La famille, ce long fleuve…pas toujours tranquille

« On a coutume de dire que notre vie entière défile devant nos yeux au moment de mourir, comme un film en accéléré. Bien sûr, cela n’est pas vrai, c’est une absurdité. À quoi bon reproduire à l’extrême fin ce que nous savons déjà, ce qui a été vécu ? De toute façon, le vrai récit de nos existences ne commence pas à la naissance, non, il faut remonter bien plus loin, prendre à contre-courant le fleuve ombilical, jusqu’à la source maternelle qui, liant les générations, nous nourrit et, avec les blessures, nous inocule le poison familial. » 

– Jim Fergus, Marie Blanche

 

Je suis présentement plongée dans ce magnifique roman de l’auteur américain Jim Fergus, Marie Blanche, dans lequel il raconte, sous la forme d’une fresque aux ramifications insondables, son histoire familiale des plus incroyables. Partant des destins tourmentés de sa mère et de sa grand-mère avant elle, sur plus de cent ans….

Vous le savez bien ! Tout à fait le genre d’histoire à laquelle je résiste difficilement… !

La vérité c’est que je suis bien tentée de croire que j’ai un genre de « don » particulier pour repérer ces livres dans lesquels la filiation porte en elle tous les problèmes de l’humanité… Un peu comme si à travers ces récits, je m’appliquais à chercher sans fin une réponse – ou plutôt une confirmation – à cette impression de ne pas avoir fait le tour de mon jardin. Qu’il me manquait un élément ou un indice d’importance à côté duquel je passerais sans cesse et sans le voir…

Et si nous venions sur terre pour répondre à une question bien précise ? Le genre d’énigme que nous nous transmettrions de génération en génération, tant et aussi longtemps que personne n’arrive à la résoudre. En quelque sorte, une « patate chaude » dont personne ne voudrait…

Car bien sûr, vous qui me lisez depuis un moment savez que cette question de la filiation m’obsède particulièrement ! Parce que ce faisant, je trouve des réponses à mes questions. Mais surtout, du sens à ce qui autrement, n’en aurait que bien peu ! Parfois pas du tout…

Quelque part, je me demande si ce n’est pas justement ce sentiment de passer à côté de quelque chose d’important qui me bloque dans l’écriture de mon livre… qui portera – est-il besoin de le préciser ? – sur cette fameuse « question » qui doit bien m’unir à ma mère, ma grand-mère et sa mère avant elle… et à laquelle, visiblement, aucune d’elles n’a su répondre jusqu’à maintenant…

Mais peut-être tout cela résonne-t-il comme du chinois ? Même pour moi, tout cela semble parfois difficile à préciser…une chose aux formes imprécises mais que je ne peux m’empêcher de chercher…

Suivez et aimez nous:

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Au bonheur des listes, Shaun Usher

Je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne, j'ai l'impression de passer ma vie à faire des listes. Des listes d'épicerie; de courses à faire; de choses à ne pas oublier;[...]

Va ou ton coeur te porte

Étrange comme certains ouvrages littéraires ne nous livrent pas le même discours, selon qu'on les a lus à vingt ans.  Ou qu'on les relis, vingt ans plus tard... C'est un peu l'étrange expérience que j'ai vécue[...]

Addiction

Ça y est ! Je suis accro !Mais à quoi donc, vous demandez-vous ?À ma liseuse électronique, tout simplement !C'est que je me suis amusée, depuis que je l'ai reçue à Noël, à rechercher sur[...]

Le Roman Vrai d'Alexandre Jardin

«Le roman vrai» d'Alexandre Jardin, voilà un bout de temps que je voulais parler de ce livre qui, même sa lecture terminée depuis un bout de temps, continue de me trotter dans la tête. Non[...]

La vie est un roman, Guillaume Musso

Ces temps-ci, canicule estivale s’y prêtant, je tente de faire redescendre une autre courbe que celle du covid. Celle de la montagne de livres qui monte chez-moi avec plus de vigueur encore que le plus virulent des[...]

2 commentaires sur “La famille, ce long fleuve…pas toujours tranquille

  1. Au contraire, au contraire, c'est assez clair pour moi. Moi aussi, le besoin de ce retour en arrière se fait sentir. et j'ai puisé dans le récit de ma filiation des réponses à des questions qui m'ont apaisée. La roue tourne, mais elle se transforme. C'est bien d'avoir conscience d'y contribuer.

  2. Il est fascinant de constater que ce besoin, tout le monde finit par le ressentir avec plus ou moins la même intensité, à un moment de sa vie. Un peu comme si après avoir voulu croire que l'on pouvait faire sa vie en balayant tout ce qui vient de notre famille, nous nous rendions à l'évidence qu'on a besoin de ce lien. Pour comprendre. Pour avancer. Pour éviter de faire les mêmes erreurs. À moi, cette recherche m'apporte et me nourrit d'une façon que je n'aurais même jamais imaginée il y a seulement deux ans encore… Je suis contente de partager cela car ça me permet de réaliser que je ne suis pas seule à ressentir cela. Et je ne doute pas que tu comprends tout à fait, étant toi aussi dans le même cheminement je pense 😉

    Merci de ta présence ici 😉

    Marie xxx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.