La quête du Saint-Graal

Photo: IStock

Ce matin, en fouinant sur Internet, je suis tombée sur cet article du New-York Times rapporté par Slate et dans lequel on raconte que selon une récente étude, 46% des Allemands affirmeraient…ne plus savoir être heureux.

Sur le moment, j’ai eu envie de dire «Ça y est ! Une étude de plus pour tenter de nous culpabiliser – une fois encore ! – de ne pas être dans cet espèce d’état de bonheur perpétuel tellement beau sur les pages de papier glacé !» Un peu comme si dans notre société de «paraître», il était anormal de se remettre en questions et de ne pas toujours se sentir pleinement heureux….

Jusqu’à ce que je tombe sur cet extrait, en fin d’article:

«Tristement, 91% des participants estiment que le plaisir fait que la vie vaut la peine d’être vécue. Mais seulement 15% de souviennent de moments pendant lesquels ils ont été capables d’oublier leurs soucis et d’être vraiment heureux» (Slate)

Je me suis alors demandée ceci… Est-ce seulement les moments de plaisirs qui font que la vie vaut réellement la peine d’être vécue ? Ou bien si ces moments de plaisirs ne seraient pas, tel que je l’ai bien souvent pensé, ce que la vie avait peut-être trouvé de mieux pour nous faire plonger dans l’aventure ? Dans le genre «carotte» qu’on tend au lapin pour le faire avancer…. Ce genre de moment que nous passerions nos vies à vouloir revivre ou reproduire…

Et si les petits et grands moments de bonheur, loin d’être le but du voyage, n’étaient en fait que des «bonus» ? Parce qu’au fond, je me dis que venir sur la terre pour vivre le bonheur éternel, ça me semble un peu trop beau pour être vrai non ?

Et puis, qui en effet serait assez fou pour accepter la proposition de quelqu’un qui lui dirait quelque chose comme «Je te propose une super expérience: la vie. Tu vas en baver un coup ! Maudire tous les Saints du ciel et te demander sérieusement, et plus d’une fois, ce que tu peux bien faire là… À toi de le découvrir ! Mais dis toi bien qu’il n’y a peut-être pas de réponse…»

Pas très tentant, avouons-le !

Alors ? Qu’est-ce qui fait vraiment que la vie vaut réellement la peine d’être vécue ?

Y a-t-il seulement une réponse ? Ou bien est-ce un peu comme le fameux «secret de la Caramilk» ? Dans le genre insoluble…

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

L'essentiel

Les enfants ont cet art, vraiment, de nous ramener à l'essentiel n'est-ce pas ? Samedi matin, alors que je réveille, un regard dans le miroir me renvoyant ce reflet de la fille aux prises avec une[...]

Les petits bonheurs

«Le bonheur est une petite chose que l'on grignote, assis par terre, au soleil.» (- Jean Giraudoux) Le bonheur, bien souvent ça se révèle dans les petites choses. Loin des recettes. Qu'on se le dise ! C'est pourquoi j'ai[...]

Paradis artificiels

Ces jours-ci, une question me « turlupine » particulièrement.... Pourquoi faire simple, quant on peut faire compliqué? Une question qui semble être devenue le mantra de nos sociétés modernes... Alors que moi, tout ce que je voudrais[...]

Je dors, tu dors, ils dorment... plus ou moins

Il m'arrive de me dire que la vie, c'est parfois bien compliqué. Mais ça, c'était avant que je ne tombe sur cette série d'articles, pris à gauche et à droite sur le Net, et qui mis[...]

Ce qui compte vraiment au bout du compte...

Qu'est-ce qui compte vraiment au bout du compte ? Quelles sont ces choses que je regretterai de ne pas avoir faites, au jour de ma mort ?Ces questions, il faut bien avouer qu'on se les[...]

2 commentaires sur “La quête du Saint-Graal

  1. Je réponds OUI à ta première question à savoir si la vie vaut réellement la peine d'être vécue. C'est un bien si précieux qu'il faut bien la vivre le plus possible.

    Cependant, il peut y avoir différentes réponses selon les gens. Certains ne voudront que du « bonheur » et ne pourront pas gérer les malheurs inhérents tout au long d'une vie. D'autres, accepteront les épreuves comme s'ils les méritaient.

    Je ne pense pas qu'il n'y ait qu'une seule réponse : je crois, par contre, que nous devons bien vivre le plus possible tout ce que la vie nous donnera tout au long de notre chemin ici-bas.

    Je ne crois pas à l'enfer – Jean-Paul Sartre ne disait-il pas « que l'enfer c'est les autres. ? »

    J'ose espérer qu'il y a un endroit dans l'Au-delà où nous pourrons poursuivre la route commencée sur terre dans un monde de beautés, de paix et là, c'est vrai, de bonheur à l'infini.

    Passe une belle journée Marie,

    Marjo

    1. Tout comme toi Marjo, je pense comme toi qu'il y a probablement autant de réponses qu'il y a de personnes pour s'intéresser à la question ! Personnellement, je crois qu'à partir du moment ou on décide de voir la vie comme un jeu que nous avons le pouvoir d'influer (plutôt que de subir simplement), les choses deviennent plus faciles il me semble… En ce qui me concerne, j'ai trouvé une grande force dans cet ancrage avec les générations qui m'ont précédées… Ma mère, ma grand-mère et sa mère avant elle. À partir du moment ou on réalise qu'un jour, nous seront mort nous aussi, il me semble que ça devient plus facile…. et moins effrayant de prendre des risques ! Et du coup, ce risque de se tromper devient justement moins dramatique…. Nous n'avons pas toujours le choix de ce que la vie nous envoie mais nous avons toujours ce choix d'y mettre nos couleurs à nous! Mais bien sur, ceci n'est rien d'autre que ma réponse bien personnelle !

      Je te souhaite une magnifique journée à toi aussi !!

      Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.