La faute de février …

Photo: Chroniques d’une cinglée
Bon, j’imagine ce que vous vous dites ! « Mais c’est qu’elle exagère celle-là ! Elle nous propose deux minutes à ne rien faire et puis voilà que presque une semaine plus tard, on ne l’a toujours pas revue !!! »
À ma décharge, je dois avouer que j’ai un certain talent – que malheureusement je n’exploite pas assez – pour une certaine forme de paresse ! 
Je vous assure ! 

Vous ne me croyez pas ?

Je peux facilement passer des heures à regarder par la fenêtre le temps qui passe… Ou à observer les oiseaux qui dégustent les derniers fruits de l’immense arbre qui s’expose aux regards devant chez-moi… Ou a tenter de déterminer combien de centimètres les cèdres de ma cours peuvent bien avoir pris depuis le début de l’hiver…
Mais, est-ce la faute de février qui s’éternise ? Du trop plein d’activités qui fait en sorte qu’on oublie parfois de prendre une pause ? Je ne sais pas trop ! Mais la vérité, c’est que l’inspiration me fait actuellement cruellement défaut ! Et que la seule envie qui me titille le week-end venu, c’est de voler un peu de temps au temps et…de m’endormir sur ma causeuse l’après-midi venue… 
 
Non mais quel bonheur ! Je ne vous dis pas !
Mais qu’on se rassure ! Mon mari qui visiblement semble s’être pris pour la célèbre marmotte Phil qui chaque mois de février, prédit l’arrivée du printemps, est revenu du travail un soir en me disant qu’il avait eu sur le sentier menant chez-nous la révélation que nous nous en allions dans le bon sens ! Parce qu’il avait vu son ombre…. (Et moi qui pensait qu’il parlait de nous !)
Enfin, bref !

Et vous, à quel plaisir coupable et inavouable (ne soyez pas timides ! Nous sommes entre nous ici !) vous prêtez vous lorsque vous vous permettez d’être un brin paresseux ? À quel petit moment de bonheur inoffensif succombez-vous sans effort ? 
Question de m’inspirer 😉 

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Place nette

Ces jours-ci, un peu comme pour une tradition qui reviendrait chaque printemps avec la régularité d'une horloge, je sens comme un "appel". Celui des tiroirs bien rangés, de la chasse à la poussière, et du[...]

Taleur et Pamoi

On parle de plus en plus dans les médias de l'écriture inclusive. Vous savez ! Cette "invention" moderne qui serait rien de moins que l'équivalent d'un "péril mortel" si on devait en croire l'Académie française.[...]

Quand le film est triste

Je ne serai pas la première à le dire, sans doute ! À savoir que les enfants ont cet art bien à eux de nous poser ces questions auxquelles nous ne sauront que répondre... Quatre heure[...]

Les limites du multi-tâches !

Cuisiner un pain aux bananes et se rendre compte une fois le gâteau au four, qu'on a... Oublié d'y mettre les bananes ! Et que celles-ci semblent nous narguer, trônant toujours fièrement sur le comptoir de cuisine[...]

Kit de survie

Avez-vous déjà ressenti cette envie fugace ? Ce désir irrépressible de s’exiler quelque part entre « machin-du-trou-perdu » et « la-route-du-bout-du-chemin ». Là ou le téléphone ne sonne jamais et ou les factures ne se[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.