La charge mentale comme un saut dans le vide ou la solitude des héroïnes

Pixabay

On en a pas mal parlé depuis une semaine dans les médias ! Cette fameuse charge mentale dont toute femme ressent un jour ou l’autre tout le poids sur ses épaules…

Vous savez !

Ce sentiment de devoir penser à tout, tout le temps. De devoir tout prévoir, en toutes circonstances. Au prix de devoir tenir des listes sans fin de taches à accomplir. Parce que les sujets à lister, il y en a vraiment de tous les genres n’est-ce pas ? Du «qu’est-ce qu’on mange ce soir pour souper?» au pantalon d’éducation physique de fiston qui présente des trous sur les genoux… Et qu’il faudra forcément remplacer, l’année scolaire ne devant se terminer que dans un mois encore… Du lunch froid à prévoir le jeudi X pour la sortie scolaire au lunch qu’il faut rappeler à fiston de mettre au frigo, sous peine de se voir privé de son heure de dîner par une éducatrice qui en a marre de répéter la même chose à une marmaille réfractaire aux consignes…

Et je ne parle même pas ici des besoins de nos parents qui, alors que ces derniers vieillissent, deviennent plus nombreux. Ni même des taches qu’implique forcément le fait d’occuper un emploi à temps plein !

En ce qui me concerne, j’ai parfois littéralement le sentiment de gérer une PME. Au point de me réveiller parfois en plein milieu de la nuit, en sueur (Et non! Ce n’est pas la ménopause!) littéralement angoissée à l’idée de ce détail que j’aurai pu oublier dans ma journée ! Ou encore, dès mon réveil, d’avoir ce sentiment que mon cerveau ressemble étrangement à un citron que l’on aurait un peu trop pressé… Et duquel plus rien de valable ne peut être extrait !

Un peu comme si pour nous, il était normal de tout voir venir. Que par définition, la femme était par défaut la grande responsable en titre des taches domestiques. Et qu’il ne suffisait que de demander pour avoir de l’aide. L’homme de la maison, bien sur, ne se sentant nullement concerné par tout ce qui touche le domaine domestique ! Autrement que comme quelqu’un qui, en cas de débordement, peut vous aider…

En lisant sur cette «charge mentale», je l’avoue, j’ai eu envie de crier «Halleluja! Ma «maladie» n’est donc pas imaginaire ?» Tout juste un phénomène que pour ma part, je n’étais pas encore parvenue à nommer. Mais sur lequel une chercheuse de l’Université Laval de Québec, Nicole Brais, s’est justement penchée. Un peu comme pour confirmer, si besoin l’était, que je suis bien loin d’être la seule et unique à en souffrir!

Mais pourquoi parle-t-on tellement tellement du phénomène depuis une semaine ? Parce qu’au fond, depuis que le monde est monde que c’est un peu comme ça dans une majorité de foyers, n’est-ce pas ?

Rien de bien nouveau sous le soleil !

Mais voilà que la dessinatrice Emma a produit récemment une BD sur sa page Facebook, justement intitulée «Charge mentale» (Emma est aussi blogueuse et ingénieure informaticienne, en plus de dessiner dans ses «temps libres»! – Je n’ose donc imaginer la folie de son quotidien, forcément sur-booké!) traitant du sujet et que celle-ci est devenue rien de moins que virale ces derniers jours.

On en a parlé dans L’Express. Mais également sur le site internet d’Urbania. Mais aussi ici.

Très clairement, je me dis parfois que cette idée d’un partage équitable des taches ménagères relève purement et simplement du fantasme absolu alors qu’on est malheureusement bien loin d’y être!

Je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne, je m’évertue à me demander comment il est possible de sortir de ce modèle forcément archaïque qui au final, finirait par user même la plus organisée d’entre nous!

La charge mentale, un super pouvoir ? Vraiment ?

Parce que les héroïnes il arrive qu’elles soient à bout de souffle !

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

De tout, de rien... et un peu de n'importe quoi

En regardant la date à laquelle j'ai mis en ligne mon dernier billet, je me dis que décidément, le temps me glisse entre les doigts en moins de temps qu'il n'en faut pour cligner de[...]

« La liberté n'est pas une marque de yogourt » (P. Falardeau)

Et si au lieu de faire « plus », on faisait « mieux » ! Je repensais à ma chronique d'hier et je me disais que, bien sur il y aura toujours des « Cardinal Ouellet » qui, bien que n'ayant jamais[...]

La fin du plus que parfait ou la beauté du chaos

En jetant de temps en temps un regard sur la vie des autres à travers cette loupe grossissantes que sont les Facebook et Pinterest de ce monde, je me dis parfois qu'il n'y a que[...]

À trop en faire

Je ne sais pas pour vous - ni même d'ailleurs si cela est caractéristique de la période des fêtes ! - mais il me semble être toujours à court de temps.  Pas vous ?  Entre[...]

Libérées, le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale, Titiou Lecoq

Les derniers mois, je dois l'avouer, j'étais tellement fatiguée que juste l'idée de me plonger dans un livre et la chose m'apparaissait comme rien de moins que hors de ma portée. La  concentration à zéro[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.