La science de l’amour et du hasard calculé

Crédit: Pixabay

Parfois, en tombant sur certains articles, je suis partagée entre le découragement et le scepticisme le plus profond!

Ce matin, en découvrant cet article de l’Express qui raconte qu’en Espagne, on vient d’ouvrir la toute première École Neuroscientifique de l’Amour (Escuela neurocientifica del amor) , j’avoue que j’ai ressenti un profond malaise…

La promesse ? Permettre aux étudiants d’acquérir – d’une façon scientifique S.V.P. – tous les outils «nécessaires» pour enfin trouver l’amour avec un grand «A»! Celui des films romantiques dégoulinants de mièvrerie et dans lesquels aucune chaussette sale ne traîne jamais !

Vous savez de quoi je parle n’est-ce pas ? Car dans les films, il n’y a jamais de disputes ! Jamais de baisse de libido ! Jamais de passages à vide !

Juste l’AMOUR jusqu’à la fin des temps!!!! Comme dans les contes de fées !

Ce qui me dérange profondément dans tout cela, je pense que c’est peut-être un peu le fait qu’on vient comme sous-entendre ici que, comme une stratégie financière digne des plus grands économistes, l’amour ça se planifie. Et que clairement, si vous vous retrouvez seuls, c’est que quelque chose ne tourne forcément par rond avec vous !

Ou alors, c’est que vous n’êtes carrément pas «Love-bankable» (je suis fascinée de voir que dans les médias français, il y a toujours ce type de terme anglais ! Comme si l’idée ne pouvait pas être communiquée en français ! Ou que ça faisait plus «so cool» que de le dire en français! Mais ça, c’est une autre histoire que j’aborderai peut-être un autre jour!)

Bref ! Si ça ne fonctionne pas pour vous, c’est que c’est votre faute !

Signez en bas du contrat ! On vous arrangera ça !

Découragée ? Sceptique ? Je ne suis pas encore parvenue à prendre partie quant à l’attitude à adopter devant cette annonce de l’ouverture en Espagne d’une école de l’AMOURRRR ! Parce que bien honnêtement, si on m’expliquait à moi les mécanismes neurologiques à l’oeuvre lorsque je ressens des papillons face à un bel inconnu que je ne reverrai jamais (ou peut-être que si, qui sait !), je pense que je trouverais le phénomène fort probablement un peu moins «magique»!

Pourquoi?

Tout simplement parce qu’il y a sans aucun doute certaines choses que je préfère qu’on ne m’explique pas. Et qu’en outre, je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi, bordel, nos sociétés actuelles ont tellement besoin de tout expliquer ! Car sérieusement! L’homme de Cro-Magnon lisait-il, lui, des livres de développement personnel en quantité de treize à la douzaine comme on le fait aujourd’hui ?

Non bien sur !

Il ne savait pas lire, direz-vous ! Mais plus certainement, il n’en aurait rien eu à faire des principes de neurologie devant la belle cro-magnonne qu’il avait prise en chasse!

Ce qui, en outre, n’a pas empêché l’humanité de se reproduire jusqu’à nous ! Pour le meilleur et pour le pire ! Et cela, peu importe quel rôle les neurones de nos lointains ancêtres ont pu jouer dans le processus de séduction…

Mais clairement, ces questions, les responsables de cette nouvelle institution «éducative» espagnole ne s’en sont pas formalisés !

«Après ce décryptage des mystères de l’amour et cette démystification en règle (tant pis pour les « fleurs bleues »), les bons élèves devraient repartir avec une boîte à outils solide pour attirer dans leurs filets la personne « cousue » à leur image. Un background scientifique avec lequel les profs pensent que leurs élèves arriveront à déjouer les pièges de la rencontre et les plantages amoureux. Ou pas.» (LExpress)

Mais la question que je ne peux m’empêcher de me poser… Qu’arrive-t-il si ça ne fonctionne pas ?

On poursuit ?

Ouf ! Magie de l’Amour ! Où es-tu ?

Et vous, vous y croyez ?

Partagez avec vos proches!

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Dans la catégorie #OuiMaisNonMerci!

Parfois, en parcourant le web, je suis légèrement perplexe face à tout ce qu'on tente de nous faire croire ! Dans le genre #C'estDuN'importeQuoi ! Ce matin par exemple, dans Le Figaro, section Madame, cet article dans[...]

Sans titre et sans filtre ou l'amitié à l'ère de Tinder

Mon petit bonheur le dimanche matin, c'est immanquablement chaque fois le même. Celui de m’asseoir avec le journal sur ma tablette. Sans soucis du temps que je mettrai à faire le tour de ce qui[...]

Monde parallèle

Mon fils qui regarde les olympiques à la télé -Fiston: « Wow ! Papa manque vraiment quelque chose ! Je pense qu’il aimerait vraiment ça voir la gymnaste ! » - Moi: « Hum…Je ne doute pas que papa aimerait[...]

Miroir, miroir

Depuis quelques temps, j'avais envie d'aborder le sujet... Celui de cette pression sans fin qui est mise sur le paraître des femmes général. Et cela, vingts-quatre heure sur vingts-quatre. Trois cent soixante-cinq jours par année. Voilà que[...]