Là ou on se disperse un peu..

Vous pensez que je me suis trouvée une nouvelle marotte en vous parlant de médias ces temps-ci ? Et bien non ! C’est seulement que je complète un Certificat universitaire en Analyse des médias (que je ne vois plus l’heure de finir d’ailleurs !) et justement, je commence à entendre le tictac du compteur et son bruit entêtant puisque j’ai trois travaux à remettre d’ici décembre… 

Et oui ! En plus du travail. Des courses à la garderie pour aller récupérer mon fils en fin de journée. Et des courses tout court ! Et des soupers. Et des bains. Puis des repas que je prépare à l’avance pour ma mère qui comme vous le savez, est atteinte du Parkinson en plus …d’une maladie cœliaque qui l’empêche totalement de manger quoi que ce soit contenant du blé. Ce qui vous pouvez sans doute l’imaginer, demande un peu de créativité côté cuisine ! Et de la planification encore plus !

Cinglée disions-nous ?

Toujours est-il qu’en vous parlant médias, j’ai pensé bien sûr que cela m’insufflerais quelque dose de motivation.  Peine perdue !

Car je dois avouer que ces temps-ci, je sens plutôt l’appel d’un bon livre auquel je m’attaquerais, emmitouflée dans mes couvertures…avec peut-être même un bon chocolat chaud si je me permettais de rêver un peu ! Mais bon… Peut-être tout ceci ne relève-t-il que du domaine du fantasme alors qu’on se dit parfois «Et si ?» Alors, comme une façon de résister, je continue d’accumuler des livres, ma table de chevet tanguant dangereusement sous leur poids…

Mais il m’arrive quelquefois de céder à mon côté délinquant et…d’oublier tout ça et…de lire un bon livre. Ce que j’ai fait ce week-end, passant à travers le livre de Sophie Fontanel dont je vous ai d’ailleurs parlé il y a quelques temps.

Et c’est ici qu’on se retrouve au point de départ et que je me dis «faudrait bien que je m’attaque à ce cours, non !»

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

L’éternel sentiment de culpabilité des parents…quand on se compare, on se console

Parfois, je me dis que devenir parents, c’est un peu comme d’accepter soudainement d’entrer dans un monde constitué de paradoxes. D’une part, vous constaterez que jamais plus votre vie ne vous appartiendra totalement. Mais surtout, il[...]

À trop en faire

Je ne sais pas pour vous - ni même d'ailleurs si cela est caractéristique de la période des fêtes ! - mais il me semble être toujours à court de temps.  Pas vous ?  Entre[...]

De tout, de rien... et un peu de n'importe quoi

En regardant la date à laquelle j'ai mis en ligne mon dernier billet, je me dis que décidément, le temps me glisse entre les doigts en moins de temps qu'il n'en faut pour cligner de[...]

Prendre le temps de cuisiner et de bien manger: dernier tabou ?

Chaque année à l'automne, c'est un peu le même scénario. Je peux passer des semaines à tenter de trouver de quoi sera fait le menu de mes réceptions des fêtes.  Dans l'espoir avoué d'impressionner mes invités,[...]

Libérées, le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale, Titiou Lecoq

Les derniers mois, je dois l'avouer, j'étais tellement fatiguée que juste l'idée de me plonger dans un livre et la chose m'apparaissait comme rien de moins que hors de ma portée. La  concentration à zéro[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.