La grange à livres du vignoble du Clos de l’orme à St-Armand

Vous avez déjà lu le livre de Carlos Ruiz Zafon, «Le cimetière des livres oubliés»? Si c’est le cas, l’endroit magique que j’ai découvert hier et dont je vous parlerai aujourd’hui vous replongera certainement dans l’atmosphère si particulière de l’auteur espagnol qui n’a pourtant jamais visité St-Armand.

Parce que, pandémie oblige, c’est autour de chez-moi que j’ai décidé de me déplacer cet été. Mais je l’avoue, j’étais bien loin de me douter qu’un joyau tel que celui que je vous présente aujourd’hui puisse exister à proximité de Montréal, soit une heure trente en voiture.

L’endroit ? Rien de moins qu’un superbe vignoble – Le clos de l’orme blanc – situé en Montérégie près de Venise-en-Québec. Et qui au bout d’un long chemin de campagne qui n’en finit plus de serpenter un peu comme un long ruban qui tourbillonne, offre au visiteur (et plus encore à l’amoureux des livres!) la plus inattendue des surprises. Rien de moins qu’une vieille grange transformée en paradis livresque.

Pour la petite histoire, l’idée de ce vignoble a commencé à germer dans l’esprit des propriétaires – Lucie Debien et Rino Dumont – quelque part en 2015 avec le plaisir de l’apprivoisement de quelques vendanges au moyen des 3,600 vignes laissées là par l’ancien vignoble de la Sablière. Un vignoble qu’ils ont acheté sur un coup de coeur en 2009.

C’est ainsi, de fil en aiguille que les propriétaires ont eu cette idée qui pouvait sembler un peu banale à l’origine de joindre l’utile à l’agréable. Soit de rassembler dans la grange qui se trouvait sur leurs terres tous ces livres qui leur disputaient déjà la place dans la maison . Le bénéfice apparaissant double: soit d’offrir aux «locaux» une «bibliothèque» à petite échelle. Mais également, de valoriser cette immense grange dans laquelle ils avaient chaque fois plaisir à recevoir parents et amis qui tous appréciaient déjà tant ce lieu si unique.

Mais la chose la plus extraordinaire de cette histoire, c’est que si au départ, Lucie et Rino ont pu rassembler quelques 3,000 livres, ce qui est déjà phénoménal en soit qu’on se le dise, leur projet a rapidement dépassé leurs plus folles espérances. Car l’évidence c’est que les dons se sont rapidement mis à déferler. De sorte que c’est aujourd’hui à quelques 12,000 livres que Mme Debien et M. Dumont estiment leur inestimable collection.

Et je le redis au cas où vous n’auriez pas saisi l’ampleur de la chose! 12,000 livres provenant tous de dons. Rien de moins qu’une immense bibliothèque dont la richesse littéraire pourrait rendre jalouse ses semblables. Tout cela dans un fond de campagne, un peu comme le secret le mieux gardé de la planète.

Si habituellement l’été, le lieu est accessible tous les weekends aux visiteurs qui découvrent probablement par hasard l’endroit, pandémie oblige, pour cet été 2020 c’est sur rendez-vous qu’il est possible d’avoir accès à cette insolite grange à livres. Mais la beauté de la chose c’est que vous aurez alors, comme ça a été le cas pour nous hier, l’extraordinaire privilège d’avoir le lieu tout à vous. Et cela, croyez-moi, c’est clairement la cerise sur le sundae!

Parce que même seul, comme pour nous hier, vous ne ressentirez pas moins toute la force de la vision de partage des propriétaires des lieux. Des vignes servant d’excuse pour se rassembler, s’inspirer. Plus encore! De la poésie en bouteille, littéralement, puisqu’ils ont même décidé de donner des noms à connotation littéraire à certains cépages. Par exemple, à ces nouvelles cuvées de seyval de 2020: le «Conte d’Armandie», le «Au pied de la lettre» et le «Mot Dit».

Comme quoi ici, vraiment, tout est dans tout!

Vous avez eu la chance de visiter ce lieu ? Vous en avez déjà entendu parler? N’hésitez pas à venir en parler en commentaire. Sinon, si vous habitez au Québec c’est vraiment à mettre sur votre horaire cet été.

Si vous habitez hors Québec ou même hors Canada, c’est une adresse définitivement à mettre sur la liste des endroits à voir quand vous viendrez nous visiter lors de votre prochain grand voyage. Parce que ce lieu, vous ne le trouverez clairement dans aucun guide de voyage.

Pour des photos de ce lieu magique – histoire de vous inspirer – n’hésitez pas à me visiter sur Instagram où j’ai partagé de nombreux clichés hier. Mais je vous préviens, ça vous fera vraiment envie!

***

Vous aimez mes billets ? N’hésitez pas à les partager sur vos réseaux sociaux. Ma maison est grande, il y a de la place pour la visite !

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

«S'enfoularder»... pour le plaisir

Quelle femme n'a pas dans ses tiroirs un (ou même plusieurs !) foulards ? Souvenirs de voyage ou simplement, de ces foulards auxquels nos expéditions dans les magasins nous ont vu succomber...Et si vous êtes[...]

Yayoi Kusama au Art Gallery of Ontario (AGO)

Yayoi Kusama, vous connaissez ? Histoire de me remettre dans le bain et de recommencer à écrire, j'ai imaginé profiter cette semaine suivant la Journée de la Femme qui avait lieu hier, comme tous les #8mars[...]

Coup de coeur...Gabrielle Shonk

L'année dernière, j'ai littéralement craqué pour Gabrielle Shonk, jeune auteure compositrice interprète originaire de Québec découverte par le public de La Voix en 2014. Et qui vient justement de sortir le premier extrait de son[...]

Ateliers, saveurs... et nouveaux horizons

  Hier, je racontais que selon une étude sur laquelle je suis tombée cet été, les instants et, d'une certaine façon, la liberté qu'on s'offrait parfois en cherchant de l'aide à l'extérieur pour nous libérer de[...]

19 août: journée mondiale de la photographie

Décidément, il y a de nos jours une journée pour tout, n'est-ce pas ? Mais clairement, ce vendredi 19 août me rejoint particulièrement alors que nous célébrons aujourd'hui l'un des arts les plus fascinants de[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.