La tête dans le sable

Crédit: IStock

« Soyez le changement que vous voulez
voir dans le monde » (-Gandhi)

 

Cette citation de Gandhi, j’y ai beaucoup pensé depuis hier… Au moment ou de retour du travail, je me suis rendue à la boîte aux lettres pour y trouver parmi d’autres, cette lettre qui a eu l’art de me faire «monter sur mes grands chevaux », pour citer l’expression bien connue (ici du moins !)….

C’est qu’en regardant les lettres reçues, j’ai réalisé que l’une d’elles qui, venant de la ville, était adressée à mon fils. Étonnée, je l’ai regardé, lui assis bien sagement dans son banc d’auto, lui demandant s’il n’avait pas des contraventions non payées dont il aurait oublié de nous faire part ! À six ans, il n’a bien sur rien compris à mon charabia ! Mais on est jamais trop prudent n’est-ce pas ?

Aussi, après avoir constaté que la fameuse lettre concernait le Club de Soccer (auquel il est allé tout au plus deux fois dans tout l’été !!!) et tenant compte du fait que la saison était bel et bien derrière nous, j’ai tout simplement mis la lettre de côté.

Un peu plus tard, par acquis de conscience, mais surtout, avant de la mettre au recyclage, j’ai pris le temps de lire jusqu’au bout cette «intruse» qui s’était faufilée parmi mon courrier… Pour me rendre compte qu’en fait, c’était le service des communications de notre ville qui désirait avoir l’opinion de mon fils (la lettre lui étant adressée, je n’ai pu faire autrement que de conclure en ce sens !) sur un projet de rénovation d’un centre sportif dont le bénéfice irait justement au Club de Soccer de la ville. Mais tenez-vous bien ! On proposait, avec toute la grâce du monde, que la ville fasse un emprunt de 300,000$ qu’elle refilerait aux payeurs de taxes (nous !, nos enfants et même ceux qui ne sont pas encore nés !) sur une période de QUARANTE ans !!!

Pouvez-vous imaginer ? Dans quarante ans, j’aurai moi-même quatre-vingt-trois ans ! Mon fils quarante-six…. Et nous aurons aussi besoin des revenus de tous les enfants qui naîtront dans les vingt prochaines années pour espérer venir à bout de payer ce «sympathique projet» !

Comprenons-nous bien ! Je suis loin d’être contre la rénovation d’un lieu devant être cédé au Club de soccer de la région ! Je suis plutôt contre l’idée de pelleter des déchets financiers dans la cours des générations futures !

Suis-je la seule à trouver totalement irresponsable ce mode de gestion qui bien sur, a probablement fait le succès de générations de politiciens depuis des décennies mais qui aujourd’hui fait en sorte que le monde est en faillite?  

Et en prenant connaissance ce matin de cette étude de l’Institut de la Statistique du Canada, qui portait justement sur la proportion de la population âgée de 80 ans et plus qui pourrait quadrupler d’ici 2046…. inutile de dire que le poids de nos dettes pourrait être extrêmement lourd à porter pour ceux qui seront encore sur le marché du travail à ce moment…

Nos enfants disions-nous ?

Bien sur, je me suis emparée de mon ordinateur pour l’envoyer cette opinion, et ce, le plus rapidement possible ! Croyez-moi, « la madame était crinquée» !

Et puis, voilà que depuis hier, il y a cette citation de Gandhi qui clignote dans ma tête ! «Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde» !

Je me suis dit qu’il était peut-être temps que j’aille faire un tour dans l’une de ces rencontres de citoyens qui discutent de l’avenir de leur ville. Des rencontres ou c’est connu, il y n’y a jamais personne pour se manifester! Mais qu’à cela ne tienne ! Demain soir, j’y serai !

Et pour vous démontrer toute la force de ma détermination, j’oserais vous avouer que j’ai même du annuler un rendez-vous chez mon dentiste afin d’être en mesure d’être présente pour cette rencontre !

Bon j’avoue,…le dentiste c’est un très mauvais exemple 😉 Car qui n’annulerait pas son dentiste pour n’importe quel autre engagement finalement ???

Hum…

 
Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

La vie, la mort et entre les deux, quelques points de suspension

De tous temps, l'humain je pense a un peu fantasmé sur cette idée, espèce de version moderne de la quête du Saint-Graal, de vivre pour toujours. Ou à tout le moins, de ralentir le processus[...]

Ce qui reste après nous

Dans l'avalanche de films auxquels nous avons accès et dont on oublie le contenu presque sitôt vus, il y en a parfois certains qui nous restent en tête, longtemps après le déroulement du générique. Et[...]

Sens ?

Décidément, nous pourrions nous croire dans un spécial livre cette semaine, n'est-ce pas ? Ainsi, vous ai-je parlé récemment des magnifiques livres de la photographe Isabelle Clément qui dans une quête photographique, était partie à la[...]

En parler ou pas ? Là est la question

Parfois, en relisant certains vieux billets, j'ai le réflexe un peu étrange de me demander comment, Dieu du ciel, j'ai pu aborder tel sujet en particulier. Ou encore, comment j'ai pu avoir aussi peu de[...]

L'appel du large (ou les mots décousus)

Ces derniers jours, je suis forcée de constater que l'écriture semble se jouer de moi. J'ai beau m'asseoir dans le but d'écrire sur un sujet quelconque et préalablement défini. Me disant, par exemple à la lecture[...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.