La crise de la quarantaine, un mythe? Vraiment?

Crédit: Pexels

Je suis toujours un peu dubitative lorsque je tombe sur certaines études qui, présentées dans les médias ou sur internet, semblent destinées à conclure un peu tout.

N’importe quoi.

Et parfois, son contraire.

C’est un peu ce qui s’est produit récemment lorsqu’une étude réalisée par l’Université de l’Alberta – et relayée un peu partout dans les médias –  en est venue à la conclusion que la crise de la quarantaine était purement et simplement…un mythe ! On en parlait notamment ici.

Bien sur, je n’ai pu m’empêcher d’éclater de rire! Moi qui écrit justement ici depuis plus de six ans sur cette fameuse crise. Et dont le billet le plus lu de tous les temps (selon mes chiffres plus ou moins officiels!) portait justement sur la galère qu’est cette fameuse crise de la quarantaine. Un billet (toujours accessible ici) qui, disons-le, a été vu presque 30,000 fois depuis sa mise en ligne. Ou, plus précisément, 28,030 fois à l’heure ou on se parle !

L’auteure principale de cette étude dont je parle plus haut, Nancy Galambos, affirme ainsi avoir constaté l’inverse d’une crise, la quarantaine venue. Se montrant plutôt convaincue que les gens, de façon générale, étaient plus heureux une fois le cap du quarante ans passé.

Toutefois, je n’ai pu m’empêcher de «tiquer» un peu sur un «léger» détail !

«Les chercheurs ont suivi un groupe de Canadiens âgés de 18 à 43 ans qui ont terminé des études secondaires et un autre groupe de Canadiens âgés de 23 à 37 ans qui ont terminé des études universitaires. Ils ont observé que le sentiment de bonheur était en hausse dans les deux groupes, sauf à 43 ans.» (Nouvelle rapportée sur le site de Radio-Canada)

Est-ce moi qui suis de mauvaise foi ici ou bien si le fait de n’avoir étudié que des gens en bas de quarante ans, c’est loin d’être un détail sans importance ? Surtout quant le but de l’opération semble justement de se prononcer sur l’existence réelle de la crise de la quarantaine !

Enfin bref !

Mais voilà que ce matin, en lisant ma presse, je suis tombée sur cette autre nouvelle rapportant une étude, celle-ci réalisée en Grande-Bretagne, et qui affirme, elle, tout à fait le contraire ! Soit que les personnes de 65 à 79 seraient globalement plus heureuses et moins anxieuses que leur concitoyens, selon ce que rapporte la BBC.

Dans cette deuxième étude, réalisée par l’Office for National Statistics Research, on explique que les gens de 45 à 59 ans compteraient parmi les moins satisfaits lorsqu’ils font un bilan de leur vie. Une situation largement attribuable, selon les chercheurs, à la difficulté de concilier soins aux enfants, soins aux parents vieillissants. Et boulot!

Là, je suis certaine que cette révélation vous a, comme moi, jeté en bas de votre chaise!

J’aurais d’abord envie de dire qu’il n’était nul besoin de consacrer une étude pour en venir à cette conclusion! Ces arguments semblant être ceux que je m’évertue à présenter lorsque le sujet est mis sur la table !

N’empêche ! C’est l’évidence à mes yeux que la quarantaine, ça coïncide trop souvent avec les enfants qui grandissent et qui demandent de l’attention. Avec la réalité, en parallèle, de nos parents qui vieillissent et qui nous demandent, eux aussi, beaucoup !

Avec le boulot qu’il nous faut – aussi parfois – réinventer. La retraite semblant être apparentée à un genre de Klondike que l’on ose à peine regarder qu’avec des lunettes d’approche tant elle semble lointaine….

Alors la crise de la quarantaine ? Un mythe ?

Vraiment pas !

Mais qu’on se console ! Car il semble que ça ait une fin un jour ! Et qu’à compter de 65 ans, des tonnes de bonheur soient destinés à nous tomber dessus !

Cela, avant que notre carcasse nous lâche, idéalement ! Histoire d’en profiter un peu !

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

8 secondes dans la vie d'un poisson rouge

Les montres molles de Dali (ou Persistance de la mémoire), vous connaissez? Cette oeuvre du célèbre peintre surréaliste qui a un jour imaginé pouvoir représenter le temps qui fuit à travers cette image de montres[...]

Changement de programme

Vouloir écrire un billet sur le coin du comptoir de cuisine un samedi soir... Et se faire appeler par Skype, en provenance du salon, parce qu'on nous attend pour aller écouter un film! Pas facile la vie[...]

Je dors, tu dors, ils dorment... plus ou moins

Il m'arrive de me dire que la vie, c'est parfois bien compliqué. Mais ça, c'était avant que je ne tombe sur cette série d'articles, pris à gauche et à droite sur le Net, et qui mis[...]

Du pouvoir réactionnaire de la féminité

Hier, je suis tombée sur un article de Libération qui, après m'avoir donné le sentiment d'être littéralement tombée de ma chaise, m'a portée à réfléchir... L’histoire ? Celle de Lucia Caram, une bonne sœur Dominicaine d’une cinquantaine[...]

2 commentaires sur “La crise de la quarantaine, un mythe? Vraiment?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.