La vérité et ce qu’on croit savoir

Certains sont fascinés par l’observation des insectes. D’autres achètent de façon compulsive des chaussures. Ou, d’autres encore ne peuvent s’empêcher d’assembler compulsivement des légos.

Chacun son TOC, comme on dit.

Pour ma part, je sais, je l’ai souvent écrit ici. Mais chaque fois que je tombe sur ce genre d’histoire dans laquelle on raconte l’impact de ces secrets familiaux soudainement révélés, je ne peux m’empêcher d’être fascinée par une évidence. Celle que bien souvent, les gens qui nous sont les plus proches sont paradoxalement ceux qu’on connaît le moins.

C’est fou, non ?

Un peu, peut-être, comme si en étant trop près d’eux, nous étions incapable de les voir vraiment.

L’histoire sur laquelle je suis tombée cette fois-ci ? Celle d’une femme qui a appris à connaître ses parents une fois ceux-ci décédés. Et qui a alors été en mesure de les aimer, en tant que personne, et non pas en tant que parents plus ou moins adéquats qu’ils ont été. Parce qu’eux vivants, la relation avait toujours été plutôt difficile. Au points ou, vérité difficile à admettre à voix haute, elle s’est presque sentie «soulagée» à leur mort. Un peu comme un poids sur sa vie qui était soudainement disparu…

En lisant cette histoire, je me suis reconnue dans cette obsession de connaître la vérité familiale. Celle que je me suis moi-même acharnée à défricher. Un peu comme un immense nid de couleuvres auquel on a peur de toucher…

Mais, je me suis aussi reconnue dans ce changement qui s’opère au fil des recherches. Et qui m’a permis en ce qui me concerne de voir mon père (mais pas que lui) sous un autre angle. Non plus comme avec les yeux de la petite fille que j’ai été de son vivant. Mais plutôt avec les yeux de la femme d’aujourd’hui ayant atteint un âge que lui n’aura jamais, parce que parti trop tôt…

En repensant à tout ce que j’ai moi-même découvert sur mon histoire familiale, je me dis que même ça, ce que je croyais savoir versus ce que je pense savoir aujourd’hui, ce n’est peut-être rien d’autre que de la fiction. Une identité que je me suis construite à partir de l’histoire que je me suis moi-même racontée.

Et, en comparant cette version de «l’affaire» que je me suis faite au fil du temps à celle des autres membres de la famille, j’en viens à me dire que tous, nous ne sommes que des fictions. Cette histoire que chacun se raconte à soi. Un fragment de l’ensemble qui fini par faire figure de «grand tout».

Et je ne peux m’empêcher de me demander…

La vérité elle, n’est-elle rien d’autre qu’un leurre qu’on prend pour la réalité?

Je l’avoue, la question me turlupine.

Chacun son TOC n’est-ce pas ?

Le texte, en anglais, se trouve sur ce lien.

Suivez et aimez nous:
error0

Quelques suggestions de lecture supplémentaire :

Fragments de réalité

Photo: PABvision.com Je sais ! Il n'aura sans doute échappé à personne que je parle peu de mon livre ces temps ci... Aussi, vous serez-vous même fait la réflexion que je me dérobe peut-être. Ou qu'à[...]

...Mais tortueux par moments

L'histoire de ma famille paternelle m'a toujours semblé tellement sombre, que je pensais me protéger de cette noirceur en m'en tenant le plus éloignée possible. Assurément, un drame sur lequel nous ne pouvions mettre le doigts,[...]

Là ou le mystère s'épaissit

Lucienne, la toute jeune épouse de Dollard m’apparaît comme une totale énigme ! Née en 1908, on sait peu de choses d’elle sinon qu’elle épousa mon arrière-grand-père à St-Charles-de-Limoilou, en juillet 1923. Calqua-t-elle son humeur[...]

Chacun cherche son île

En janvier, c'est connu, le froid semble capable à lui seul de geler même les neurones les plus résistantes! Qui n'a jamais ressenti cette envie presque irrépressible de s'exiler qui nous prend alors ? Au bout[...]

De surprise en surprise !

Je suis surprise de constater qu’une de mes très peu nombreuses mais plus fidèles lectrices est…ma mère…qui suit mes chroniques comme on dévore un roman policier : avec curiosité (et une pointe d’angoisse ?) m’appelant[...]

1 commentaire sur “La vérité et ce qu’on croit savoir

  1. Rumi disait,

    La verite est un miroir tombe de la main de Dieu. Chacun en ramasse un morceau et dit que toute la verite y réside !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.