La fin du plus que parfait ou la beauté du chaos

Pixabay

En jetant de temps en temps un regard sur la vie des autres à travers cette loupe grossissantes que sont les Facebook et Pinterest de ce monde, je me dis parfois qu’il n’y a que moi qui ai une vie complètement bordélique et désorganisée.

Vous savez ce que je veux dire j’imagine !

Ce sentiment d’avoir une vie pas mal plus beige que celle que je peux percevoir comme étant celle des autres. Dans la mienne, jamais assez de voyages. Beaucoup de responsabilités. Trop de nuits blanches à m’inquiéter de tout et de rien. Le sentiment perpétuel de lutter constamment contre mon poids. De ne pas savoir être là ou j’aurais envie d’être. D’être devenue avec l’Homme de la maison au fil des années à l’image de ces vieux couples qui me décourageaient tellement quand je les regardais aller, il y a quelques années. D’être cette mère pas toujours aussi patiente que j’aimerais imaginer l’être. Et surtout, cette incapacité crasse à me tenir debout pour enfin terminer mon livre. Un projet qui pourtant, me semble être le symbole ultime s’il en est un que j’aurai atteint le sommet de ce que me semble être une vie réussie (à mes yeux).

Parce que bien sûr, il m’arrive, comme à vous sans doute, d’être soudainement frappée de cette impression qui me tombe alors dessus un peu comme une tonne de briques qu’il n’y a que moi…. pour qui les choses se passent rarement comme je l’aurais voulu.

Mais vous savez quoi ? En ce vendredi tout banal, je viens de découvrir avec un bonheur sans nom qu’enfin, il pourrait bien y avoir de l’avenir pour mon chaos tout ce qu’il y a plus de désorganisé… Et surtout, pour ma vie en dents de scie qui trop souvent, semble avoir beaucoup plus à voir avec des montagnes russes aux courbes parfois vertigineuses qu’avec un long fleuve tranquille..

La source de cette révélation aujourd’hui ? Cet article du Figaro qui prétend que la perfection, c’est devenu rien de moins que démodé, ringard et complètement has been!

Halleluïa ! cria-t-elle avec un sentiment de jubilation non feint !

Du coup, j’ai envie de lancer en ce jour la journée officielle et internationale de l’imperfection !

Et vous ? Qu’est-ce qui galère royalement dans votre vie ces temps-ci?

Parce que comme le dit le proverbe, quand on se compare, on se console !

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Montée de lait féministe

Photo: IStockSuis-la seule à trouver que l'image de la femme, ces temps-ci, en prend pour son rhume ?J'ai l'impression en effet qu'à lire les médias de partout, c'est un peu comme si nous avions tous[...]

Chacun cherche son île

En janvier, c'est connu, le froid semble capable à lui seul de geler même les neurones les plus résistantes! Qui n'a jamais ressenti cette envie presque irrépressible de s'exiler qui nous prend alors ? Au bout[...]

Retour à l'anormal

Il y a des moments de vie pendant lesquels je me dis qu'il vaut parfois mieux cesser d'essayer d'avoir prise sur son environnement, et s’asseoir un petit moment. Parce que clairement, on a l'impression de se[...]

Mots(Rosité)

Je suis ces jours-ci un peu comme ces grands timides De ceux qui n'osent pas trop approcher de l'objet de leur convoitise. De crainte d'être rejeté. Ou tout simplement... ...pas tout à fait à la hauteur. Alors ? Cachée dans un[...]

Du pouvoir réactionnaire de la féminité

Hier, je suis tombée sur un article de Libération qui, après m'avoir donné le sentiment d'être littéralement tombée de ma chaise, m'a portée à réfléchir... L’histoire ? Celle de Lucia Caram, une bonne sœur Dominicaine d’une cinquantaine[...]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.