisse du poisson rouge, Mélissa Verreault

Un réel coup de cœur que ce livre que j'ai découvert un peu par hasard. «L'angoisse du poisson rouge» de l'auteure québécoise Mélissa Verreault est rien de moins qu'un bonheur de lecture ! Mère de triplées,[...]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.